Le cours de l’or est reparti à la hausse lundi, le métal précieux retrouvant son rôle de valeur refuge sur fond de controverse à propos du plan de secours à Chypre, qui pourrait déclencher une accélération de la crise de la dette européenne.

En échange d'un accord sur un plan d'aide au pays, conclu samedi à Bruxelles avec la zone euro et le Fonds monétaire international, Nicosie s'est engagée à instaurer une taxe de 6,75 % sur les dépôts bancaires en deçà de 100 000 euros et de 9,9 % au-delà de ce seuil, ainsi qu'une retenue à la source sur les intérêts de ces dépôts.

Cette mesure controversée doit permettre de récolter 5,8 milliards d'euros, et d'octroyer au pays un renflouement de 10 milliards d'euros.

Le Parlement chypriote doit se réunir mardi pour accepter ou refuser la ratification de ce plan. Initialement prévu dimanche, puis lundi, le vote a été reporté pour la deuxième fois.

Si la mesure est approuvée, ce sera la première fois que les épargnants sont mis à contribution pour renflouer leurs pays et non plus les banques elles-mêmes.

En violant le principe de sa propre directive (n°94/19) sur la garantie des dépôts bancaires jusqu'à 100 000 euros, l'Union européenne trahit ses valeurs fondatrices et fait rentrer l'Europe dans une dangereuse zone de non-droit. Ce coup de force promet de contaminer les autres pays en difficulté.

Afin d'éviter une ruée vers les guichets de retrait, les banques chypriotes resteront fermées jusqu'à jeudi.

À lire > "Sortez vos actifs des banques – MAINTENANT"