Guillermo Barba est un économiste mexicain et un adepte de l'école autrichienne d’économie. En tant que journaliste, il est l’auteur du blog Global Financial Intelligence; il est aussi analyste des marchés de l’or et de l’argent et intervenant sur Channel-40 TV; il écrit pour El Financiero et est blogueur sur Forbes Mexico.

 

Dan Popescu : Guillermo, il se passe beaucoup de choses, en ce moment, dans l’économie mondiale, et aussi dans l’or et l’argent… j’aimerais avoir votre vision, vu que vous êtes Mexicain et que vous couvrez ces choses. Vous êtes suivi par beaucoup de monde en Amérique latine… Nous entendons souvent les points de vue venant des États-Unis, d’Europe ou d’Asie, mais moins souvent ceux du Mexique et de l’Amérique du Sud. Et je crois que le Mexique est le plus grand producteur d’argent au monde, et fait partie des dix premiers producteurs d’or. Pouvez-vous nous dire ce que vous pensez actuellement des marchés de l’or et de l’argent ?

Guillermo Barba : Oui… vous savez, le Mexique est peut-être le premier producteur d’argent au monde mais, malheureusement, les Mexicains ne sont pas les plus grands consommateurs d’or ou d’argent au monde. Cela est déplorable, parce que les Mexicains adorent l’argent. Vous devez connaître la pièce d’argent Libertad d’une once…

Dan Popescu : J’en ai apporté une pour vous ...

Guillermo Barba : Ah, merci, excellent! Les Mexicains achètent environ 800,000 pièces Libertad par an, ce qui ne représente pas une grande quantité… les Mexicains aiment l’argent, mais ils n’adorent pas l’or comme en Inde, par exemple. L'investissement dans l’argent est très, très faible. Le Mexique est le deuxième plus grand pays d’Amérique du Sud mais, malheureusement, les gens d’Amérique latine ne connaissent pas grand chose à l’investissement dans l’or ou l’argent, c’est quelque chose de quasiment inconnu, et cela est déplorable, évidemment.

La situation économique mondiale est tellement mauvaise… une autre crise financière globale arrive et il faudrait y être préparé. Et, pour y être préparé, protéger nos actifs, notre pouvoir d’achat, nous devons avoir de l’or ou de l’argent sous forme physique, comme investissement. Les Sud-Américains ne se préparent pas pour la prochaine crise; c’est une des raisons pour lesquelles j’ai débuté mon blog, il y a quelques années, en espagnol, Intelligencia Financiera Globale (en anglais, Global Financial Intelligence)… et, en passant, j’ai commencé à réaliser des vidéos, il y a deux semaines, en anglais… mais la raison pour laquelle j’ai débuté mon blog en espagnol est que les Mexicains et les Sud-Américains ne sont pas très familiers avec l’or ou l’argent en tant qu’investissement ou comme moyen de protection. Il est nécessaire d'expliquer aux gens à quel point la situation économique mondiale est mauvaise. Alors nous devons nous protéger parce que… une guerre mondiale pourrait avoir lieu, on ne sait jamais. On ne peut pas savoir quand la prochaine crise mondiale arrivera, mais elle fera paraître celle de 2008 comme une période de vacances !

 

Dan Popescu : Guillermo, vous avez un grand adepte de l’argent au Mexique, Hugo Salinas Price. Selon ce que j’entends, il aurait effectué un gros travail pour convaincre les Mexicains et aussi le gouvernement mexicain d’introduire la pièce d’argent Libertad comme monnaie légale… son idée à t'elle eu du succès ? Qu’en pensez-vous ?

Guillermo Barba : Évidemment, je supporte l’introduction de la pièce d’argent, je suis en faveur des propositions de M. Price. Je supporte cela, mais le problème au Mexique, c’est que la Banque du Mexique… comment dire… se comporte comme un valet de la Réserve fédérale américaine. Ils préfèrent détenir leurs actifs en dollars, ils sont heureux avec le dollar. Vous savez, le Mexique est voisin des États-Unis, et c’est peut-être pour cela que les Mexicains sont à la botte des Américains, et surtout de la Réserve fédérale. Ils se disent heureux avec le dollar, qu’ils n’ont pas besoin d’or ou d’argent, qu’ils n’ont pas besoin de monétiser l’argent... Évidemment c’est une erreur.

Mais, malheureusement, à chaque fois que les législateurs étaient sur le point d'approuver cette proposition au Congrès mexicain, la Banque du Mexique est intervenue en disant, non, non, ce n’est pas une bonne idée, c’est une idée terrible, on n’en a pas besoin, cela va nous coûter cher et nous apporter toutes sortes de problèmes, les gens vont contrefaire les pièces…elle invente toutes sortes de choses afin d’empêcher que la proposition soit approuvée au Congrès. C'est un gros problème.

Nous devrions monétiser la pièce d’argent Libertad au Mexique… et, au passage, ce type de proposition pourrait se faire ailleurs, également; elle pourrait s'appliquer dans n’importe quel pays… elle pourrait se faire en Grèce, en Europe centrale, en Amérique du Nord, au Canada, en Chine, n’importe où… en Russie… il suffit d'avoir une petite pièce d’argent à monétiser… ce serait très facile à appliquer dans plusieurs endroits du monde… cela donnerait aux gens le pouvoir de se protéger contre la perte de leur pouvoir d’achat…

Vous savez, en ce moment, toutes les banques centrales du monde impriment de la monnaie papier à n’en plus finir. Et ce n’est pas de l’inflation qu’elles créent en ce moment, mais bien de la déflation. Les gens se disent qu’ils ont besoin de se protéger contre l’inflation avec de l’or ou de l’argent, mais qu’ils n’en ont pas besoin en période de crise déflationniste. Bien, c’est une erreur : en fait, l’or et l’argent sont nécessaires lors d’une crise inflationniste, mais ils sont indispensables lors d’une crise déflationniste, parce qu'on parle alors d’un risque d’effondrement total du système financier et économique mondial. Et, lorsque cela arrivera, il faudra avoir de l’or et de l’argent physique, parce qu’ils constituent de la propriété privée et de la vraie monnaie, des actifs vraiment liquides.

Vous pensez que vous avez de l'argent dans un compte en banque… vous pourriez être très surpris de voir cet argent disparaître soudainement.

 

Dan Popescu : Est-ce que les gens au Mexique, comme aux États-Unis et en Europe, surtout depuis la crise à Chypre, parlent de confiscation des épargnes, ou d’or ou d’argent ? Y a-t-il ce genre de discours au Mexique comme ailleurs dans le monde ?

Guillermo Barba : Non… je dois dire que non, cela ne fait pas partie des discussions au Mexique… moi-même, un Mexicain, je n’en parle même pas. Des gens m’ont déjà demandé si, au Mexique, il pourrait y avoir éventuellement une confiscation d’e l'or et de l'argent… bien, je ne pense pas… les politiciens au Mexique ne sont pas si intelligents! Ils ne considèrent pas l’or et l’argent comme de monnaies… alors qu'ils le sont.

Le Mexique est donc, jusqu’à un certain point, un endroit assez sûr pour entreposer de l’or à proximité des États-Unis. Oui, nous avons quelques problèmes de sécurité, mais si vous entreposez un peu d’or à Mexico ou autre part dans le pays, le risque de confiscation esf très, très faible. Je crois que vous courez un plus grand risque de perdre votre argent si vous avez du cash sur un compte bancaire. Cela pourrait arriver… en fait, il ne s’agit pas d'argent, mais bien d’une reconnaissance de dette (I.O.U.) de la banque : la banque vous doit de l'argent. Vous n’avez pas d'argent dans un compte en banque… vous avez une promesse que la banque vous paiera. Et elle vous paiera probablement, mais en cas d'effondrement du système financier ou monétaire, vous serez payé en monnaie papier, au moment-même où la monnaie papier sera en crise… chaque investisseur doit donc détenir de l’or et de l’argent physique dans son portefeuille.

 

Dan Popescu : Vous êtes un élève du professeur Fekete… vous suivez aussi les publications Sandeep Jaitly… je les suis également… ils s’intéressent beaucoup à la backwardation… que pensez-vous de la backwardation de l’argent et de l’or ?

Guillermo Barba : Merci de me poser cette question, car c’est un enjeu très, très important. En effet, la plupart des gens suivent le prix de l’or… bien sûr que le prix de l’or est important, jusqu’à un certain point, mais il y a deux indicateurs bien plus importants que le prix de l'or ou de l'argent : la base et la co-base. La base et la co-base ont été créés par le Dr. Fekete et Sandeep Jaitly… Sandeep a affiné la définition de la base. Laissez-moi définir, pour que nos auditeurs comprennent un peu plus, ce que sont la base et la co-base de l’or.

La base est la différence entre le prix d'achat du contrat à terme le plus proche, moins le prix de vente au comptant (spot). La situation normale du marché est le contango. Mais l’argent et l’or… l’or, surtout, est la matière première avec le ratio stock/flux le plus élevé. Cela veut dire qu’il y a toujours une offre suffisante d’or sur le marché, tout le temps. L’or n’est pas brûlé, on ne s’en débarrasse jamais… il est toujours accumulé, d’une façon ou d’une autre. Il y a donc toujours assez d’or sur le marché, et la situation normale est le contango, à cause de cette offre abondante d’or dans le monde.

Mais, quelquefois, la backwardation arrive, et cela indique une « rareté » de l’or, une insuffisance de l'offre… et cela est anormal, très anormal, car il y a toujours assez d’or. Alors, comment est-ce possible d’avoir cette « rareté » de l’or ? C’est très important… et la seule façon d’expliquer cela est par l’action de ceux que l’on nomme les « strong hands », c’est-à-dire des investisseurs qui n’achètent pas de l’or pour spéculer, mais pour se protéger… ils accumulent de l'or et, surtout, quand les prix tombent, ils ne veulent pas vendre, car ils sentent que le prix ne reflète pas la valeur réelle de l’or qu'ils détiennent. Alors cela crée une « rareté » qui n’est pas normale, parce que les gens ne veulent pas vendre leur or. Il y a d'avantage de gens prêts à acheter de l’or qu’à en vendre. Et cette rareté se reflète dans la backwardation…

Selon l’école autrichienne d’économie, la backwardation se produit lorsque le prix au comptant (spot) est plus élevé que le prix du contrat à terme dont l'échéance est la plus proche. Parce que c’est le contrat le plus actif en termes de positions ouvertes. C’est le contrat le plus important. Quand la backwardation survient, c’est-à-dire quand le prix spot est plus élevé que le prix du contrat à terme le plus actif, nous avons une pénurie d’or. Cette pénurie se manifeste aussi dans le Gold Forward Offered Rate (GOFO) qui, comme vous le savez, n’est plus publié…

Dan Popescu : Exactement…

Guillermo Barba : … nous avons très peu de sources d’information sur le backwardation de l’or et de l’argent…c’est pourquoi je vous recommande de suivre les travaux du Dr. Fekete (www.feketeresearch.com) et de Sandeep Jaitly (@Bullionbasis)… mais aussi mon blog... car vous devez rester informé de ce qu’il se passe sur les marchés de l’or et de l’argent en termes de backwardation…

Souvenez-vous, la base pour l’or et l’argent est beaucoup plus importante que leur prix… le prix n’envoie qu’un seul message, tandis que la base et la co-base nous laissent entrevoir la rareté ou l’abondance dans l’offre d’or sur le marché. Et ceci est très important, car l’or et l’argent « se cachent » (Les gens préfèrent conserver leurs métaux précieux)… Et ceci arrive parce que les grandes banques centrales dévaluent devises… mais les investisseurs les plus intelligents, les plus malins, savent que tout cela va se terminer en catastrophe financière… vous devez donc détenir votre argent en-dehors du système bancaire, sous forme d’or et d’argent métal, pour vous protéger contre les politiques des banques centrales.

 

Dan Popescu : Pourrais-je vous poser une dernière question, car il ne me reste plus beaucoup de temps… La banque centrale de Suisse (SNB) a, d’une manière, accéléré la guerre des monnaies en janvier… comment voyez-vous le rôle de l’or et de l’argent dans cette guerre des monnaies… il me semble que c’est l’année des grandes batailles dans cette guerre, mais ces batailles ne semblent pas déborder sur l’or en même temps ?

Guillermo Barba : Oui… peut-être en termes de prix, mais en termes de demande physique pour l’or et l’argent, c’est étourdissant ! Surtout en Extrême-Orient… et principalement en Chine, évidemment. C’est très important, parce que, quand vous avez une guerre des monnaies, qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que vous avez des banques centrales qui auront introduit des quantités de monnaie de papier jamais vues auparavant… elles veulent détruire leurs devises parce qu’elles croient – et elles se trompent – pouvoir stimuler l’économie en affaiblissant leur devise. Mais ils ne la stimulent pas en dévaluant leurs devises… non seulement ils détruisent la devise, mais ils détruisent l’économie mondiale parce qu’ils détruisent le capital, en fait.

Je vous invite à suivre les théories du Dr. Fekete, car il explique comment les interventions des banques centrales sur le marché pour créer de l’inflation créent, en fait, de la déflation, et en créant de la déflation, elles détruisent le capital. Alors, éventuellement – ils pensent évidemment avoir raison, parce qu’ils suivent leurs propres théories – pour pouvoir améliorer l’économie, pour pouvoir stimuler l’économie, ils vont complètement détruire le système monétaire mondial en créant de la monnaie à partir de rien, en quantité illimitée.

Cette guerre des devises… vous avez un pays qui dit vouloir stimuler l’économie en dévaluant sa devise… un autre se dit que, lui aussi, il veut stimuler son économie… il dévalue alors sa devise… ils détruisent donc le monde… le capital dans le monde… Vous devez donc vous protéger avec de l’or et de l’argent.

Avec de l’or et de l’argent, vous êtes hors de la « matrice ». Ils peuvent créer toute la monnaie papier qu’ils veulent, mais ils ne peuvent pas – à moins que ce ne soit de l’or papier – créer de l’or physique à partir de rien !

 

Dan Popescu : Et bien, Guillermo, c’est malheureusement tout le temps dont je dispose… cela faisait longtemps que je voulais vous parler. Au nom de l'équipe de Goldbroker.com, je voudrais vous remercier d’avoir partagé vos connaissances avec nous. Muchas gracias, Guillermo.

Guillermo Barba : Le plaisir fut pour moi.