Deux dirigeants actuels et un ancien du "desk" métaux précieux de JPMorgan Chase & Co ont été inculpés pour manipulation des marchés de l'or, de l'argent, du platine et du palladium, entre 2008 et 2016, a annoncé lundi le département américain de la Justice (DoJ).

Les trois hommes - Michael Nowak, en charge de la division courtage métaux précieux chez JPMorgan, Gregg Smith et Christopher Jordan, qui a quitté l'établissement en 2009 - ont été accusés de racket organisé et d'autres crimes fédéraux.

Les autorités leur reprochent notamment d'avoir passé des milliers d'ordres qu'ils n'avaient pas l'intention de mener à terme. Ils apportaient ainsi aux autres acteurs du marché une image erronée de l'offre et la demande réelles sur le marché. Une pratique illégale baptisée spoofing.

"Les accusés et d'autres auraient pris part à un vaste système pendant plusieurs années, dans le but de manipuler le marché des contrats à terme des métaux précieux et à tromper les participants du marché", a déclaré le procureur général adjoint Brian Benczkowski.

"Ces informations fausses et trompeuses avaient pour but d'inciter d'autres acteurs du marché à réagir aux changements dans les équilibres apparents de l'offre et de la demande en achetant et en vendant des contrats à terme sur les métaux précieux à des quantités, à des prix et à des moments qu'ils n'auraient peut-être pas utilisés autrement", estime l'accusation.

Le DoJ indique que la manipulation de cours "impliquait des milliers de transactions illicites", passées depuis le desk, à New York, Londres et Singapour.

"Non seulement leur comportement a affecté les marchés des métaux précieux, mais également les marchés corrélés et les clients de la banque qu'ils représentaient", a précisé M. Sweeney, directeur adjoint du bureau du FBI à New York.

Les manipulations auraient rapporté à JPMorgan "au moins des millions de dollars" et engendré "des dizaines de millions de dollars de pertes".

"Ces accusations ne doivent laisser aucun doute sur le fait que le Département est déterminé à poursuivre en justice ceux qui affaiblissent la confiance du public investisseur dans l'intégrité de nos marchés de matières premières", a ajouté Benczkowski.

Reuters a révélé que Nowak et Smith avaient été mis en congé de la banque en attendant l'enquête en cours.

JPMorgan a refusé de commenter. La banque a assuré en août qu'elle "répondait et coopérait" aux différentes enquêtes pour manipulation du marché des métaux précieux.

Deux anciens traders de JPMorgan ont déjà plaidé coupables de pratiques illégales de spoofing.

De nombreuses poursuites pour spoofing ont été lancées au cours des dernières années. Merrill Lynch Commodities (MLCI), par exemple, a versé 25 millions de dollars en juillet pour résoudre une enquête du gouvernement américain l'accusant d'avoir manipulé le marché des métaux précieux entre 2008 et 2014.