La TMM est le rêve de tout socialiste. Cela signifie officiellement "Théorie monétaire moderne", mais "Théorie du toujours plus d'argent" serait plus approprié. La TMM n'est en fait qu'un nom fantaisiste pour justifier davantage de déficits, de dettes et d’impression monétaire. Les socialistes adorent la TMM car pour une nation souveraine, elle justifie le fait de vivre constamment au-dessus de ses moyens.

Les États-Unis pratiquent la TMM depuis bientôt 70 ans. Ils n'ont pas enregistré de véritable excédent budgétaire depuis le début des années 1960. Cela fait des décennies que l’Europe a des gouvernements socialistes, mais pour les États-Unis, c'est un phénomène relativement nouveau. Alexandria Ocasio-Cortez (AOC) a repris le flambeau de Krugman en affirmant que le socialisme et la relance par le déficit budgétaire sont la solution aux problèmes des États-Unis et de la planète.

Les énormes dépenses des États-Unis

Trump qui, en temps normal, se situe aux antipodes du socialisme, applique néanmoins la TMM à l'économie américaine en continuant à dépenser de l'argent qu'il n'a pas. Ses réductions d'impôts et ses dépenses excessives, combinées au ralentissement imminent de l'économie américaine, placeront bientôt les États-Unis dans la même catégorie que des pays comme l'Italie. On qualifie cette catégorie de "cas désespéré", le défaut de paiement y étant inévitable.

Mais contrairement à l'Italie, les États-Unis peuvent imprimer leur propre monnaie et ils continuent de le faire à un rythme de plus en plus soutenu. Le graphique ci-dessous montre la seule façon dont le gouvernement américain sait faire croître le PIB. Nous devons cependant nous rappeler que l'impression de quantités illimitées d'argent sans valeur entraîne une dépréciation totale de la monnaie, ce qui est une autre forme de défaut.

De 1970 à 2008, il fallait 0,77 $ de dette pour produire 1 $ de PIB. De 2008 à 2019, il a fallu 4 $ de dette pour produire 1 $ de PIB. En d'autres termes, les États-Unis tournent à sec.

 

 

La fausse monnaie crée de fausses valorisations

Comment peut-on croire que les valorisations que nous observons aujourd'hui sont réelles ? Bezos et sa femme pèsent 150 milliards $ et Amazon a une capitalisation boursière qui dépasse les 1 000 milliards $. Ces chiffres sont fantaisistes. Il en va de même pour tous les milliards de dollars créés à partir de rien. Le gouvernement américain a imprimé 13 000 milliards $ depuis 2008. La dette mondiale a augmenté de 125 000 milliards $. Tout cet argent a créé la richesse illusoire du monde actuel.

La croissance du PIB réel est négative depuis 2000

En se basant sur l'inflation réelle (ShadowStats), la croissance du PIB réel a été inférieure à 2% par an depuis 1990. Depuis 2000, la croissance du PIB réel aux États-Unis est négative. Pour une raison évidente. Les États-Unis ont imprimé 4 $ pour augmenter le PIB nominal de 1 $. Mais le chiffre nominal n'a aucun sens puisqu'il n'a été atteint qu'en imprimant 13 000 milliards $ de faux billets sans valeur. Comment peut-on croire qu’il est possible de créer de la richesse en fabriquant de l'argent à partir de rien ? Si un individu imprimait de faux billets, ce serait considéré comme une fraude et il finirait en prison.

 

 

Fraude au plus haut degré

Alors, pourquoi n’est-ce pas une fraude lorsqu'un gouvernement imprime de l'argent ? Bien sûr, il s'agit d'une fraude au plus haut degré. Un pays qui crée des dettes et imprime de la monnaie escroque son peuple. Mais malheureusement, les gens ne sont pas conscients des méfaits de leur gouvernement. Ils ne réalisent pas que la valeur du dollar, de la livre ou de l'euro qu’ils ont dans leurs poches se dégrade rapidement.

La meilleure façon d’estimer le déclin du papier-monnaie au fil du temps est de le mesurer par rapport à l'or. Toutes les monnaies s'effondrent contre l'or : le dollar a perdu 79% depuis 2000 et la livre sterling 82% comme le montrent les graphiques ci-dessous. Le déclin s'est interrompu depuis 2012, mais la prochaine étape est imminente. Au cours des 4-6 prochaines années, le dollar et la livre sterling devraient retrouver leur valeur intrinsèque de zéro. Cette chute s'accompagnera d'une impression monétaire illimitée, dans une ultime et désespérée tentative des banques centrales de sauver le système financier mondial. Malheureusement, ils sont voués à l'échec.

 

 

L’or en dollars brisera bientôt la ligne Maginot

À court terme, l'or semble stagner juste en dessous de la ligne Maginot qui se situe à 1 350 $. Tout comme les Français pendant la Seconde Guerre mondiale, la BRI et les banques d'investissement défendent fermement cette ligne.

Les Allemands ont traversé la Ligne Maginot à son point le plus faible et ce sera bientôt la même chose pour la Ligne Maginot Or. L'or a déjà franchi cette ligne dans de nombreuses devises comme le dollar australien et canadien, la livre sterling, la couronne suédoise et norvégienne, etc. Ce n'est qu'une question de temps avant que la ligne du dollar américain ne soit brisée à 1 350 $.

L’or est la monnaie éternelle

Les investisseurs qui détiennent de l'or pour les bonnes raisons ne sont pas inquiets. L'or est la monnaie éternelle et, par conséquent, les mouvements à court terme sont sans importance. Lorsque les gouvernements et les banques centrales se comportent de manière irresponsable, comme ils l’ont fait au cours des 100 dernières années, ça finit généralement mal. Quand ce sera le cas, l'or atteindra des niveaux inimaginables aujourd'hui.

L’élite européenne est désespérée

La chute de l'UE et de l'euro est inévitable. L'élite bruxelloise, non élue et non soumise à l'obligation de rendre des comptes, cherche désespérément à empêcher le navire de couler. Ils font tout leur possible pour faire capoter le Brexit. Comme lorsqu'ils sont intervenus en Irlande, au Danemark, en Grèce et en Italie. Mais ils n’y parviendront pas. 

L'économie et le système bancaire italiens sont dans une situation critique. La crise et les défauts à venir auront de graves répercussions sur les banques françaises, les banques espagnoles, la BCE et donc le système financier mondial. C'est l'un des déclencheurs potentiels de la prochaine crise mondiale, qui sera beaucoup plus grave que celle de 2007-2009.

Un dernier hourra et une crise mondiale

L'inévitable crise financière approche à grands pas. Un dernier Hourra pour les actions est encore possible. Cela pourrait se terminer brusquement ou prendre quelques mois. Nous assisterons au plus grand marché baissier séculaire de l'histoire.

Le prochain mouvement haussier de l'or se profile. Il est encore possible d'acheter de l'or et de l'argent à des prix raisonnables. Mais nous rencontrons déjà des pénuries d'argent. Il ne reste donc pas beaucoup de temps pour protéger son patrimoine avec des métaux précieux. Lorsque les vendeurs à découvert voudront se couvrir et demanderont la livraison physique, il n'y aura plus de métaux disponibles. Je conseille aux investisseurs de ne pas attendre ce moment.