Nous avons changé de monde et le monde "libre" ne mérite plus ce titre. Nos libertés sont en train d’expirer tout simplement parce que nos monnaies sont gérées par des criminels.

Je m’explique.

Une monnaie doit avoir trois fonctions :

  1. Moyen d’échange
  2. Etalon de valeur.
  3. Réserve de valeur

 

Commençons par la fonction "moyen d’échange".

La monnaie comme moyen d’échange est émise au nom du Souverain, autrefois le roi et maintenant un peuple, et cette monnaie a cours légal dans le pays. Pour détruire l’identité des peuples, "on" a supprimé le franc, monnaie de la France, par l’intermédiaire de laquelle le peuple Français, en payant ses impôts assurait la marche de son Etat. Or, le rôle de l’Etat est de protéger contre toutes les attaques la pérennité de la Nation et l’identité nationale. En abandonnant notre souveraineté monétaire et budgétaire, nous avons perdu notre identité nationale car cette suppression du franc implique que la France est devenue une province soumise à la Loi d’un souverain extérieur. Et nous en voyons les résultats tous les jours.

Première folie.

Venons-en à la monnaie comme étalon de valeur.

Il est d’usage de mesurer la valeur des biens et services dans une économie en utilisant la monnaie qui a cours dans le pays où elle circule. Et c’est là qu’apparait la première difficulté.

- Dans un pays, à chaque moment, coexistent deux sortes de biens, les premiers qu’il est convenu d’appeler "rares", un bijou, un Van Gogh, une once d’or, et ces biens ont une caractéristique commune, ils ne versent aucun dividende et ne peuvent être produits en masse. Cette valeur rareté est la plus ancienne des valeurs reconnues.

- Mais il existe aussi une deuxième catégorie de biens ou de services, les biens "efficaces" ou "productifs", un outil, un programme d’ordinateur, une machine-outil. De ces biens, leur propriétaire peut tirer des revenus. Peu de gens le savent, mais "capital" vient du mot latin ancien "tête de bétail" dont le propriétaire pouvait tirer des revenus (veaux, laitage, fromage etc…). En Afrique, encore aujourd’hui est "riche" celui qui a de nombreuses têtes de bétail. C’est donc dire que le capitalisme signifie avoir un capital pour en tirer des revenus, i.e. avoir des vaches, et il est donc à peu près aussi vieux que l’humanité.

La croissance économique ne vient que de l’accumulation au travers du temps de plus en plus "d’outils" (capital productif) qui permettront de faire monter le niveau de vie de tout un chacun au travers des gains de productivité obtenues grâce à ce que les économistes appellent un approfondissement de l’intensité capitalistique, chaque travailleur ayant de plus en plus de capital à sa disposition.

Ce qui suppose qu’existe un processus systématique qui permette de transformer l’épargne de tout un chacun en capital productif (car tout le monde épargne, dans des proportions différentes cependant selon les âges de la vie et selon les préférences personnelles) et cela se passe en fonction de ce que Schumpeter appelait la "création destructrice" qui requiert que l’épargne aille à celui qui saura l’utiliser le mieux et qu’elle soit enlevée à celui qui l‘utilise mal.

C’est très exactement ce que nous dit la parabole des talents dans les Evangiles, que chacun connait et dont j’ai souvent parlé dans ces billets.

Le Maitre qui part en voyage avait une épargne de huit Talents d’Argent. Il confie cinq talents au meilleur, deux au suivant et un au dernier, ce qui est d’une injustice sociale abominable, et le but du maitre est que les serviteurs fassent croitre son épargne au travers du temps. Tout le monde connait la suite.

Quelques remarques sont nécessaires à ce point.

Sans épargne (si on bouffe les bovins cette année) il n’y aura ni fromage ni veaux pour passer l’hiver. Sans épargne, il ne peut y avoir d’accumulation capitalistique, et ceux qui disent le contraire en préconisant et en pratiquant l’euthanasie de l’épargnant chère à monsieur Keynes sont des Jean-Foutre.

Mais apparaissent aussi dans cette parabole trois autres notions absolument indispensables pour que l’accroissement de l’intensité capitalistique ait lieu.

  1. Le droit de propriété. Aucun des deux bons serviteurs ne s’est voté des stock-options ou des salaires mirobolants et nulle puissance étatique n’est venu nationaliser les Talents qui appartenaient au Maitre et à lui seul. Contrairement à ce que pense l’entité qui fait office de Pape en ce moment, la propriété individuelle est constamment défendue dans les évangiles comme un absolu (paraboles de la vigne et des serviteurs, parabole des talents, Parabole de la vigne et du fils du maitre etc.)
  2. La prise de risque. Ce qui confirme le rôle éminent de l’entrepreneur (les deux bons serviteurs) dans les Evangiles. Celui qui ne prend pas de risque dans les Evangiles est toujours condamné (le mauvais serviteur), celui qui en a pris toujours pardonné même s’il a fauté (la femme adultère, la Samaritaine à qui Jésus demande de l’eau etc…)
  3. La distribution inégale des résultats et des revenus et je cite les paroles du Christ à la fin de la parabole "À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a", et ces paroles ne sont rien d’autres que l’expression de la Loi de Pareto dite des 80/20. 80 % de la richesse dans un pays est créée comme chacun le sait par 20 % des gens, les entrepreneurs …Et pour qu’une économie marche, il faut donc foutre la paix aux entrepreneurs.

Et pourtant, chacun à ce point remarquera que dans la réalité d’aujourd’hui, nous faisons exactement l’inverse. Il semble que le but de nos élites gouvernantes est d’abord de s’enrichir elles-mêmes sans prendre de risque tout en créant autant de réglementations qu’elles le peuvent pour empêcher les entrepreneurs d’émerger, car les entrepreneurs sont leur seule vraie concurrence. En fait, nos pays sont gouvernés par le mauvais serviteur. Et pour vraiment empêcher les entrepreneurs (les bons serviteurs) de réussir, le plus simple est de faire le contraire de ce que le Christ recommande, de prendre les talents de ceux qui réussissent pour les donner à ceux qui les enterrent. Ce qui résume assez bien nos systèmes fiscaux actuels et qui empêche bien sûr toute augmentation du stock de capital. Il faut donc se rendre compte que nos systèmes fiscaux et sociaux ont été créés de toutes pièces pour permettre à ceux qui ne prennent aucun risque (les hommes politiques, les passagers clandestins) de voler légalement la valeur ajoutée créée par ceux qui, eux, ont pris des risques, les entrepreneurs.

Deuxième folie.

Venons-en à la troisième fonction, qui, elle aussi est essentielle, celle de réserve de valeur.

Et ici, il nous faut faire encore une fois une distinction essentielle entre valeur de rareté et valeur d’efficacité.

La valeur de l’or (LA valeur de rareté par excellence) à l’instant t sera égale à son dernier prix et c’est tout.

La valeur d’un outil, d’une usine, d’une société sera égale à la valeur actualisée des profits à venir, c’est-à-dire la somme des profits qui va être fournie par cet outil dans le futur, actualisée par un taux d’intérêt incorporant une prime de risque. La valeur d’efficacité incorpore donc la somme actualisée du travail futur qui va être fourni par les hommes avec cet outil. Et cette valeur actualisée s’exprimait dans une monnaie nationale qui réfléchissait non seulement les qualités et les défauts des différentes nations mais aussi le stock de capital efficace que chaque nation avait accumulé et que reflétait l’évolution de son taux de change. Un taux de change fixe entre différentes nations ayant des stocks de capital différents amènera automatiquement à ce que tous les investissements nouveaux aillent vers la nation ayant la plus forte intensité capitalistique (et donc la plus forte productivité) et les autres pays feront faillite. C’est ce que nous voyons avec l’Euro.

Que veut dire "actualisée" ?

Tout simplement que la valeur d’efficacité incorpore une tentative de faire rentrer le travail futur de ceux qui utiliseront cet outil dans la valeur assignée aujourd’hui à cet outil. Et pour la calculer, il faut que nous ayons des prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change.

  • Le taux d’intérêt s’essaie à mesurer l’incertitude venant du temps et du risque de faillite.
  • Le taux de change lui s’attache à mesurer l’incertitude venant de la géographie.

Et bien entendu, ces deux outils doivent être des prix déterminés dans un marché concurrentiel et libre. Or nos banques centrales ont décidé de façon totalement anti-démocratique de supprimer ces deux prix, tout simplement parce que ces deux prix étaient essentiels pour mesurer la qualité des politiques suivies par nos dirigeants. (Les pays mal gérés ont en effet une fâcheuse tendance à avoir des monnaies faibles et des taux d’intérêts élevés, ce qui est embarrassant pour notre inspection des finances.)

Troisième folie.

Et donc, aujourd’hui, et en particulier dans la zone euro, nous n’avons plus ni taux de change de marché ni taux d’intérêts de marché. Ce qui veut dire que nous sommes devenus totalement incapables d’incorporer dans nos calculs économiques aussi bien le risque géographique que le risque temporel. Et donc, la somme de capital imparti à chaque travailleur ne peut que baisser, ce qui veut dire que le niveau de vie des travailleurs va continuer de s’effondrer tant que ces politiques resteront en place.

Devant cet état d’appauvrissement généralisé qui risque d’amener à des révolutions ici ou là, les apprentis sorciers qui nous gouvernent ont pris une autre décision extraordinairement lourde de conséquences. Puisque la quantité de valeurs d’efficacité crée dans l’économie ne cessait de baisser (et ce bien avant la crise du Covid), ils ont décidé de remplacer les "valeurs d’efficacité" non créées par des masses gigantesques de création monétaire.

Je vais donner un exemple simplifié de ce qu’ils sont en train de faire.

  • Imaginons qu’un travailleur produise 1000 euros de biens et services à partir d’un capital valorisé à 10000 euros et imaginons que ce travailleur n’ait plus accès à ce capital en raison d’une pandémie par exemple.
  • Imaginons ensuite que le secteur dans lequel notre travailleur exerce ses talents ait été complètement dynamité par la pandémie et que la valeur du capital employé passe de 10000 à une somme tres inférieure.

La banque centrale va décider de verser au compte du travailleur 1000 euro, alors même qu’il n’y a plus rien de produit en contrepartie et que le stock de capital "utile" s’est extraordinairement réduit compte tenu de la chute de la valeur du capital efficacité.

C’est-à-dire que la banque centrale est en train de faire une erreur gigantesque en confondant création de valeur et création de monnaie.

Et c’est de cette confusion que sont nés la plupart des désastres économiques dans l’histoire quand l’absence de prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change interdit de fait toute mesure de la valeur

Ce qui va arriver est certain puisque :

  • Le travail ne vaut plus 1000 euros. Maintenir son prix à 1000 euros va automatiquement amener à une hausse gigantesque du chômage.
  • Nul ne peut donner un prix au capital efficacité puisque nul ne connait plus ni le prix du temps ni le prix de l’espace. Et donc, puisque personne ne peut estimer la valeur du capital dont tout le monde sait cependant qu’elle a baissé, nul ne peut prendre le risque de le racheter pour en faire un autre usage, tel que faire des bicyclettes à la place des avions. Et donc la quantité de capital disponible va continuer de s’effondrer, ce qui rendra mon ouvrier encore moins productif et encore plus pauvre.

Et donc, toute l’épargne disponible va se précipiter vers les valeurs de rareté puisqu’elles, elles ont un vrai prix qui ne nécessite ni taux d’intérêts ni taux de change ni connaissance du futur.

Quatrième folie.

Et c’est ce qui se passe en France depuis l’arrivée de l’Euro et c’est ce que l’on voit en comparant les marchés des actions (outils) à la valeur de l’or (rareté).

Mais comparer le cours de l’or à l’indice des actions est un peu comme de comparer un flux à un stock, c’est-à-dire effectuer une comparaison qui n’a aucun sens. La bonne méthode consiste à comparer le cours de l’or depuis au moins une décennie et l’indice des actions dividendes réinvestis.

C’est ce que le graphique suivant montre. Dès que les taux réels sur le 10 ans deviennent négatifs (euthanasie du rentier), il faut acheter de l’or puisque la banque vous dit qu’elle veut que votre épargne aille vers les valeurs de rareté et non plus vers les valeurs d’efficacité.

C’est le cas aujourd’hui…

Depuis l’arrivée de l’euro, l’or a fait trois fois mieux que les actions françaises dividendes réinvestis et ce n’est pas près de s’arrêter puisque la politique choisie a pour but d’empêcher l’épargne de se transformer en capital (euthanasie du rentier). Et donc l’épargne file vers les valeurs de rareté…

De ces deux prix (taux de change et taux d’intérêts) découlent en effet tous les prix de marché. C’est donc dire que les économies de la zone euro ne sont plus dans une économie de marché mais dans une économie purement étatique, un peu comme l’URSS. Et comme cette économie est bien incapable de créer la moindre richesse, les gouvernements essaient de créer de la monnaie pour compenser l’absence de création de richesse, ce qui veut dire qu’ils confondent création de monnaie et création de richesse, comme John Law au XVIII- -ème, ce qui est invraisemblable d’incompétence.

Cinquième folie.

La seule et unique solution est de revenir à des prix de marché pour les taux d’intérêts et les taux de change, ce qui suppose la fin de l’Euro et l’abolition des banques centrales qui devraient être remplacées par des ordinateurs faisant croitre la masse monétaire de 3 % par an, ce qui serait une très bonne chose. Les banques centrales sont en effet devenues les pires ennemies de la croissance économique tant elles ont comme seul et unique but aujourd’hui de financer des états en faillite en produisant de la fausse monnaie.

Il faut que la monnaie redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, un bien commun à une nation, à un peuple, et non un outil pour manipuler les électeurs au profit d’une classe dirigeante corrompue. Il ne peut y avoir de Démocratie si la monnaie n’est pas un bien commun.

Le chemin est étroit et dangereux, mais il n’y en a pas d’autre.