Trois scénarios sont envisageables pour la réinitialisation du système financier, chacun ayant des conséquences désastreuses.

Analysons le premier :

La crise mondiale actuelle est presque aussi irréelle que le film de James Bond "Goldfinger" (1964), dans lequel le méchant Auric Goldfinger prévoit d'attaquer Fort Knox.

Le monde a déjà son "Goldfinger" en la personne de Klaus Schwab, mondialiste allemand et fondateur du Forum Économique Mondial (FEM).

SCHWAB EST-IL LE GOLDFINGER DES TEMPS MODERNES ?

 

 

Le programme "Great Reset" (La grande réinitialisation) de Schwab a assurément tous les ingrédients d'un James Bond, y compris le démantèlement du système capitaliste actuel en vue de dominer le monde à l'aide de puces électroniques implantées dans le corps de chaque être humain.

Je tiens à préciser que ceci est bien le plan de Schwab, et non pas celui de Goldfinger.

Le "Grand Reset - La Quatrième Révolution Industrielle" de Schwab dépasse l'entendement et laissent craindre le pire. 

Chaque année, Schwab parvient à réunir à Davos, une élite mondiale composée de milliardaires, de chefs d'entreprise et de dirigeants politiques, ainsi que de nombreuses autres personnalités.

Il est difficile de déterminer combien de ces personnes croient réellement au programme de Schwab et combien sont là juste pour se mêler à l'élite mondiale. La plupart y sont pour être vu ou pour établir des relations. Vous vous dites qu'il y a certainement de meilleurs endroits pour tenir des réunions aussi importantes.

MICROPUCES IMPLANTABLES

Le programme de Goldfinger Schwab dans le cadre du "Great Reset", sous l'égide de "Quatrième Révolution Industrielle", repose sur une "fusion de notre identité physique, numérique et biologique". Cela passera notamment par "l'implantation de micropuces actives qui perceront la barrière cutanée de notre corps".

Sur le site du Forum Économique Mondial, le Covid-19 est utilisé comme prétexte pour ce reset révolutionnaire. Le programme est basé sur le démantèlement du système capitaliste actuel au profit d'un régime technocratique centralisé qui entraînera une diminution des libertés civiles, une baisse du niveau de vie, une réduction de la consommation de carburant et une automatisation accélérée du travail.

L'objectif est clair, le Grand Reset de Schwab consistera à "implanter des dispositifs qui aideront probablement à communiquer des pensées normalement exprimées verbalement... et des pensées ou humeurs potentiellement non exprimées par la lecture d'ondes cérébrales et d'autres signaux".

"Même le fait de traverser les frontières nationales pourrait un jour impliquer un scanner cérébral détaillé pour évaluer le niveau de risque que présente un individu." Schwab affirme également que les micropuces implantables seront la pierre angulaire d'un programme transhumaniste qui fusionnera l'homme et la machine. Cela nous amènera à "nous interroger sur ce que signifie être humain", déclare Schwab. Schwab ignore totalement que nous, humains, avons une âme.

 

 

LA VOLONTÉ DE ROBOTISER L'HUMANITÉ

La Quatrième Révolution Industrielle offre la possibilité "de robotiser l'humanité et par conséquent de compromettre les sources traditionnelles de sens de l'humanité : travail, communauté, famille et identité".

Un grand nombre des développements technologiques qui font partie de la Quatrième Révolution Industrielle sont clairement positifs, si utilisés correctement. Cependant, la vision de Schwab d'une société marxiste dystopique contrôlée par une élite toute-puissante conduirait à un effondrement de l'économie, comme ce fut le cas avec le communisme.

Nous y voilà, les sombres prédictions de George Orwell dans son livre “1984” ont pris forme avec Big Brother, qui ne se contente pas seulement d'observer chacun de nos pas, mais aussi chacune de nos pensées avant même qu'elles ne soient exprimées.

LA DYSTOPIE DE SCHWAB EST VOUÉE À L'ÉCHEC

Le projet de Schwab est le scénario parfait du prochain James Bond, avec le vieux méchant Blofeld qui instaure son Grand Reset. On peut se consoler en se disant que, jusqu'à présent dans les James Bond, le méchant n'a jamais réussi à conquérir le monde et à contrôler les êtres humains. Je suis convaincu que le Grand Reset de Schwab échouera également.

DEUXIÈME RESET – MDBC

Le deuxième reset implique les Monnaies Digitales de Banque Centrale (MDBC). Le système financier actuel étant en faillite, le FMI, la BRI et les principales banques centrales ont réalisé que le système monétaire devait être remplacé. Ainsi, plutôt qu'un système monétaire basé sur de la monnaie papier, les banques centrales créeraient de la monnaie numérique.

 

 

La plupart des grandes banques centrales travaillent déjà sur le projet MDBC. En plus des monnaies numériques nationales, il y aurait une monnaie numérique FMI/BRI qui remplacerait les droits de tirage spéciaux actuels.

Actuellement, les banques centrales n'impriment pas directement la monnaie injectée dans le système. Par contre, elles créent de la monnaie par le biais d'opérations d'open market. Cela implique l'achat de titres sur le marché en utilisant de la monnaie nouvelle ou en créant des réserves bancaires émises à l'intention de banques commerciales.

LES BANQUES COMMERCIALES SONT CELLES QUI IMPRIMENT LE PLUS 

Ces réserves, combinées aux dépôts, permettent aux banques commerciales d'être les plus gros imprimeurs de monnaie. Leurs réserves sont multipliées grâce à un système de réserves fractionnaires, qui leur permet de prêter une partie de leurs dépôts et de leurs réserves.

En termes simples, si une banque reçoit un dépôt de 100 $, elle peut prêter ou créer 90 $ et conserver 10 $ en réserve. L'emprunteur des 90 $ utilise ensuite l'argent et, directement ou indirectement (par exemple, en achetant des biens), les 90 $ reviennent dans le système bancaire sous forme de dépôt. Par la suite, 90 % ou 91 $ sont prêtés à nouveau, ce qui a pour effet d'augmenter le bilan des banques de façon exponentielle.

Cela fait des banques commerciales les plus gros imprimeurs de monnaie, c’est ce qui a d’ailleurs entraîné l'explosion de la dette que connaît le monde aujourd’hui.

LES BANQUES CENTRALES : LES NOUVEAUX PRÊTEURS

Le nouveau système MDBC conduira à terme les banques commerciales à cesser leurs activités de prêt. À la place, les banques centrales imprimeront de l'argent pour en prêter ou donner directement à des particuliers ou à des entreprises. C'est la Théorie Monétaire Moderne (MMT - Modern Monetary Theory).

Lorsque les banques centrales reprendront les prêts des banques commerciales, elles compenseront très probablement les fonds des déposants, qui perdraient alors leur valeur. De nombreuses banques commerciales seraient alors amenées à faire faillite.

LES BANQUES CENTRALES AURONT UN CONTRÔLE TOTAL

Avec ce système ingénieux, les banques centrales contrôleraient désormais toutes les transactions monétaires, y compris la collecte des impôts. Elles contrôleraient chaque compte bancaire et pourraient prélever directement tout impôt, taxe ou amende sans l'autorisation du titulaire du compte.

La banque centrale ne pourrait jamais faire faillite, car elle se contenterait d'effacer les créances douteuses et d'imprimer plus d'argent dans un cercle vertueux sans fin d'impression monétaire et de création de dettes illimitées.

Le problème est que la dette ne pourra jamais disparaître sans entraîner de graves conséquences. Si des dettes importantes sont effacées, les actifs alimentés par la dette deviendront également sans valeur. Mais la capacité illimitée des banques centrales à créer de nouvelles dettes est censée résoudre tous ces problèmes. Du moins, c'est ce qu'elles croient !

L'IMPRESSION MONÉTAIRE DES ANNÉES 2000 : UNIQUEMENT POUR LES RICHES

L'impression monétaire des années 2000 n'a jamais servi de stimulus, mais plutôt de radeau de sauvetage pour un système financier constamment menacé de faillite depuis 2006.

C'est pourquoi il n'y a pas eu d'inflation des prix à la consommation (mais une inflation massive des actifs), car la monnaie imprimée n'a jamais atteint la population. Au lieu de cela, elle a temporairement soutenu les banques et a permis à ceux étant au plus près de la planche à billets d'accumuler une richesse colossale.

Parmi les privilégiés ayant accès à la monnaie imprimée figurent les banques elles-mêmes et leurs cadres supérieurs, les fonds spéculatifs, les fonds de capital-investissement ainsi que les grands investisseurs et les entreprises. Cela a creusé un écart considérable entre les nantis et les démunis, ce qui entraînera des troubles civils bien plus graves que ceux que nous connaissons actuellement.

BRETTON WOODS II : LE LOUP DÉGUISÉ EN AGNEAU

Alors, quel est le problème avec ce système? Cela ressemble au Shangri-La parfait où l'argent peut être créé à volonté, apportant le bonheur total sur la planète.

Il y a cependant un problème majeur. Ce nouveau Bretton Woods II ou Reset n'est rien d'autre qu'un loup déguisé en agneau. Ce ne serait qu'une nouvelle construction pour donner l'impression que la page de l'ancien système est tournée et que les dettes ont été convenablement rangées là où elles ne pourront plus nuire.

AUCUN RÔLE POUR L'OR ?

L'or ne jouera certainement pas un rôle officiel dans le deuxième reset, et c'est tant mieux. Chaque fois que l'or soutiendra officiellement le système, le risque de tricherie ou de manipulation sera encore plus grand qu'aujourd'hui. Il faut garder à l'esprit qu'avant 1971, le système n'était pas assez sophistiqué pour manipuler les marchés.

Ce deuxième reset n’est qu'une forme numérique de monnaie fiduciaire, permettant aux banques centrales d'inonder directement le système avec de la monnaie numérique au lieu de la monnaie papier. L'avantage pour les gouvernements et les banques centrales est donc simplement de moderniser et simplifier l'impression monétaire.

LA MDBC CONDUIRA À L'HYPERINFLATION

Le MDBC n'a aucun avantage et ne fera qu'augmenter la dette et la vitesse de circulation de la monnaie, ce qui conduira à terme à une hyperinflation et à la dévaluation totale des monnaies numériques. Il s'agit donc d'une accélération des problèmes du système actuel.

TROISIÈME RESET DÉSORDONNÉ 

Nous arrivons enfin au troisième reset. Il s'agit d'une réinitialisation désordonnée, avec une accélération de la dépréciation des monnaies, conduisant initialement à une hyperinflation et éventuellement à un effondrement et une implosion systémiques du système financier. Lors du troisième reset, les banques centrales perdraient totalement le contrôle. Après l'hyperinflation, il y aurait une implosion déflationniste de la valeur des actifs, ce qui entraînerait une chute précipitée des prix.

L'or serait évidemment salvateur pendant l'hyperinflation, mais aussi la seule forme de monnaie réelle pendant l'implosion déflationniste tandis que la monnaie fiduciaire dans le système disparaîtrait ou deviendrait inaccessible.

RÉCAPITULATIF

Pour résumer, il y a trois resets possibles : le reset Forum Économique Mondial à la James Bond n'est, à mon avis, qu'un rêve qui a peu de chances de se réaliser.

Le reset par le MDBC pourrait avoir lieu, mais sera loin d'être implémenté avant le début du troisième reset. Ce troisième reset désordonné est à mon avis inévitable, peu importe les tentatives des pouvoirs en place ou des banques centrales.

Les conséquences seront l'implosion de la dette mondiale et de la plupart des actifs des bulles. Cela donnera naissance à un nouveau système qui ne sera pas grevé d'une dette massive. Ce n'est qu'après s'être débarrassée du fardeau de la dette que l'économie mondiale pourra à nouveau connaître une croissance saine, bien qu'à partir d'un niveau inférieur.

UN NOUVEAU SYSTÈME MONÉTAIRE SAIN VERRA LE JOUR

Comme cela a toujours été le cas dans l'histoire, les resets ne surviennent pas “plus vite, suite à un abandon volontaire de l'expansion de crédit” mais plutôt “plus tard, impliquant ainsi une destruction finale et totale du système monétaire en question.” (von Mises).

Le grand avantage de ce reset désordonné est que des cendres du système malade actuel naîtra un nouveau système monétaire sain, non basé sur la dette.

Cela prendra évidemment du temps et la période de transition entraînera beaucoup de souffrance. Mais à la fin, le phénix va renaître de ses cendres. C'est ce que l'histoire nous a appris.

 

MÉTAUX PRÉCIEUX : UNE ASSURANCE VIE

Personne ne peut dire avec certitude comment les 2 à 5 prochaines années vont se dérouler ou comment le reset va se mettre en place. Il est certain que le risque est actuellement très important et qu'il grandira chaque jour qui passe, à mesure que l'on imprimera plus de monnaie et que la dette évoluera de manière exponentielle.

L'or et l'argent physiques constituent la meilleure protection contre un système instable et bientôt totalement en faillite. Les monnaies fiduciaires ont baissé de 80 à 85 % par rapport à l'or au cours de ce siècle. Dans les prochaines années, elles vont encore chuter de 95 à 100 %, qu'elles soient papier ou numériques.