Vous avez le sentiment que votre pouvoir d’achat baisse et que votre épargne se rétrécie ? C’est normal, et ça va continuer. Pendant ce temps-là, les plus riches voient leur fortune s’accroître ? Idem, ça va continuer. Pour quelle raison ? Les taux zéro, encore et toujours.

La baisse des taux d’intérêt accroît les inégalités patrimoniales, comme l’explique le service des études de Natixis, de deux façons complémentaires :

- Les ménages au revenu et au patrimoine faibles détiennent des actifs financiers peu risqués dont le rendement baisse avec les taux d’intérêt sans risque ;

- Les ménages au revenu et au patrimoine élevés détiennent des montants importants d’actions et d’immobilier, dont les prix sont poussés à la hausse par la baisse des taux d’intérêt à long terme.

La baisse des taux provoque des bulles sur les actions et l’immobilier ; l’augmentation des liquidités déversées par les banques centrales fait monter les prix des actifs servant de réserve de valeur. Ceux qui en possèdent s’enrichissent, tant mieux pour eux, mais ceux qui veulent les acquérir doivent se serrer de plus en plus la ceinture.

Dans une autre étude, Natixis affirme que le salaire réel (en pouvoir d’achat) a augmenté de 23% en termes de consommation, mais qu’il a diminué de 37% en termes de capacité à acheter des logements. Nous assistons en conséquence à une baisse du pouvoir d’achat global des ménages des classes moyennes et inférieures. Cette baisse ne se voit pas car le calcul de l’inflation ne prend pas en compte l’acquisition de logement (considéré comme un investissement), mais seulement la location. Résultat : dans l’indice des prix à la consommation de l’INSEE, le logement pèse à hauteur de 6% seulement… L’inflation est sous-estimée et les gouvernements peuvent alors claironner que le pouvoir d’achat augmente, contre toute logique.

La réponse la plus couramment apportée pour réduire ces inégalités est l’augmentation des impôts pesant sur les "riches". C’est stupide, cela ne règle pas le problème à la racine. Non, il faut arrêter les déficits budgétaires afin de diminuer la planche à billets et de permettre une remontée des taux d’intérêt. Un retour à la normale. Malheureusement on n’en prend pas le chemin : les keynésiens sont au pouvoir. Ils font exploser les déficits et tourner la planche à billets en expliquant que ce n’est pas grave, sous couvert de leur lénifiante Théorie Monétaire Moderne (TMM) qui explique que tout va bien, quoi qu’il se passe. Les mêmes pleurnichent sur l’accroissement des inégalités… "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des effets dont ils chérissent les causes" disait Bossuet.

Que faire ? Attendre le retour à la raison de ceux qui nous gouvernent ? Mauvaise pioche. Il n’y a aucune chance que les choses s’améliorent pour votre épargne. Pire, l’inflation risque même d’arriver et de la rogner encore plus. L’or protège de l’excès de liquidités et sauvegarde le pouvoir d’achat sur le long terme. C'est le meilleur moyen de déjouer l’injustice créée par les taux zéro. L’immobilier a déjà beaucoup progressé et il n’est pas certain que cela continue, en tout cas il faut être très sélectif. Les effets délétères des taux zéro n’ont pas fini de nous empoisonner.