De plus en plus de médias prétendent que la dette liée aux mesures anti-COVID-19 n'est pas problématique. Certes, nous avons imprimé quelques milliers de milliards de dollars et d’euros, mais il s'agit de sauver l'économie. Rien de dramatique puisque ce sont les banques centrales qui achètent la dette. Donc, au moment de rembourser, ce qui sera d'ailleurs impossible vu les montants et les difficultés actuelles pour créer de la richesse, aucun créancier ne sera lésé. Il suffira de tirer un trait dessus et l'affaire sera close.

Dans la même thématique, Joe Biden a annoncé en décembre 2020 qu’il allait conséquemment alléger la dette étudiante aux États-Unis. Cette dette constitue un problème sérieux puisque les étudiants américains empruntent environ 1 700 milliards $ pour aller à l’université. Pour rappel, les pertes estimées des banques lors de la crise des subprimes se sont élevées à 400 milliards $. Pas moins de 45 millions de jeunes ont un prêt étudiant en cours aux États-Unis, soit 30% de la population active.