L'objectif numéro un d'un président américain est de se faire réélire. Pour y parvenir, il ne suffit pas d’avoir de l’allure ou d'être un beau parleur.

Le seul moyen d'être réélu est d'acheter des votes. Leur prix varie en fonction de l'état de l'économie et au plus bas d'un cycle, ils ne coûtent pas grand-chose puisque celle-ci est de toute façon sur le point de basculer.

LES dirigeants SONT DES INSTRUMENTS DE LEUR ÉPOQUE

Un président ou un premier ministre sont des instruments de leur époque et sont donc mis en place pour exécuter le seul plan réalisable. Thatcher et Reagan sont l'exemple de dirigeants qui sont arrivés au bon moment. Après une période d'inflation élevée et de croissance lente, combinée à des marchés boursiers faibles, ces deux dirigeants ont été élus, à juste titre, pour gérer la reprise et la période de forte croissance à venir.

Un autre exemple de leader devenu Premier ministre à un moment opportun est Churchill, qui a été nommé au début de la Seconde Guerre mondiale. Il a été un brillant meneur en période de guerre.

Biden a été élu parce qu'il est le candidat le plus apte à permettre aux Etats-Unis de survivre aux 4 prochaines années.

Le problème est que le patient (les États-Unis) pourrait ne pas survivre.

LE PLUS GRAND TEST DE MMT DE L'HISTOIRE

Se peut-il que l'opération soit une réussite, mais que le patient décède ?

Malheureusement, je pense que cette éventualité est la plus probable. Le programme dans lequel Biden et ses consorts se sont engagés sera le plus grand test de MMT (Théorie monétaire moderne) de l'histoire.

Manifestement, Biden a mal compris l'abréviation et a pensé que celle-ci signifiait MORE MONEY THEORY ("théorie du plus d'argent") puisqu'il ne fait que dépenser encore et toujours plus.

La MMT n'est qu'une extension de l'économie keynésienne. Pour faire simple, il suffit d'imprimer tout ce qui est nécessaire afin de répondre aux besoins du pays.

Si les gens n'ont pas d'emploi, il suffit d'imprimer de l'argent et de leur distribuer. Lorsque des entreprises font faillite, il suffit de leur donner suffisamment de fonds pour survivre. Lorsque les banques sont au bord de l'insolvabilité à cause de leurs prêts et de leurs spéculations inconsidérées, il suffit d'imprimer et de leur donner tout ce dont elles ont besoin pour pouvoir poursuivre leurs politiques de crédit irresponsables. Après tout, les cadres supérieurs ont besoin de leurs gros bonus et quelqu'un ou quelque chose doit payer pour cela. La MMT est l'instrument idéal pour y parvenir.

Biden est devenu maître de la MMT en seulement 100 jours.

En cela, son programme initial de dépenses de 6 000 milliards $ est idéal.

Pour ceux qui ne parviennent pas à tenir la cadence de ses dépenses prodigieuses, permettez-moi de vous rappeler que ces 6 000 milliards $ "seulement" se décomposent en un plan de relance de 1 900 milliards $, de dépenses d'infrastructure de 2 300 milliards $ et une expansion des filets de sécurité sociale de 1 800 milliards $.

6 000 MILLIARDS $ DÉPENSÉS EN 100 JOURS

Il est étonnant de voir avec quelle finesse la MMT peut être appliquée pour dépenser 6 000 milliards $ en 100 jours, SOIT 60 MILLIARDS $ PAR JOUR !

La bonne nouvelle est que cet argent n'aura jamais besoin d'être remboursé. Non, au lieu de rembourser, il faudra imprimer encore et toujours plus. Et pour assurer le service de la dette, il faudra imprimer davantage.

Bien sûr, il est facile d'assurer le service de la dette avec des taux d'intérêt quasiment nuls. Alors que se passera-t-il si les taux montent à 5% ou 10% ou même à 15% comme dans les années 1970 ? (Je m'en souviens très bien).

Cela ne crée aucun obstacle selon la MMT. Il suffira d'imprimer encore plus.

Les États-Unis sont "prêts pour le décollage", vient de déclarer Biden au Congrès !

Il a bien raison et avec le lancement de la fusée MMT, rien n’est impossible.

UNE DETTE DE 50 000 MILLIARDS $ EN 4 ANS NE SUFFIRA PAS

Une fois que Biden & Yellen s'y mettront, ils n'auront aucun mal à dépenser 600 milliards $. Le total des dépenses et des déficits dépassera certainement 30 000 milliards $ au cours des 4 prochaines années.

 

 

En novembre 2016, lorsque Trump a été élu, j'ai prédit que la dette américaine atteindrait de 28 000 milliards $ à la fin de ses 4 années de mandat, puis 40 000 milliards $ en 2025.

La barre des 28 000 milliards $ est déjà passée et même si personne ne pensait en 2016 qu'on pourrait atteindre les 40 000 milliards $ d'ici 2022, ce chiffre semble maintenant sous-estimé. Il est désormais certain que nous atteindrons au moins 50 000 milliards $. Et ce chiffre pourrait être beaucoup plus élevé.

Il ne fallait pas être un génie pour anticiper les 28 000 milliards $ en 2021 et les 40 000 milliards $ en 2025. Les gens sont très prévisibles et cela vaut aussi pour les présidents. Au cours des 40 dernières années, la dette américaine a doublé tous les 8 ans. Ainsi, la prévision était basée sur l'outil le plus basique mais néanmoins le plus fiable, l'histoire.

LA DETTE MULTIPLIÉ PAR 31 ET LES IMPÔTS PAR 6

Ce qui est encore plus inquiétant dans le graphique ci-dessus, c'est que si la dette a été multipliée par 31 en 40 ans, les recettes fiscales n'ont été multipliées que par 6.

Par conséquent, personne ne devrait croire que le gouvernement américain a la moindre intention de rembourser sa dette. À l'exception de quelques périodes, la dette américaine a augmenté chaque année depuis le début des années 1930.

Et comme je l'ai précisé précédemment, il n'est pas nécessaire de rembourser la dette avec la MMT. Tout le but de la MMT est d'imprimer de manière constante et irresponsable des quantités toujours plus importantes de monnaie sans valeur.

Cette belle théorie de la MMT ne peut, par définition, jamais être à court d'argent.

Mais comme Ayn Rand l'a dit :

“VOUS POUVEZ IGNORER LA RÉALITÉ, MAIS VOUS NE POUVEZ PAS IGNORER

LES CONSÉQUENCES D’IGNORER LA RÉALITÉ.”

Le clan de la MMT (y compris l'administration actuelle) ignore clairement la réalité. Et malheureusement, ils sont complètement inconscients du fait que LE PAPIER DOIT ÊTRE PAYÉ.

Ignorer les conséquences d'actions imprudentes est toujours très coûteux au final. Une longue lignée de présidents a réussi à tromper le peuple pendant des décennies en lui transmettant une économie grevée par une dette toujours plus importante.

Problèmes dans LA BULLE

Les risques qui menacent aujourd'hui les États-Unis sont chacun de l'ordre de magnitude d'un missile à tête nucléaire.

La bulle risque fortement d'être percée par l'un des missiles de l'illustration ci-dessous, et ce, bien avant la fin des 4 prochaines années.

 

 

Il est impossible de dire quel missile frappera en premier, mais ce qui est sûr, c'est que n'importe lequel d'entre eux aurait un impact dévastateur sur l'économie américaine.

Nous pouvons supposer que la MMT continuera à fonctionner pendant un certain temps encore, car elle profite grandement aux dirigeants et aux plus riches. Mais une conséquence que la plupart des observateurs négligent est la monnaie. Le dollar a déjà perdu 84% en termes réels au cours de ce siècle. Le rythme actuel d'impression monétaire accélérera cette chute.

Cela exercera à son tour une pression colossale sur le marché obligataire, les taux d'intérêt et le marché boursier.

Avec toutes ces menaces inquiétantes, cette saga ne peut pas bien se terminer. La bulle économique américaine est si fragile qu'elle ne peut être sauvée. Nous verrons bientôt que la MMT n'était qu'un énorme mensonge et le plus grand canular économique de l'histoire.

LES MARCHÉS

Les actions sont en train de clôturer un marché haussier séculaire majeur, peu importe si celui-ci a duré 200 ou même 2000 ans. Seuls les futurs historiens nous le diront.

Ce que nous savons, c'est que ce serait un jeu de dupes que de prévoir le moment exact de la fin d'un cycle de cette ampleur.

Si nous prenons l'exemple du Dow Jones, nous pouvons voir sur le graphique que ce mouvement exponentiel a peu de chances de bien se terminer. L'ampleur de la hausse depuis mars 2020 est historique et ne s'est jamais produite auparavant au cours des 50 dernières années.

 

 

Tant sur le plan technique que sur le plan fondamental, les actions atteignent maintenant la fin de ce cycle séculaire, que cela prenne encore quelques semaines ou quelques mois.

Certaines personnes pourraient dire que je me répète comme un disque rayé. Mais ils ne saisissent pas bien le problème. Je me moque de savoir quand le marché atteindra son sommet. Tout ce qui m'importe, c'est que les investisseurs se protègent contre la perte d'une grande partie de leur patrimoine lorsque le marché se retournera. Car le risque est désormais extrême.

J'ai reçu aujourd'hui un e-mail d'un lecteur qui a saisi l'objectif que je m'efforce d'atteindre :

Merci pour ces articles que vous écrivez ! J'essaie de lire tous ceux que vous m'envoyez. J'ai entendu quelqu'un dire que vous êtes un peu comme un disque rayé, vous répétez toujours le même message. Je préfère dire que vous êtes l'une des voix les plus importantes qui ne s'est pas éloignée des réalités malheureuses auxquelles nous sommes tous contraints de faire face. Je suis d'accord avec la plupart de vos opinions. Merci encore”.

Nous sommes à un moment de l'histoire et de l'investissement où il ne s'agit pas de gagner le plus d'argent mais d'en perdre le moins possible.

Il n'y aura pratiquement aucun gagnant dans le marché baissier séculaire à venir pour l'économie mondiale. Tout sera question de survie.

Comme la plupart des lecteurs le savent, l'équipe de MAM est convaincue que la meilleure chance de survie financière est de détenir de l'or et de l'argent physiques, entreposés en dehors du système bancaire fragile.

Cela a été, de tout temps, la meilleure forme de préservation de la richesse.