Si le président Joe Biden veut sauver l'économie américaine, sa première mesure ne devrait pas être d'imprimer des milliers de milliards de dollars de monnaie sans valeur, mais plutôt de demander à sa secrétaire au Trésor, Janet Yellen, de retirer de la circulation toute la monnaie dépréciée, comme l'ont suggéré Aristophane en 405 avant J.-C., Copernic en 1517 et Gresham en 1560.

Le seul problème est qu'... IL N'Y AURAIT PLUS DU TOUT DE MONNAIE EN CIRCULATION puisque tous les dollars sont totalement dépréciés.

LA REINE ELISABETH I AVAIT RETIRÉ LES PIÈCES DE MONNAIE DÉPRÉCIÉES de la circulation 

Cela n'inquiéta pas la reine Élisabeth I d'Angleterre (fille d'Henri VIII) en 1560. Elle ordonna à son conseiller, Sir Thomas Gresham, de retirer de la circulation toute la monnaie dépréciée et de la remplacer par des pièces d'or et d'argent de la plus haute pureté.

Le père de la reine Élisabeth, Henri VIII, ne s'était pas seulement débarrassé de nombreuses épouses, mais aussi de la bonne monnaie. Gresham conseilla à la reine de retirer de la circulation la mauvaise monnaie que son père avait introduite. Le roi Henri VIII avait un train de vie extravagant et menait également des guerres coûteuses contre la France et l'Écosse. Il a fait comme pratiquement toutes les nations dans l'histoire et a avili la monnaie.

Gresham avait constaté que la mauvaise monnaie chassait toujours la bonne. Par conséquent, les gens épargnaient la bonne monnaie et s'échangeaient la mauvaise. De plus, les commerçants des Pays-Bas (Belgique, Hollande) insistaient pour avoir de plus grandes quantités de nouvelle monnaie, car sa pureté était nettement inférieure.

LA GRANDE ESCROQUERIE

Le problème avec la monnaie papier ou fiduciaire est que l'on ne peut pas évaluer sa valeur. Il est impossible de dire si un billet de 100 $ de 1971 s'est déprécié de 98%, puisqu'il est toujours désigné comme étant un billet de 100 $, bien que son pouvoir d'achat ne soit que de 2 $ en 2021 !

C'est de cette manière que les gouvernements et les banques centrales continuent d'escroquer leurs citoyens en avilissant leur monnaie sans que ces derniers n'y comprennent quoi que ce soit ou en soient informés.

Imaginez si Biden ordonne à Yellen de retirer tous les dollars (mauvaise monnaie) de la circulation et de les remplacer par de la bonne monnaie : l'or.

La bonne monnaie ne pourrait naturellement pas être une autre monnaie fiduciaire ou une monnaie numérique, mais devrait être adossée à l'or. Il existe de nombreuses façons de calculer à quel niveau se situerait le prix de l'or, en fonction de la mesure utilisée pour établir la masse monétaire.

Si l'on prend le M3 américain, qui est une mesure générale de la masse monétaire, et que l'on suppose un adossement de 100% à l'or, cela valoriserait l'or à plus de 70 000 $.

Il ne s'agit évidemment pas d'une prévision, mais d'un simple calcul théorique. Et comme chacun sait, l'or est une monnaie internationale. La Chine et la Russie auraient donc leur mot à dire.

De plus, il est très incertain que les États-Unis détiennent les 8 000 tonnes qu'ils déclarent officiellement. Il n'y a pas eu d'audit complet des réserves d'or physique depuis les années 1950, lorsque Eisenhower était encore président.

La Chine et la Russie ont déclaré des réserves d'environ 2 000 tonnes chacune. Cependant, les avoirs réels de la Chine pourraient être bien supérieurs à 20 000 tonnes et ceux de la Russie nettement plus importants que les 2 300 tonnes officielles.

DÉPENSER AUJOURD'HUI AVANT QUE ÇA NE VAILLE PLUS RIEN DEMAIN

Gresham avait clairement raison de dire que la mauvaise monnaie chasse la bonne. C'est pourquoi la plupart des gens dépensent aujourd'hui de la mauvaise monnaie, car elle est continuellement avilie et sans valeur demain.

Au lieu de cela, les actifs qui maintiennent un meilleur pouvoir d'achat sont conservés et non pas dépensés, tels que l'or et l'argent. Mais d'autres actifs d'investissement comme les actions, les obligations et l'immobilier sont également thésaurisés et se sont considérablement appréciés, bien plus que la monnaie fiduciaire sans valeur.

Par souci de clarté, le théorème d'économie dit "Loi de Gresham" lui a été attribué 300 ans après sa mort. Mais en réalité, ce n'est pas Gresham qui a inventé ce concept, mais Copernic en 1517.

Copernic a décrit ce phénomène comme étant la QTM (et non la MMT !) ou Quantity Theory of Money (Théorie Quantitative Monétaire). En termes simples, cela signifie que si la quantité de monnaie double, les prix doublent également. Ainsi, la valeur de la monnaie diminue de moitié.

C'est exactement ce qui est en train de se produire dans l'économie actuelle. La maladie chronique des déficits budgétaires, de l'augmentation de la dette et de l'impression monétaire ne finit jamais bien.

Ce ne sera pas non plus le cas cette fois-ci, tout comme à l'époque romaine (180-280 après JC), pour John Law en France vers 1720 et à des centaines d'autres moments de l'histoire.

Comme disait Voltaire en 1729 : 

 

 

 

L'HISTOIRE, L'HISTOIRE

L'histoire nous enseigne sans cesse la même chose, et pourtant l'humanité semble incapable de retenir la leçon.

L'arrogance et l'avidité sont manifestement des traits bien plus dominants que l'humilité et la contemplation.

Sinon, pourquoi ferions-nous encore les mêmes erreurs alors que l'histoire nous enseigne clairement que nous devrions faire autrement ?

Comme nous vivons une époque très agitée où l'histoire est souvent éclipsée avec l'approbation tacite du Gouvernement ou du Parlement, nous ne pouvons que constater comment l'histoire est non seulement ignorée mais aussi répudiée.

LA MAUVAISE MONNAIE OU LA MONNAIE AVILIE EXISTAIT DÉJÀ IL Y A 2 400 ANS

Pour conclure sur la loi de Copernic ou de Gresham sur la mauvaise et la bonne monnaie, nous pouvons remonter deux millénaires et demi en arrière et constater le même phénomène.

En 405 avant J.-C., le dramaturge grec Aristophane a écrit une pièce intitulée Les Grenouilles. La pièce traitait des vieilles méthodes qui étaient bonnes et des nouvelles qui étaient mauvaises et transmet qu'Athènes devrait se tourner à nouveau vers des hommes intègres ainsi que vers de la BONNE monnaie :

“Or ou argent, chacun bien frappé, testé chacun et sonnant clair.

Pourtant, nous ne les utilisons jamais ! D'autres passent toujours de main en main.

Désolé, le laiton vient de frapper la semaine dernière et porte une marque misérable.”

Plus ça change, plus c’est la même chose.

Le monde a assisté à la destruction régulière de la monnaie pendant au moins 2 400 ans et n'a toujours pas tiré de leçons.

Cela me rappelle les paroles de la chanson "Where have all the flowers gone (où sont passées toutes les fleurs)" de Pete Seeger en 1962 : “quand apprendront-ils enfin, quand apprendront-ils enfin ?”

Je suis conscient que cet article est peut-être trop chargé d'histoire et de nostalgie pour la jeune génération. Mon intention est simplement de souligner l'importance primordiale de l'histoire et du passé pour comprendre le présent et l'avenir.

LE DUO DE RÊVE BIDEN - YELLEN 

Je m'attends à ce que ce nouveau duo batte tous les records en matière d'impression monétaire. Ils se sont déjà démarqués avec 2 000 milliards $ de nouvelle fausse monnaie avant même d'avoir commencé.

Trump a augmenté la dette de près de 8 000 milliards $, mais une fois que Biden et Yellen auront lancé tous les programmes qu'ils ont élaborés, personne ne pourra prédire où tout cela nous mènera. Il s'agira probablement d'un minimum de 3 500 milliards $ par an, comme nous venons de le voir. Mais il est plus probable que ce chiffre soit porté à 5 000 ou 7 000 milliards $. Une dette totale de 20 000 à 28 000 milliards $ sur 4 ans ne semble donc pas invraisemblable.

Cette somme n'inclut pas des taux d'intérêt plus élevés, ce qui est très probable, ni le sauvetage d'un système financier défaillant, ce qui est encore plus plausible. Tout cela pourrait facilement se chiffrer à des centaines de milliers de milliards ou plus.

Une fois que la bulle des produits dérivés de 1 500 milliards $ aura éclaté, Biden et Yellen deviendront les plus gros imprimeurs de l'histoire et ceux qui ont détruit le dollar.

Il faut se rappeler que les difficultés actuelles ont commencé en septembre 2019 lorsque les problèmes dans le système financier ont provoqué la panique au sein de la BCE et de la Fed.

La pandémie de Covid-19 n'aurait pas pu frapper à un pire moment pour l'UE et les États-Unis.

En temps normal, les gouvernements déclenchent une guerre ou une attaque terroriste majeure afin de justifier une augmentation massive de la dette et de l'impression monétaire. Personne ne connaît l'origine du coronavirus, mais il est arrivé à point nommé pour les gouvernements et les banques centrales sous pression.

L'INFLATION SE PROFILE

Jusqu'à présent, les dizaines de milliers de milliards de dollars de monnaie imprimée ne se sont pas traduits par une inflation des prix à la consommation.

Mais nous assistons actuellement à une forte inflation des prix des matières premières.

Il suffit de regarder les prix des produits alimentaires de base pour constater une augmentation de 54% depuis juillet 2020.

 

 

Les prix des matières premières, en hausse de 89% depuis avril 2020, nous indiquent que l'hyperinflation est imminente.

 

 

LES ACTIONS : UN DERNIER TOUR DE PISTE AVANT L'IMPLOSION ?

Le graphique sur 50 ans du Dow ci-dessous peut sembler effrayant avec sa couleur rouge vif. C'est évidemment intentionnel, le Dow étant en train d'achever un mouvement exceptionnel qui a commencé à 800 $ il y a 50 ans.

 

 

Ce graphique trimestriel présente les quatre sommets les plus élevés depuis 2017. Cependant, le signal d'alarme est l'indicateur RSI en bleu (voir en bas du graphique). Chaque nouveau sommet du Dow n'a pas été confirmé par l'indicateur RSI dans la mesure où chaque nouveau pic bleu est plus bas malgré des sommets plus élevés du Dow.

En règle générale, c'est un signe très baissier.

De plus, nos propres indicateurs de cycle nous indiquent que le Dow serait en train de plafonner à l'heure actuelle.

Cependant, que le Dow ait atteint son sommet ou que nous assistions à un dernier hourra n'a pas beaucoup d'importance. Une fois que le Dow se sera retourné, nous allons assister au marché baissier le plus brutal de l'histoire. Une chute de 90% ou plus en termes réels est très probable.

Ce sera le début d'une dépression hyperinflationniste d'une ampleur que peu de gens peuvent imaginer.

Après la période hyperinflationniste, une dépression déflationniste est envisageable. Des temps très difficiles nous attendent.

Le catalyseur pourrait être n'importe quoi, de la taille de la bulle aux problèmes d'endettement ou bancaires, ou du fait que le vaccin contre le Covid soit inefficace ou même dangereux.

LA PRÉSERVATION DE LA RICHESSE

L'or est en train de terminer sa correction avant d'entamer un très fort mouvement vers de nouveaux sommets.

Donner des cibles pour l'or n'a pas grande utilité. Il y a plus de dix ans, je disais que l'or atteindrait 10 000 $ en monnaie d'aujourd'hui.

De nombreux experts dans l'or donnent maintenant des cibles de plus en plus hautes. À mon avis, ces prévisions ne servent à rien si, dans le même temps, le prévisionniste n'indique pas ce qu'il est advenu du pouvoir d'achat de la monnaie.

Que l'or atteigne 20 000 ou 75 000 $ semble sensationnel, mais que vaudra le dollar à ce moment-là ?

Lorsque le dollar atteindra presque zéro, l'or atteindra presque l'infini.

L'infini semble irréel et il l'est bien sûr. Toutes ces prévisions haussières pour l'or n'ont aucun sens si le prévisionniste n'indique pas à quel point la monnaie s'est dépréciée au même moment.

Il va sans dire que l'or est susceptible de refléter au moins la dépréciation de la monnaie dans laquelle il est mesuré, et probablement bien plus encore.

Cela s'explique encore une fois avec la Loi de Gresham.

La mauvaise monnaie chasse la bonne. Gardez également à l'esprit que l'or est la seule monnaie à avoir traversé l'histoire en restant intacte.

Le marché de l'or est certainement le meilleur exemple de la Loi de Gresham.

La mauvaise monnaie fiduciaire fait disparaître l'or physique de la circulation. Pourquoi donc dépenser votre or alors qu'il s'est toujours apprécié par rapport à la monnaie papier tout au long de l'histoire ou pour mieux le formuler, alors que la monnaie papier s'est constamment dépréciée par rapport à l'or ?

Par exemple, le dollar a chuté de 98% par rapport à l'or depuis 1971 et de 85% depuis 2000.

Mais ce qui a vraiment chassé l'or réel ou physique, c'est l'or papier.

Le prix de l'or étant déterminé par la monnaie d'or papier, il ne sert absolument à rien de dépenser votre or physique.

Le diagramme ci-dessous montre pourquoi :

 

 

Le volume quotidien des échanges d'or, presque entièrement sous forme papier, représente 850 fois la production minière quotidienne.

La détermination des prix est impossible dans ce marché de l'or papier totalement faussé.

Alors que les échanges d'or papier atteignent 70 000 milliards $ par an, la production minière annuelle ne dépasse pas 213 milliards $.

Le prix réel de l'or est déterminé dans un casino avec des entrées électroniques sans valeur qui n'ont rien à voir avec le métal.

Ce faux marché de l'or finira un jour par découvrir qu'il n'y a pas d'or physique pour honorer les faux contrats.

J'ai dit que l'or allait atteindre l'infini. Jusqu'où peut aller l'infini ?

Procurez-vous votre or physique dès maintenant, avant que l'infini n'arrive.