Dans une interview accordée au journal Rossiyskaya Gazeta (RG), le secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolai Patrushev, a déclaré que les experts russes travaillent sur un projet visant à adosser le rouble russe à l'or et à d'autres matières premières.

RG : Que devons-nous faire pour assurer la souveraineté du rouble ?

Nikolai Patrushev : Pour qu'un système financier national soit souverainisé, ses moyens de paiement doivent avoir une valeur intrinsèque et une stabilité des prix, sans être arrimés au dollar.

Des experts examinent actuellement une proposition de la communauté scientifique visant à créer un système monétaire et financier à deux circuits.

Il est notamment proposé de déterminer la valeur du rouble en l'adossant à la fois à l'or et à un panier de matières premières qui sont des valeurs monétaires, et d'aligner le taux de change du rouble sur la parité réelle de pouvoir d'achat."

Interrogé sur cette idée lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que "cette question était en cours de discussion avec Poutine."

 

"Le Kremlin affirme que l'idée de lier le taux du rouble au prix de l'or fait l'objet de discussions."

 

Le gouvernement russe travaillerait donc activement à la création d'un rouble russe adossé à l'or et aux matières premières, avec une valeur intrinsèque qui se situe en dehors de l'orbite du dollar américain.

La Russie voudrait-elle, à l’avenir, impulser le retour de l’étalon-or comme nouveau système monétaire ? Ou alors l’objectif est-il simplement de continuer à soutenir le taux change de la monnaie russe ?

Quelques points sur la Banque centrale russe, le dollar, l'or, et le yuan :

Il y a eu deux changements majeurs concernant les réserves de la Banque centrale russe :

  •  Les réserves en dollars sont passées de 21 % il y a un an à 11 % seulement en janvier.
  •  Les réserves en yuan sont passées de 13 % il y a un an à 17 % aujourd'hui.

La Banque centrale russe a également acheté plus d'or que toute autre institution ces dernières années. La Chine et la Russie ont été les plus gros acheteurs d'or, suivies par la Turquie, l'Inde, le Kazakhstan et pleins d'autres.

Ce n'est pas un hasard si ces pays qui contournent le système de financement en dollars ont acheté le plus d'or au cours des vingt dernières années. L'or représente - avec le yuan - une option pour un nouveau système monétaire international.

L'or représente un sixième des réserves mondiales des banques centrales, soit l'équivalent de 2 000 milliards $ parmi 12 000 milliards $ de réserves. Ce chiffre est en constante augmentation.

La Russie s'est notamment servie de l'or et du change fixe entre le rouble et l'or (5000 roubles = 1 gramme d'or) pour soutenir le cours du rouble en acceptant d'acheter de l'or contre du rouble à un prix plus attractif que l'est le dollar face à l'or.

Par ailleurs, le yuan est de plus en plus demandé. Il s'est apprécié de plus de 12% depuis septembre 2019 par rapport au dollar américain. Le yuan numérique est aussi un aspect très important, non-négligeable.

La Chine paie une partie de ses importations de pétrole en provenance de Russie et d'Arabie saoudite dans sa propre monnaie. De nombreux pays augmentent leurs réserves en yuan et réduisent celles en dollars (Brésil, Nigéria, Russie, Israël..) La monnaie chinoise s'internationalise.

De nombreux pays se rendent compte qu'il est dans leur intérêt de se tourner vers l'Est. Leur volonté d'indépendance se traduit en partie par cette dédollarisation progressive.

À ce titre, l'attentisme des banques centrales occidentales s'explique donc sans doute aussi par la crainte d'un basculement de la domination mondiale de l’Ouest à l’Est.