Les réserves d'or du Venezuela ont diminué de sept tonnes au cours du premier semestre pour atteindre seulement 98 tonnes, leur plus bas niveau depuis 50 ans, selon les données publiées lundi par la banque centrale du pays sud-américain.

Le Venezuela, dont l'industrie pétrolière est sous sanctions américaines, vend son or à l'étranger pour obtenir des devises étrangères dans un contexte de crise économique. La banque centrale a maintenu des réserves supérieures à 350 tonnes jusqu'en 2015, date à laquelle le gouvernement, de plus en plus à court de liquidités, a commencé à utiliser l'or comme garantie pour ses prêts.

Les responsables américains, qui cherchent à évincer le président socialiste Nicolas Maduro, ont déclaré que le Venezuela a utilisé l'or pour payer ses importations de brut iranien, alors qu'une panne affectant le réseau de raffinage de la compagnie étatique Petroleos de Venezuela a entraîné une pénurie généralisée de carburant.

Les réserves étaient évaluées à quelque 4,99 milliards $ fin juin, contre 4,79 milliards $ en décembre 2019, en raison de la hausse des prix de l'or.

Reste à clarifier si ces niveaux incluent les 33 tonnes d'or détenues dans les coffres de la Banque d'Angleterre auxquelles la banque centrale n'a pas accès, étant donné que la Grande-Bretagne - ainsi qu'une dizaine d'autres pays - reconnaît Juan Guaido, président du congrès de l'opposition, comme le président légitime du Venezuela.

La banque centrale a cherché sans succès à obtenir un accord afin d'utiliser cet or pour l'achat de nourriture et de médicaments pendant la pandémie de coronavirus sous la supervision du Programme des Nations Unies pour le développement.

Guaido et ses alliés accusent Maduro d'avoir truquée sa réélection en 2018. Pour Maduro, toujours au pouvoir 18 mois après que Guaido ait affirmé être le leader légitime, Guaido est une "marionnette américaine" qui cherche à voler les biens du Venezuela.