L’année a commencé par un véritable feu d’artifice sur les matières premières, sur l’Or et sur l’Argent.

La figure haussière détectée la semaine dernière :

 

 

… a finalement abouti comme prévu sur un breakout cette semaine :

 

 

Le cours de l’or est en train de former une figure haussière également par rapport à l’indice US30 (qui représente les 30 plus grosses capitalisations cotées sur le New York Stock Exchange).

 

 

Sur un Time frame plus réduit, on remarque que ce rapport GOLD/US30 a complété une figure harmonique haussière (Gartley), le premier objectif a été atteint dès le premier jour de 2021, une seconde cible est en vue, ce qui ramènerait ce rapport à sa valeur de septembre à très court terme. Nous devons donc nous attendre à ce que les minières surperforment les indices en ce début d’année.

 

 

Ce breakout de l’or s’est déroulé alors que le dollar a une nouvelle fois enfoncé ses plus bas. Les fondamentaux de la devise américaine se sont encore dégradés à la fin de ce trimestre. Les réserves globales en dollars ont atteint un plus bas depuis 1997 et lorsqu’on compare l’évolution de la part de ces réserves en $ avec l’indice du dollar, on se rend compte qu’il reste pas mal de marge à la baisse…

 

 

L’or va devoir néanmoins affronter un probable rebond du dollar à cour terme. Graphiquement, le dollar est largement survendu.

On a vu la semaine dernière la configuration baissière de la paire dollar australien / dollar US, intéressons-nous cette semaine au dollar canadien.

La monnaie canadienne termine une figure harmonique "Crab" qui devrait engager un rebond du dollar US à court terme.

 

 

On remarque d’ailleurs la présence d’un double bottom sur divergence baissière, ce qui renforce la probabilité d’un rebond du dollar américain. Sur une période plus longue, le dollar complète une figure haussière "Cypher" dessinée sur 2020.

 

 

Deux figures harmoniques, une divergence haussière… Et une position massivement “short” sur le dollar, tous les ingrédients sont là pour un short squeeze massif et un rebond du dollar les prochains jours. Est-ce que ce sera à l’occasion du dénouement de la journée électorale du 5, très importante aux Etats-Unis?

Reste à déterminer comment l’or et l’argent réagiront à ce rebond de la devise américaine. Le breakout de l’or est clair, mais un nouveau test de la ligne de cassure n’est pas à exclure…

La correction attendue sur l’or reste néanmoins freinée par un niveau de spéculation sur l’or encore très faible. L’or n’est pas dans une phase spéculative effrénée… à la différence du Bitcoin. Les ETFs liés au métal fin sont loin de leur plus haut, le Bitcoin a quant à lui bénéficié beaucoup plus de la chute du dollar on a assisté ces dernières semaines à une véritable ruée sur les ETFs de la cryptomonnaie:

 

 

De leur côté, les compagnies minières ont démarré 2021 en fanfare, les juniors de notre portefeuille s’envolent de près de 10% en 3 jours de cotation, et parmi les producteurs, les argentifères tirent leur épingle du jeu.

Après le breakout de l’or, voici l’indice GDXJ qui tente ces jours-ci un breakout de son drapeau haussier (flag). L’aplatissement MACD laisse entrevoir un croisement à venir qui devrait être très haussier pour les juniors.

 

 

Pour illustrer ces performances de juniors, on s’arrête cette semaine sur Strikepoint. Ajoutée fin Août dans notre portefeuille, SKP.V a déjà doublé en quelques semaines, et sa configuration graphique annonce encore un breakout d’un support de plus de 4 ans… qui devrait propulser la valeur encore ces prochaines semaines.

 

 

Les minières australiennes entament leur rattrapage après une très longue consolidation, et les argentifères surperforment les aurifères, signe très haussier pour le secteur.

Pour illustrer cela, regardons le graphique de Pan American Silver, ajouté dès le début de la parution de Recherche Bay et qui a doublé depuis :

 

 

Deux observations sur ce graphique : un drapeau haussier percé à la hausse après 6 mois de consolidation, et un deuxième objectif atteint après la figure harmonique haussière (Gartley) complété entre Juin et fin Novembre. La double impulsion haussière entraînée par ces figures haussières a un potentiel de hausse très important sur la valeur.

Les producteurs d’or sont quant à eux encore toujours dans la fin de leur phase de consolidation... Les fonds qui sont investis sur ces seuls grands noms (NEM, ABX, AEM, HMI…) ont largement sous-performé le secteur depuis cet été, et leur performance globale en 2020 est globalement comparable au reste du marché actions. Les grandes minières aurifères n’attirent plus en investissement direct de type “stock picking”: on leur préfère désormais les ETFs exposés à la hausse de l’or.

C’est d’ailleurs une constante générale dans ces “nouveaux” marchés où les instruments passifs ont pris l’ascendant sur les fonds de recherche: L’afflux vers ces produits ETFs se fait au détriment des stocks individuels.

 

 

Cette prépondérance des ETFS passifs dans un secteur aussi faiblement capitalisé que celui des minières entraine beaucoup plus de volatilité, c’est selon moi l’une des raisons principales de cette sous-valorisation des grands noms du secteur.

Ne nous en plaignons pas. Les actions des compagnies minières, accessibles sur n’importe quelle plateforme de trading, restent de ce fait aujourd’hui à un prix historiquement bas: les soldes continuent, vive les soldes!

L’argent métal est quant à lui "hot" et les matières premières en général sont très sollicitées par les fonds en ce début d’année. L’étain est même en situation exceptionnelle de pénurie physique, les vendeurs décident du prix du métal en ce début 2021. (“A near total lack of tin for sale in the United States has led to a year-end jump in premiums for buyers who cannot wait for new shipments – variously expected any time from mid-January to March. US spot tin shortage lets sellers ‘name their price”.) - Orla O’Sullivan du MetalBulletin :

La crise du Covid a allumé la mèche, les matières premières sont en train d’exploser à la hausse.