Les politiques ultra-acommodantes se maintiennent (autant que les dérives associées), les monnaies déclinent, le pouvoir d'achat se fragilise et l'inflation pourrait bien revenir en force cette année. La monnaie est d’ailleurs le dernier indice à relever pour savoir quelle est la situation générale d'un État. Selon les travaux de Ray Dalio, lorsque la monnaie chute, alors la fin est proche. Il y a aussi une autre donnée à considérer : la vitesse de circulation de la monnaie, appelée également vélocité, c’est-à-dire la quantité de monnaie dépensée en un temps donné par rapport à sa masse. En d'autres termes, c'est le nombre de fois qu'une unité monétaire change de mains en un temps donné. Ainsi, une vélocité importante est un indice de confiance de la population. Aujourd’hui, étant donné le contexte, cette vélocité est très mauvaise. L’année 2020 aura été une année record en termes d’épargne, et donc d’immobilisation de la monnaie. Cette donnée psychologique est la clé d’une meilleure compréhension du conflit qui existe entre les politiques d’impression monétaire et l’inflation théorique supposée. En effet, suite aux milliards de liquidités déversées, la vélocité de la monnaie augmentera à nouveau avec les déconfinements et les prix exploseront pour compenser cette incroyable augmentation de la masse monétaire disponible. Comment se préserver des dérives du système monétaire actuel ?