Nous posions la question en mai dernier : les GAFA vont-ils précipiter la chute des banques ? Désormais, avec la cryptomonnaie que va lancer Facebook l’année prochaine, il faut passer à un niveau supérieur : en plus de concurrencer le secteur bancaire traditionnel, la Libra risque d’accélérer la perte de crédibilité des banques centrales. Car cette fois, il ne s’agit pas seulement de nouveaux services de paiement, mais d’une nouvelle monnaie internationale à part entière.

En effet, la Libra sera ce qu’on appelle un stablecoin, c’est-à-dire une cryptomonnaie stable car basée sur un panier de plusieurs grandes devises internationales (dollar, euro, livre sterling, sans doute yen et yuan). Cette stabilité constitue une différence essentielle avec le bitcoin dont la forte volatilité du cours décourage nombre d’utilisateurs. Facebook créera un portefeuille dédié afin de gérer sa monnaie, le Calibra ; là encore, sa simplicité d’utilisation représentera un vrai avantage par rapport aux différents portefeuilles bitcoin existants.

Avec ses presque 3 milliards de membres, Facebook (ainsi que ses filiales Whatsapp et Instagram) possède une force de frappe qu’aucune entreprise n’a jamais possédée dans l’histoire. En conséquence, sa cryptomonnaie peut concurrencer les monnaies souveraines de la planète. Les pays émergents ayant une monnaie inflationniste et pratiquant le contrôle des changes peuvent légitimement voir la Libra comme un concurrent direct. Leur population aura intérêt à basculer sur la nouvelle monnaie pour se libérer de l’inflation qui ronge leur épargne. Les banques centrales des pays émergents doivent sérieusement s’inquiéter et on peut prévoir que beaucoup d’entre elles voudront tout simplement l’interdire.

Pour les pays de l’OCDE, qui bénéficient de devises stables, l’intérêt apparaîtra moins évident au premier abord. Mais la facilité d’utilisation et l’effet de mode peuvent convaincre de nombreux utilisateurs. Mais surtout, ceux qui doutent de la solidité de leurs banques (les Italiens, les Grecs, les Espagnols, les clients de la Deutsche Bank, etc.) peuvent également se reporter sur la Libra afin de protéger leurs avoirs (ne vaut-il pas mieux déposer son cash chez Facebook, qui dispose de plus de 100 milliards de dollars de liquidités et qui pèse 500 milliards de dollars en bourse, soit presque autant que tout le secteur bancaire européen, plutôt que dans une banque au bilan rempli de dettes ?).

Les banques centrales européennes ont flairé le danger et viennent de décider, à l’initiative de la France, de créer une "taskforce" sur les stablecoins dans le cadre du G7. L’inquiétude est réelle, d’autant que leur crédibilité s’érode dangereusement ces temps-ci : la Fed vient d’interrompre sa remontée des taux, la BCE admet qu’elle pourrait continuer sa politique de taux-zéro, pendant que la BoJ reste engluée dans un QE massif. Les acteurs économiques commencent (enfin !) à s’interroger sur la crédibilité des banques centrales (et d’ailleurs le cours de l’or se met à monter…).

Ce type de concurrence s’est déjà produit dans l’histoire : au Moyen Âge, le Florin de Florence et le Ducat de Venise circulaient dans l’Europe entière. Leur teneur garantie en or en faisait des monnaies de confiance par rapport aux devises nationales trop souvent manipulées. Cependant, la Libra ne joue pas dans cette catégorie et c’est son point faible, que l’on a pas encore suffisamment mesuré : l'actif qui le soutiendra sera "la dette de gouvernements stables et peu susceptibles de faire défaut ou de connaître une forte inflation" comme le précise son Livre blanc. Justement, en cas de crise "2008 en pire", il risque de ne pas y en avoir... Si le yen, l’euro, le dollar s’effondrent et connaissent une vague d’inflation, la Libra sera emportée dans la même tourmente, et les épargnants subiront de sévères pertes. Non, la seule vraie garantie en cas de crise monétaire reste l’or physique, comme à l’époque du Florin et du Ducat.