​Le prix de l'or pourrait atteindre 2 000 $ l'once dans un contexte de risques politiques accrus, a déclaré mercredi le co-directeur des investissements chez Bridgewater, Greg Jensen, au Financial Times.

Selon le gestionnaire du plus grand fonds spéculatif du monde, l'accroissement des inégalités de revenus aux États-Unis et la montée des tensions avec la Chine et l'Iran font partie des incertitudes qui inciteront les investisseurs à se tourner vers les valeurs refuges.

"Il y a tellement de conflits qui bouillonnent qu'avoir de l'or dans un portefeuille a du sens pour nous", a-t-il indiqué. "Les gens devraient être préparés à un éventail beaucoup plus large de circonstances potentiellement plus volatiles que ce à quoi nous sommes habitués."

Jensen pense que la Réserve fédérale laissera l'inflation monter en flèche pendant un certain temps, ce qui créera également un environnement pour des prix de l'or plus élevés, les investisseurs ayant tendance à utiliser le métal précieux comme couverture contre les forces inflationnistes.

"Aucune des grandes banques centrales du monde développé ne tentera plus de normaliser les taux d'intérêt. C'est un gros problème".

La Réserve fédérale a réduit ses taux d'intérêt à trois reprises l'an dernier pour lutter contre un ralentissement économique. Jensen n’exclut pas la possibilité de voir la Fed réduire ses taux à zéro cette année afin d'éviter une récession et les pressions désinflationnistes.

La hausse de l'inflation et l'explosion des déficits budgétaires et commerciaux pourraient conduire l'or à remplacer le dollar américain en tant que monnaie de réserve, a déclaré Jensen au journal.

"Quand vous regardez les conflits géopolitiques, combien d'entités étrangères veulent vraiment détenir des dollars ? Que vont-ils détenir ? L'or se démarque car il n'est le passif de personne."

L'or a franchi la barre des 1 600 $ et a atteint un nouveau plus haut sur sept ans la semaine dernière, bénéficiant de la fuite des investisseurs vers les valeurs refuges après l'escalade des tensions au Moyen-Orient.

Selon Jensen, les actions américaines sont "bullaires" après une décennie de surperformance, fournissant une autre raison de favoriser l'or.

Plus tôt l’an dernier, Ray Dalio, le fondateur de Bridgewater, a affirmé que l'or sera un excellent investissement lors du prochain "changement de paradigme".

Le PDG de DoubleLine, Jeffrey Gundlach, a également déclaré l'année dernière qu'il achetait de l'or en anticipation d'un affaiblissement du dollar.