Les graphiques de l’argent sont extrêmement rassurants.

En mensuel, l’argent est venu s’appuyer sur la Moyenne Mobile à 50 Mois, qui a bloqué la hausse de 2016 à juillet 2019, avant de revenir au-dessus du niveau horizontal des 17 $.

Cette fin d’année devrait voir les cours remonter fortement.

 

 

En hebdomadaire, la résistance, qui avait coiffé les cours depuis 2016, la Moyenne Mobile à 200 semaines, fait désormais office de support depuis début décembre.

Le faisceau de Fibonacci venant du sommet de 2011 a servi de support oblique à quatre reprises depuis septembre. Il est grand temps d’aller attaquer les suivants.

Ce lundi 16 décembre, les cours sont repassés au-dessus de l’axe de tendance dont l’origine remonte au minimum à 1996.

 

 

En quotidien, on constate que depuis septembre les cours sont pris dans un biseau baissier, dont la résistance devrait casser cette semaine.

Les sorties de biseau sont généralement très haussières.

La MM20D est désormais devenu support, ainsi que l’axe de tendance long terme.

 

 

L’objectif de l'argent, 21$, pourrait être atteint en janvier. Cette valeur devrait ensuite être cassée, entraînant une très forte hausse, en mode short-squeeze, fin-février.

"Le massacre de la Saint Sylvestre"

Cela fait plus d’un an que Martin Armstrong conseille aux entreprises, ses clientes, de faire rouler leurs dettes en empruntant à plus de 30 ans, de façon à ne pas être prises dans la crise de liquidités qui va déferler en 2020-2021. Le 19 novembre dernier, il annonçait même que le 31 décembre prochain, quand les banques se retireront du marché REPO, on mesurera la peur sur une "échelle du chaos allant de 1 à 10".

Souvenez-vous que lors de la réunion de Jackson’s Hole au mois d'août, Mark Carney, le gouverneur de la Bank of England, avait dit : "Il faut mettre fin à la dépendance risquée au dollar, qui est un piège à liquidités de la finance mondiale." (Reuters)

Le 31 décembre, les banques systémiques doivent présenter un bilan, sur lequel elles seront jugées et taxées en fonction de leur dangerosité et d’un certain nombre de critères. Parmi ceux-ci, il y a les risques encourus sur certains de leurs trades, mais également les liquidités qu’elles ont en réserve. JPMorgan, la plus grosse banque américaine, investit depuis 18 mois l’essentiel de ses liquidités en bons du Trésor. Ces liquidités étaient jusqu’alors placées à très court terme sur le marché REPO. Le 16 septembre dernier, juste après l’attaque des raffineries saoudiennes, il y a eu une crise aiguë sur ce marché, faute de liquidités et parce que les banques ne se font plus confiance entre elles, le taux "overnight" a bondi en quelques secondes de 1,6% à 10%. Une véritable catastrophe pour la finance mondiale.

La Réserve fédérale a immédiatement injecté des dizaines de milliards de dollars pour essayer de maîtriser les taux. Imaginez ce qui ce serait passé si cette hausse du très court terme s'était étendue à l’ensemble des taux court et moyen terme. Cela aurait provoqué la faillite des entreprises, de la Bourse mais aussi des États. Voilà donc le risque encouru.

Zoltan Pozsar, un génie de la finance qui, malgré son très jeune âge, a géré la crise systémique de 2007-2009 au Ministère des Finances américain, puis à la Fed, avant d’apporter ses lumières au FMI, avait anticipé au mois d’août la crise de septembre. Dernièrement, il a décrit un scénario possible pour le 31 décembre, selon lequel les banques systémiques tenteront de remonter le niveau de leurs réserves de trésorerie en soldant leurs positions sur le FOREX, même à perte, ce qui créerait de fortes perturbations sur les devises…

Les banques systémiques pourraient aussi hypothéquer leurs bons du Trésor sur le marché des REPO pour générer du cash, ce qui assécherait ce marché, privant de liquidités les hedge funds qui jouent avec un levier extrêmement risqué. Ces derniers seraient alors obligés de vendre leurs actifs en catastrophe, déclenchant une crise hypothécaire qui se répercuterait ensuite sur les marchés actions…

À croire que la Fed a lu l’article de Zoltan Pozsar, puisque quelques jours plus tard, Jérôme Powell a annoncé que pour passer le 31 décembre en douceur, il allait augmenter les liquidités sur les différentes sections du marché des REPO. Au final, la Fed va inonder le marché avec près de 500 milliards $ pour éviter un krach à Noël. Ce qui est certain, c’est que tout le système est en train de craquer. Combien la Fed devra t’elle injecter à Pâques ?

À l'origine, le rôle du DTS du FMI était de pouvoir apporter des liquidités au marché mondial, quand cela s’avèrerait nécessaire, soulageant ainsi le rôle du dollar. La crise de septembre sur le marché REPO, qui n’a cessé de s’amplifier depuis et qui va culminer le 31 décembre, devrait pousser le DTS sur le devant de la scène. Pour l’instant, on constate que la Chine comme l’Union Européenne, poussent à fond les feux de crypto-monnaies, chacun voulant lancer la sienne dans les mois qui viennent. Une chose est sûre, 2020 et 2021 vont marquer un tournant majeur de l’Histoire de la monnaie.

Accrochez vous à vos métaux précieux. Ils sont la sécurité dans le désordre à venir.