Inquiet par le sentiment sur l'or ? Ne le soyez pas.

L'or suscite peu d'intérêt auprès de l'opinion publique, et les indicateurs de confiance pour le métal précieux sont aujourd’hui à leur plus bas niveau depuis trois ans, malgré les sommets atteints par l'or en août dernier.

Faut-il s'en inquiéter ?

Pas du tout.

En fait, c'est plutôt le contraire.

La plupart des investisseurs se trompent totalement à propos de l'or. Voyons ci-dessous pourquoi ils ne voient que l’arbre qui cache la forêt.

Contrairement aux chasseurs de tendances, aux spéculateurs et aux "gold bears", les professionnels avertis et les investisseurs conscients de l'histoire (et des mathématiques) sont non seulement sereins en ce moment, mais ils attendent leur heure pour ce qui est sur le point de devenir la toile de fond parfaite de l'or et, pardonnez le jeu de mots, l'âge d'or de l'or.

Comprendre le prix actuel de l'or

Expliquer le marasme actuel sur la scène aurifère n'est ni difficile, ni une surprise pour ceux qui connaissent l'histoire, la dette, les taux, l'inflation et le discours de la Fed, autant de thèmes hautement corrélés que nous avons abordés séparément et avec soin dans les précédents articles.

"Hausse des taux"

Pour l'instant, l'explication la plus simple (au-delà de la simple manipulation des prix et de la couverture des positions courtes) du manque d'intérêt actuel pour l'or se résume à ceci : les taux sont en hausse et l'or sous-performe généralement dans un environnement où les taux d'intérêt dépassent les taux d'inflation.

Si l'on considère, par exemple, les taux mesurés par le rendement des bons du Trésor U.S à 10 ans, ils ont grimpé de façon spectaculaire, passant de 0,4% à bien plus de 1,5% en un peu moins d'un an.

Encore une fois, ce n'est pas un vent favorable à l'or.

Mais voici la bonne nouvelle (pourtant complètement ignorée) : les taux d'intérêt ne vont pas augmenter beaucoup plus et l'inflation arrive, en force.

Bien sûr, beaucoup diront qu'il ne s'agit là que des vœux pieux (et partiaux) de deux dirigeants de sociétés de métaux précieux basées en Suisse.

C'est juste.

Mais ni Egon, ni moi n'avons jamais été du genre à utiliser l'espoir ou les vœux pieux pour guider nos opinions (ou nos conseils) sur la monnaie ou nos convictions sur l'augmentation et, plus important encore, sur la préservation de la richesse.

Notre réflexion est toujours franche, à long terme et respectueuse des calculs impassibles et des cycles de l'histoire (et des décisions politiques historiquement mauvaises).

Pourquoi les taux SERONT RÉprimés

Commençons par les taux et les raisons pour lesquelles ils ne peuvent pas être beaucoup plus élevés (à court terme) et constituent donc une menace à long terme pour la hausse du prix de l'or.

En utilisant la Fed comme parfait substitut pour les banquiers centraux délirants et désespérés du monde entier, nous pouvons faire quelques calculs rapides pour visualiser la future orientation de l'or.

Alors que l'administration Biden ajoute encore 1 900 milliards $ de dette "stimulus" à une dette déjà historiquement toxique, les États-Unis auront plus de 30 000 milliards $ de dette publique avant le premier trimestre de cette année.

Avec une économie à genoux et des recettes fiscales en baisse, cette dette, et donc les déficits américains, ne feront qu'augmenter, beaucoup plus, d'ici la fin de l'année.

Maintenant, comparons cette réalité actuelle aux mathématiques d'avant la pandémie de 2019, lorsque l'économie sur-stimulée (c'est-à-dire artificielle) tournait à plein régime.

C'est un calcul simple

À cette époque, les États-Unis dépensaient 4 000 milliards $ par an et percevaient 3 000 milliards $ de recettes fiscales. Le résultat net était un déficit annuel d'environ 1 000 milliards $.

Encore une fois : ce déficit s'inscrivait dans un environnement "solide" où les intérêts débiteurs sur la dette américaine pour 2019 s'élevaient à environ 400 milliards $, soit environ 10% des dépenses totales.

Mais si nous avançons rapidement (calculatrice à la main) jusqu'en 2021, le tableau (et les calculs) s'assombrit, très vite.

Avec une dette totale de 30 000 milliards $, si les taux d'intérêt devaient augmenter de manière significative pour atteindre la fourchette normale de 5%, cela signifierait 1 500 milliards $ de frais d'intérêt annuels pour l'Oncle Sam, ce qui équivaudrait à 50% des recettes nationales au lieu de 10%.

Un tel scénario de hausse des taux rendrait les États-Unis mathématiquement insolvables.

Soit dit en passant, un tel scénario de hausse des taux serait également vrai en Asie, dans l'UE, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie, etc.

Les taux ne monteront pas beaucoup plus haut pour la simple raison que les pays (et donc les banquiers centraux) ne peuvent pas se permettre de les augmenter beaucoup plus.

Par conséquent, les banques centrales n'ont pas d'autre choix que de plafonner et de réprimer les taux aussi longtemps qu'elles le peuvent, jusqu'à ce que l'ensemble du système implose et que les taux, les rendements et l'inflation s'envolent.

Pour l'instant, cependant, les taux réprimés sont inévitables : c'est une simple question de mathématiques naturelles et de survie artificielle.

Attentes en matière d'inflation

Quant à l'inflation, elle est aussi évidente à voir venir qu'une carie l'est pour un dentiste.

À l'heure actuelle, les taux augmentent parce que les investisseurs et les marchés anticipent une hausse de l'inflation, ce qui est vrai, mais la Realpolitik que la plupart des détenteurs d'or oublient est que les taux ne monteront pas trop haut pour la simple raison, encore une fois, que la Fed ne peut pas se le permettre.

Permettez-moi de répéter que : pour payer les factures, la Fed DOIT réprimer les taux à terme (en particulier le taux U.S à 10 ans, et peut-être à 30 ans) tout en poursuivant simultanément une politique délibérée d'inflation et de dépréciation de la monnaie pour "dégonfler" une partie de la dette de l'Oncle Sam.

Cette configuration, comme nous l'avons expliqué dans d'autres articles, est en fait un scénario parfait pour l'or, à savoir 1) une inflation galopante (malgré le mensonge de l'IPC) et 2) des rendements artificiellement réprimés et des taux maintenus bas.

Le résultat net, bien sûr, est un monde de taux réels négatifs, qui est la toile de fond la plus haussière pour l'or, une toile de fond qui est complètement ignorée par les marchés et 99% des investisseurs en ce moment.

La lutte linguistique de la Fed contre la transparence

La semaine dernière, M. Powell a annoncé qu'il s'attendait à une reprise de l'inflation, sans toutefois s'attendre à ce qu'elle soit "une force persistante à long terme".

C'est fort... Tout comme Bernanke qui promettait que l'impression monétaire post-2008 prendrait fin en 2010...

La Fed ne veut et ne peut jamais admettre que son plan est de créer autant d'inflation que possible pour résoudre le problème de la dette de l'Oncle Sam.

Mais c'est la réalité. Tous les observateurs politiques avertis le savent.

Vous ne verrez jamais la Fed annoncer publiquement qu'elle fera tout son possible pour créer plus d'inflation, tout en cherchant simultanément à malhonnêtement déclarer les niveaux d'inflation sur cette échelle ouvertement fausse connue sous le nom d'IPC.

Comme toutes les banques centrales désespérées, la solution de la Fed consiste à permettre à l'inflation d'être beaucoup plus élevée que les taux nominaux afin de pouvoir rembourser les détenteurs de dettes fixes avec des dollars qui vaudront toujours moins à l'avenir.

Mais encore une fois : cela ne sera jamais admis publiquement par les banquiers centraux, car agir ainsi, reviendrait à avouer que leur monnaie est dans le couloir de la mort.

Un tel dysfonctionnement bipolaire du double langage de la Fed n'est pas nouveau.

Les discours publics de la Fed et son véritable programme sont totalement opposés. C'est la norme pour les banquiers centraux pris au piège de la dette qu'ils ont eux-mêmes conçue.

Au passage, M. Powell a également déclaré que la masse monétaire n'avait aucun impact économique sur l'inflation, alors que l'augmentation de la masse monétaire est la définition même de l'inflation.

Mais comme nous l'avons indiqué tant de fois : ne faites pas confiance aux experts...

Autres vents contraires temporaires sur l'or

En plus de la crainte temporaire, mais réelle, de la hausse des taux, d'autres forces sont en jeu et détournent le cours de l'or vers d'autres directions dangereuses.

La spéculation sauvage sur les actifs à risque

À cette fin, l'un des principaux coupables est le degré délirant, mais pour l'instant assez rentable, de spéculation croissante et sauvage sur les actifs à risque comme les actions technologiques et les cryptomonnaies.

Une telle euphorie spéculative, qui, au passage, se termine toujours par un désastre et atteint toujours des sommets avant de s'effondrer, est également toujours mauvaise pour l'or, qui est une valeur refuge plutôt qu'un actif spéculatif. C'est pourquoi, moi-même et d'autres investisseurs contrariens informés, le recommandons.

Il va sans dire que lorsque des investisseurs particuliers non informés peuvent faire 200% sur GameStop ou rêver de Tesla en appuyant sur le bouton d'une application Robinhood ouvertement discréditée, l'or se comportera de manière assez "ennuyeuse" pendant ces périodes de fantaisie irrépressible.

En bref, la fièvre spéculative, ainsi que la perception d'une hausse des taux et du dollar, font sortir l'argent de l'or.

Mais la hausse des taux et du dollar ne sont que des gros titres et non une réalité à long terme, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus.

L'argent intelligent et prévoyant n'investit pas, ne préserve pas sa richesse, en se basant sur les gros titres ou les fantasmes ; au lieu de cela, il se fie aux mathématiques.

Maintenir la bulle en vie - Réduire les taux d'intérêt

En outre, la Fed sait qu'en plus de rendre la dette souveraine impayable, la hausse des taux écrase sa précieuse bulle boursière, à peu près la seule chose qui fonctionne aux États-Unis.

Lorsque le taux d'actualisation est de 0%, la bulle reste en vie, mais si la Fed permettait à ce taux de monter à 4%, toutes les sociétés cotées en Bourse aux États-Unis devraient appliquer ce taux de 4% dans leurs flux de trésorerie actualisés et modèles de valorisation.

À ce moment-là, les entreprises qui se négocient actuellement à 40 ou 50 fois leur chiffre d'affaires verraient leur valorisation chuter.

Les marchés imploseraient.

Comprenez-vous maintenant pourquoi la Fed va devoir plafonner les taux ? Rappelez-vous que : une baisse des taux et une hausse de l'inflation seront excellentes pour l'or.

Plus de dépréciation monétaire

Comme tous les investisseurs avertis l'ont compris depuis longtemps, l'intervention continue des banques centrales (c'est-à-dire l'impression monétaire) nécessaire pour maintenir les taux bas ne signifie qu'une chose : plus de création de monnaie et donc plus de destruction de monnaie.

L'or, bien sûr, est la couverture ultime contre le dollar et l'inflation, mais contrairement à la plupart des autres matières premières et métaux (comme le cuivre, etc.), il a la particularité de ne pas être sensible à l'économie.

En d'autres termes, l'or n'a pas besoin d'une économie florissante pour voir son prix augmenter.

Au lieu de cela, l'or sert de valeur refuge contre l'effondrement des monnaies et la hausse de l'inflation, ce qui est précisément la direction vers laquelle se dirige clairement (plutôt que théoriquement) ce monde brisé.

Le miracle du vaccin en perspective ?

Bien sûr, avec l'optimisme lié à la vaccination, nous pouvons nous attendre à un nouveau vent spéculatif qui portera les marchés vers un Nirvana post-Covid, ce qui pourrait faire baisser l'or pendant une brève période.

Mais cette "euphorie" sera de courte durée pour la simple raison (et le fait) que la bombe à retardement de la dette, qui ne cesse de croître et qui fait tic-tac sous cette euphorie, fera voler en éclats ces illusions.

Les faits et les chiffres relatifs à la dette auxquels sont confrontés les banquiers centraux et les économies brisées sont désormais incontestables.

Encore une fois : le moyen le plus simple et le plus facile de sortir de ce marasme de la dette est l'inflation.

De telles politiques pointent dans une seule direction : le pouvoir d'achat des monnaies mondiales va s'effondrer alors que le pouvoir et le rôle de l'or vont monter en flèche dans les années à venir.

Mesurer la richesse réelle plutôt que spéculative

Malgré la confluence actuelle de facteurs ("hausse" des taux, du dollar, de la spéculation sauvage et "normalité" post-Covid) qui éloignent l'argent de l'or, les perspectives à long terme se résument à ceci : nous devons nous attendre à plus d'inflation, plus d'impression monétaire et plus de dévaluation de la monnaie.

Cela signifie que ceux qui mesurent leur richesse en dollars, euros, livres sterling, yens, etc. mesureront des ombres plutôt que la substance.

En ce qui concerne la mesure et la préservation saines de la richesse, l'or est l'actif numéro un vers lequel les investisseurs informés et préparés peuvent se tourner.

Pour l'instant, cet actif clé est sous-évalué et offre une opportunité massive, notamment dans une optique de prix inévitablement beaucoup plus élevés. Mais, beaucoup plus important, l'or permettra de préserver son patrimoine dans un monde malade de la dette, marqué par une spéculation dangereuse et des monnaies ouvertement mourantes.