Bloomberg a annoncé samedi que la Banque d'Angleterre avait refusé au président du Venezuela, Nicolas Maduro, sa demande de livraison de lingots d'or pour une valeur de 1,2 milliard $.

Cette décision est intervenue après que des hauts responsables américains, dont le secrétaire d'État Michael Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, aient fait pression sur leurs homologues britanniques pour couper le régime vénézuélien de ses actifs détenus à l’étranger.

Les responsables américains chercheraient désormais à diriger les actifs du Venezuela vers Guaido afin d'accroître ses chances de prendre le contrôle effectif du gouvernement. Les 1,2 milliard $ d’or représentent une grande partie des 8 milliards $ de réserves de change détenues par la banque centrale vénézuélienne.

Selon le Financial Times, Juan Guaido a écrit à Theresa May et au gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, pour les exhorter d'empêcher Nicolas Maduro de faire main basse sur ces 31 tonnes de métal précieux. Dans sa lettre, datée du 26 janvier, Guaido leur a demandé d'arrêter "cette transaction illégitime (…). Si l'argent est transféré, il sera utilisé par le régime Maduro à réprimer le peuple".

Quelques heures après le refus de la Banque d'Angleterre de livrer l’or entreposé dans ses coffres (dont le montant a doublé après la clôture d'un swap avec Deutsche Bank) à Nicolas Maduro, The Guardian rapporte que le ministre britannique des affaires étrangères a demandé à la BoE de transférer l’or au président autoproclamé par intérim, Juan Guaidó.

Lors d'un discours au Parlement, Sir Alan Duncan a souligné que la décision appartenait à la BoE et à son gouverneur, Mark Carney, et non au gouvernement. Mais il a ajouté :

"Ce sont eux qui doivent prendre une décision à ce sujet. Nul doute qu’ils prendront en compte le fait qu’un grand nombre de pays à travers le monde remettent en question la légitimité de Nicolás Maduro et reconnaissent celle de Juan Guaidó."

L'ancien président du comité spécial chargé des affaires étrangères, Crispin Blunt, a déclaré que l'actuel président de la banque centrale vénézuélienne n'était pas légitime, car il n'a pas été nommé par l'Assemblée nationale du pays.

Blunt a envoyé des lettres au ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, et au chancelier, Philip Hammond, pour qu’une décision soit prise.

M. Hunt discutera jeudi à Bucarest des prochains efforts de l’Union européenne pour soutenir M. Guaidó.

Une grande partie des pays occidentaux soutenant Guaidó dans son coup d'État, les lingots d'or devraient bientôt être acheminés vers les coffres de l'Assemblée nationale vénézuélienne.