La dette courante et la déflation des actifs ne mèneront pas à une période déflationniste comme celle du Japon des années 1990, mais plutôt à de l’hyperinflation aux États-Unis, en Angleterre et dans plusieurs autres pays.

Hyperinflation

La plupart des gens ont de la difficulté à croire que la déflation actuelle des actifs est un élément précurseur nécessaire à l’hyperinflation. Les conséquences des bulles de crédit et immobilières des dernières années ont été un système financier usant d’un effet de levier extrême, sur des fondations de sable mouvant. Afin de sauver un système financier qui s’effondre, le gouvernement des États-Unis a imprimé ou engagé plus de $13 mille milliards et d’autres gouvernements ont engagé des sommes également colossales. Mais, malgré ces injections massive de liquidité dans le système, ce n’est pas de l’inflation qui se crée, mais bien de la déflation. Et ce, pour la simple raison que la contraction des actifs financiers à travers le monde a été d'environ $90 mille milliards, à son plus haut.

Pourquoi alors n’aurons-nous pas une déflation continue? Parce que, comme nous l’avons souligné dans notre Market Report « The Dark Years Are Here » (Les années sombres sont ici), une combinaison de chômage qui augmente, de déficits gouvernementaux qui grimpent et d’un système financier toujours rempli de dettes toxiques représente un mélange suffisamment explosif pour garantir que l’impression monétaire continuera très longtemps.

Les conséquences de l’impression monétaire, surtout aux États-Unis et en Angleterre, mèneront à des chutes dramatiques du dollar et de la livre sterling, parce que personne ne sera intéressé de détenir la monnaie d’un pays qui ne fait qu’imprimer du papier sans valeur pour financer ses excès. C’est la dépréciation de la monnaie qui mène à l’hyperinflation, pas une explosion de la demande. Donc le chemin commencera sans doute par une récession déflationniste, ce que nous vivons maintenant, qui, à cause de l’impression illimitée d’argent, mène à une monnaie qui s’effondre, et cela cause une hyperinflation dépressionniste. C’est probablement ce à quoi nous allons assister ces prochaines années.

Quand une monnaie s’effondrera, le bénéficiaire principal en sera la seule monnaie qui ne peut être imprimée, la seule qui n’est pas attachée à de la dette, et j’ai nommé l’OR.

Dans un environnement hyperinflationniste, qui sait jusqu’où l’or pourrait grimper? Dans la République de Weimar des années 1920, l’or est passé de 100 à 100 mille milliards de Deutschemarks.

Donc, dans un environnement hyperinflationniste, les seules personnes qui survivront virtuellement avec leurs épargnes intactes seront celles qui détiennent de l’or. C’est pourquoi l’or constitue le meilleur moyen pour protéger votre patrimoine.

Déflation

Malgré la haute probabilité d’une hyperinflation, la plupart des gens craignent une déflation dans les années à venir. Mais, pour qu’il y ait déflation, il faudrait que les gouvernements cessent d’imprimer de l’argent et que, à la place, ils coupent les dépenses gouvernementales de 30% à 50%, pour équilibrer le budget. Cela aurait un effet dévastateur sur l’emploi et le chômage exploserait. Le taux de chômage est déjà de 20% aux États-Unis. L’effet d’un chômage extrême combiné à une réduction massive des dépenses gouvernementales sera un PIB réduit de 20%. Dans un tel scénario, peu de prêts bancaires seront remboursés. Et, puisque les gouvernements n’imprimeraient plus d’argent, ils ne pourraient plus sauver les banques. Donc, dans ce scénario, nous assisterons à une implosion du système financier. Encore une fois, détenir de l’or physique (stocké en-dehors du système bancaire) sera virtuellement la seule façon de se protéger d’un scénario déflationniste.

Pas comme au Japon dans les années 1990

On ne devrait pas comparer la situation présente à celle du Japon des années ’90, avec la déflation qui y dure depuis quinze ans. Il n’y avait pas de chômage élevé au Japon, et les Japonais n’avaient pas de dettes, ils avaient de l’épargne. Et, de façon plus importante, l’industrie du Japon a pu continuer d’exporter ses produits dans le reste du monde. Ce ne sera pas le cas maintenant. Aujourd’hui, le monde entier (surtout le monde occidental) souffre de la même maladie et il n’y a pas un pays qui veuille ou puisse sauver les États-Unis, l’Angleterre et les nombreuses autres économies défaillantes.

La Bourse

L’optimisme est de retour sur les marchés à travers le monde, et plusieurs sont d’avis que les problèmes sont derrière. Mais, comme nous l’avons expliqué dans « The Dark Years Are Here » (Les années sombres sont ici), aucuns des problèmes qui ont causé la crise ne sont réglés. Ce que les marchés expérimentent actuellement est une correction normale dans un marché baissier (bear market). Dans notre Market Report de janvier, nous avons prédit que nous pourrions assister à une correction de 50%, qui amènerait le Dow Jones au-dessus des 10,000 points; il est même possible que le Dow atteigne 11,000 points avant qu’il ne redescende encore. (Ces niveaux ne constituent pas une prédiction, mais bien une possibilité technique dans un marché baissier). Comme nous l’avons dit dans notre Market Report de mai, c’est un « sucker’s rally » (un rally qui attire les investisseurs moins renseignés), et tout le monde embarquera dans cette euphorie jusqu’à ce que le marché change à nouveau de direction .

Avec l’or, c’est gagnant-gagnant

Même si les Bourses augmentent encore de 10% à 20%, nous en sommes toujours au début d’un marché baissier séculaire. La dégrédation sévère que l’économie mondiale expérimentera mènera, selon nous, à de l’hyperinflation aux États-Unis, en Angleterre et à bien d’autres endroits. Cela sera extrêmement haussier pour l’or. Mais, comme nous en avons discuté plus haut, dans un scénario déflationniste, ce à quoi nous ne croyons pas, l’or physique constituera une protection essentielle contre l’implosion du système financier.

Donc, dans les deux scénarios, déflationniste et inflationniste, l’or constitue une protection essentielle pour votre patrimoine.