"Tour de contrôle à Major Tom... Vos circuits sont morts, il y a quelque chose qui ne va pas. Est-ce que vous m'entendez, Major Tom ? Est-ce que vous m'entendez, Major Tom ?"... Tom : Ici je flotte autour de ma canette d'étain… et il n'y a rien que je puisse faire." (David Bowie - Space Oddity)

Les grandes banques centrales ont totalement perdu le contrôle et l'économie mondiale flotte, désemparée et sans aucune direction. Depuis fin 2006, les principales banques centrales (Fed, BCE, BOJ et PBOC) ont augmenté leurs bilans de 5 000 milliards $ à 25 500 milliards $ aujourd'hui. La majorité des 20 000 milliards $ créés depuis 2006 ont servi à soutenir le système financier.

Même avec ces 20 000 milliards $, l'économie mondiale n'a jamais été dans une situation aussi critique. Les banques centrales sont en train de faire ce à quoi nous nous attendions, à savoir, la seule chose qu'elles savent faire : imprimer des quantités infinies d’argent sans valeur (puisqu’il est créé à partir de rien). Mais la création de monnaie par les banques centrales n'est qu'une petite partie du problème. Derrière les 25 000 milliards $ de bilan des banques centrales se cache une dette mondiale qui a littéralement explosé en passant de 125 000 milliards $ en 2006 à 280 000 milliards $ aujourd'hui.

Cette dette supplémentaire colossale n'a pourtant pas profité aux gens ordinaires. Elle a soutenu les banques et creusé dangereusement l'écart entre les riches et les pauvres. Aux États-Unis, par exemple, 10% de la population détient 70% de la richesse. Il n'est vraiment pas étonnant que nous assistions à un nombre croissant de protestations et d'émeutes. Malheureusement, plus l'économie se détériorera, plus la violence augmentera.

SPACE ODDITY (ÉTRANGETÉ DE L'ESPACE) 

Quel est donc le destin de cette Space Oddity (nom de la chanson de Bowie ci-dessus) dont les banques centrales, mais aussi les gouvernements, ont perdu le contrôle ?

Prenons les États-Unis comme exemple, car c'est la première puissance économique mondiale et aussi la plus vulnérable. De nombreux pays sont dans la même situation.

Voici quelques-uns des enjeux auxquels ni Trump ni Biden ne pourront faire face :

  • CV-19 – Virus créé par l'homme qui paralyse la planète, aucun vaccin ne sera efficace avant longtemps, voire jamais
  • Economie – La chute précipitée de l'économie a plus de chances de s'accélérer que de se rétablir
  • Industrie – L'industrie et le commerce vont se contracter rapidement
  • Bulles d'actifs – Les actions, les obligations, les biens immobiliers vont s'effondrer, et nous assisterons à une destruction massive de la richesse
  • Dollar – Il implosera et conduira à l'hyperinflation
  • Déficits – Ils s'accéléreront pendant des années pour soutenir l'économie, la population et le système financier
  • Dette – Elle atteindra rapidement 200% du PIB, et sera beaucoup plus élevée lorsque les banques s'effondreront
  • Chômage – Le taux de chômage atteindra 20 à 30 % minimum
  • Agitation sociale – Elle ne fait que commencer, et elle va encore s'aggraver si les gens ont le ventre vide
  • Guerre civile – Le gouvernement est impuissant face aux protestations, et le risque de voir la situation s'aggraver est très élevé
  • Retraites – Elles disparaîtront avec l'effondrement des marchés d’actifs, la plupart des gens ne toucheront pas de retraite
  • Sécurité Sociale – Elle sera insuffisante, avec un gouvernement en faillite et de l'hyperinflation
  • Agitation Politique – Aucun parti ni dirigeant ne sera considéré comme digne de confiance, pas même les marxistes émergents

Le monde est en faillite et tout ce chaos a été crée par l'homme - ce n'est pas la première fois dans l'Histoire. 

monnaie saine 

Toute personne qui comprend ce qu'est une monnaie saine sait que l'explosion de la dette depuis 1971 (lorsque Nixon a fermé la fenêtre d'or) se terminera mal.

Une monnaie saine doit être rare, c'est l'une de ses caractéristiques essentielles. L'explosion de la masse monétaire et de la dette depuis 1971 prouve ce qui se passe lorsque la monnaie est imprimée en quantités infinies. Les Keynésiens et les adeptes de la MMT (Théorie monétaire moderne) croient que l'argent peut être fabriqué à coup de baguette magique. Pendant 50 ans, ils ont obtenu ce qu'ils demandaient sans en comprendre les conséquences. Or, pour chaque action délibérée, il y a toujours de graves conséquences.

Pendant 50 ans, la monnaie papier ou fiduciaire a été créée sans aucun service ou bien produit en échange. Depuis 1971, la dette totale des États-Unis est passée de 1 700 à 78 000 milliards $. Au cours de la même période, les prix des maisons, des biens et des services ont explosé, mais la plupart des consommateurs n'en sont pas conscients, car il s'agit d'un processus lent. Comme le montre le graphique ci-dessous, la dette a été multipliée par 46 entre 1971 et 2020, alors que le PIB n'a augmenté que de 18 fois. L'économie américaine tourne donc à vide, car il faut s'endetter davantage pour augmenter le PIB.

Comme l’argent créé pour développer l'économie est faux, l'augmentation du PIB est également fausse, et c'est simplement un chiffre gonflé par la dépréciation chronique de la monnaie.

 

 

 

LA MONNAIE SAINE DOIT ÊTRE RARE 

L'inflation rampante que les États-Unis et la plupart des pays du monde enregistrent depuis un demi-siècle est parfaitement illustrée par la dévaluation des devises.

Comme la monnaie saine doit être rare, la monnaie fiduciaire ne pourra jamais être saine puisque des montants illimités peuvent être et ont été créés. L'une des caractéristiques importantes de l'or est sa rareté. Le stock mondial total d'or n'augmente que de 1,7%, soit 3 000 tonnes par an.

La rareté est donc l'une des principales raisons pour lesquelles l'or est la seule monnaie à avoir survécu dans l'histoire. Si l'on regarde le prix de l'or en dollars américains depuis que Nixon a abandonné l'étalon-or en 1971, le dollar a perdu 98% de sa valeur, un chiffre stupéfiant.

Rien qu'au cours de ce siècle, le dollar a perdu 85% par rapport à la monnaie réelle, c'est-à-dire l'or. La destruction des monnaies est la meilleure preuve de l'échec total des politiques de la Fed et des autres banques centrales.

 

 

LA FIN DE LA FIN

Le monde est maintenant entré dans la phase finale d'une ère économique qui a commencé en 1913 avec la création de la Fed. Le début de la fin a eu lieu en 1971 avec la décision fatale de Nixon. La phase finale a commencé en août 2019 lorsque la BCE et la Fed ont annoncé au monde que le système financier était en faillite. Ils n'ont pas vraiment utilisé ces mots, mais leur langage semi voilé et surtout leurs actions, étaient pour une fois très claires.

Les problèmes dans le système financier signifiaient que la Fed et la BCE feraient "tout ce qu'il faut", et c'est ce qu'elles ont fait au cours des six derniers mois et demi. Les actifs totaux de la Fed et de la BCE ont augmenté de 6 000 milliards $ depuis août 2019.

Mais ce n'est qu'un début. Avec un système financier en faillite, une économie mondiale extrêmement fragile et une pandémie qui s'est rajoutée à tout cela, la Fed et la BCE sont totalement perdues. Elles continuent à jeter de l'huile sur le feu, comme si cela allait résoudre le problème. Au lieu d'éteindre le brasier, elles ne font que l'aggraver et le rendre de plus en plus dangereux.

LA DÉCONNEXION À LA RÉALITÉ TOUCHE À SA FIN 

Il est peu probable que l'économie mondiale continue de dériver sans fin, quoi que fassent les banques centrales. A première vue, ces banques ont l'illusion que le monde leur fait confiance, puisque les marchés boursiers continuent de défier la réalité. La déconnexion avec l'économie réelle s'accentue de jour en jour. L’implosion des marchés et de l'économie mondiale est imminente.

Il suffit de regarder le Nasdaq qui a été multiplié par 10 depuis son plus bas de 2009. Les investisseurs semblent croire que les gens se contenteront de rester chez eux en se reposant sur les aides, à jouer sur leur iPhone et iPad, en achetant des choses dont ils n'ont pas besoin sur Amazon, et à regarder Netflix toute la journée.

 

 

Netflix est évalué à 217 milliards $ avec un ratio cours/bénéfices de 83. Amazon est évaluée à 1 600 milliards $ avec un ratio cours/bénéfices de 126 ! Beaucoup d'autres entreprises sont sur un ratio qui laissent présager un krach imminent.

Le gouvernement américain devra prolonger les allocations chômage à perpétuité afin que ces entreprises puissent justifier les valorisations actuelles. Même cela ne suffira pas.

GONFLER ET MOURIR 

"Gonfler ou mourir" est un concept inventé par le légendaire Richard Russell. Nous avons malheureusement dépassé ce stade et l'économie mondiale est plus susceptible de se retrouver face à une situation de type "GONFLER ET MOURIR". Mais il ne s'agit pas seulement de gonfler ou d'imprimer de l'argent pour subventionner les chômeurs ou les entreprises en difficulté. La prochaine grande phase de QE consistera à soutenir le système financier à une échelle beaucoup plus grande.

Ni les entreprises ni les particuliers ne seront en mesure d'assurer le remboursement de leurs emprunts dans les années à venir. Le gouvernement, les États, les municipalités, etc. non plus. Au contraire, tout le monde devra s'endetter davantage pour survivre.

Les pertes sur créances pour les banques seront astronomiques. Même avec les faibles taux d'intérêt actuels, les créances douteuses augmentent rapidement. Et la plupart des banques n'ont certainement pas encore bien mesurer le problème. Les 15 plus grandes banques américaines ont mis de côté 76 milliards $ pour couvrir les créances douteuses et les 32 plus grandes banques européennes 56 milliards €.

Il s'agit de la provision la plus élevée depuis la crise de 2006-2009, qui a entraîné la chute de Lehman et Bear Stearns. Accenture Consulting estime que les pertes dues aux créances douteuses pourraient atteindre 880 milliards $ d'ici à la fin de l'année 2022. Cela représenterait 2,5 fois les provisions sur créances de 2009.

Je doute que les banques aient réalisé l'ampleur des problèmes économiques actuels. Les banques centrales voient clairement les risques. Sinon, elles n'auraient pas paniqué en août 2019.

LA DEUTSCHE VA-T-ELLE PROVOQUER UN EFFONDREMENT SYSTÉMIQUE ?

Prenons la Deutsche Bank (DB) qui est la plus mal-en-point. Le total des ses actifs s’élève à 1 300 milliards € et ses fonds propres à 62 milliards €. Les fonds propres représentent 4,7% de ses actifs totaux. Des pertes sur créances de 5% anéantiraient donc son capital. Je serais surpris si les pertes sur créances à venir étaient inférieures à 25%. Si nous ajoutons l'exposition brute aux produits dérivés de 50 000 milliards $, une perte de 0,1% serait suffisante pour mettre la DB en faillite.

Les gens vont maintenant dire que l'exposition brute devrait être réduite à un chiffre net beaucoup plus bas. Le problème dans une crise est que l'exposition brute reste brute lorsque les contreparties font faillite.

DB aura du mal à survivre à la prochaine crise. Étant l'une des plus grandes banques du monde, la DB a des positions sur toutes les grandes banques. Une faillite de la DB conduirait probablement à un effondrement systémique avec l'implosion de tout le système.

LA FED ET LA BCE SE TIENNENT PRÊTES À JETER DE L'ARGENT PAR HÉLICOPTÈRE 

La Fed et la BCE sont manifestement conscientes de ce risque et restent donc vigilantes. Dans un premier temps, elles feront tout ce qui est en leur pouvoir, à savoir, recourir à la monnaie hélicoptère, la suspension des retraits, les renflouements, les sauvetages, les taux négatifs, etc.

Il est également probable qu'il y ait une nouvelle monnaie de réserve sous la forme d'un cryptodollar, de moratoires sur la dette, etc. et un éventuel reset lié en partie au prix de l'or. Cela pourrait fonctionner pendant une période limitée, mais finira par échouer. Les Chinois et les Russes ne seront pas d'accord et mettront en doute la solidité financière des États-Unis ainsi que le niveau réel de leurs réserves d’or, qui sera probablement nettement inférieur aux 8 000 tonnes déclarées. Le deuxième reset sera désordonné et c'est à ce moment-là que le système bancaire ne survivra pas sous sa forme actuelle.

Le monde réalisera que les banques centrales ont totalement perdu le contrôle du système car la monnaie qu'elles impriment sera reconnue comme ayant ZÉRO valeur.

"Et ils ne peuvent rien faire", comme l'a dit Bowie.

LE DÉSORDRE ET L'ANARCHIE POLITIQUES

À ce stade, les gouvernements seront la plupart du temps désorganisés et impuissants. Le peuple soutiendra toujours les partis d'opposition qui promettront la lune, mais qui, lorsqu'ils seront au pouvoir, ne serviront pas à grand chose. Les changements de gouvernement seront fréquents et il y aura des périodes d'anarchie.

Un scénario sombre, malheureusement, mais les dés sont déjà jetés et je ne vois aucune chance d'éviter "une catastrophe finale et totale du système monétaire affecté" (von Mises).

J'espère évidemment que ce scénario ne se produira pas, mais les chances d’y échapper sont minces. Ce n'est qu'une question de degré et de gravité de l'effondrement.

Il n'est pas facile pour les gens ordinaires de se protéger contre Armageddon. Une protection financière sous forme d'or et d'argent physique est absolument essentielle, mais ce n'est qu'un moyen parmi tant d'autres de se préparer.

Les soutiens les plus importants sont une famille et des amis proches et l'appréciation de valeurs non matérielles et quasiment gratuites telles que la nature, les livres et la musique.

Les effets sur les marchés et la monnaie seront bien sûr dramatiques, mais nous en parlerons plus en détail dans un autre article.