Il se passe quelque chose d’étrange depuis quelques semaines. D’un côté, les taux des banques centrales augmentent, que ce soit aux États-Unis ou en Europe. De l’autre, la Fed et la BCE persévèrent dans la réduction de leur bilan. Pourtant, ces deux données fortement récessionnistes ne semblent pas provoquer une récession. Du coup, les marchés recommencent à monter depuis la mi-octobre. Cerise sur le gâteau, le pic d’inflation serait déjà là, à 8% aux États-Unis et à 10% dans l’Union Européenne. La situation est donc très étrange, car une remontée des taux couplée à une réduction de la liquidité conduit normalement à une récession. Pourquoi serait-ce différent, cette fois-ci ? Nous dirigeons-nous vers un "atterrissage en douceur" (soft landing) ou une récession ? Les banques centrales nous mènent-elles sciemment vers la récession ?