Vous vous rappelez quand accuser les banques de manipulation agressive et compulsive des métaux précieux - c'est-à-dire l'or et l'argent - était vu comme une théorie du complot ? Nous l’avons répété à plusieurs reprises, tout en démontrant clairement comment ces manipulations s'effectuaient, souvent en temps réel.... Il est toujours bon d'avoir raison, même des années après les faits.

Mardi dernier, après la clôture des marchés, la CFTC a annoncé que Merrill Lynch Commodities (MLCI), l'unité de la banque américaine spécialisée dans le négoce de matières premières, a accepté de verser 25 millions $ pour résoudre une enquête du gouvernement américain accusant ses traders de manipuler le marché des contrats à terme sur métaux précieux échangés sur le COMEX (Commodity Exchange Inc.). L'annonce a été faite par Brian A. Benczkowsk, procureur général adjoint de la Division criminelle du ministère de la Justice, et William F. Sweeney Jr., directeur adjoint du bureau du FBI à New York. En d'autres termes, si Merrill Lynch Commodities était un individu, il serait reparti menottes aux poignets.

Comme MLCI l'a elle-même admis, à partir de 2008 et jusqu'en 2014, ses traders en métaux précieux ont conspiré pour tromper les autres participants en injectant des informations éronnées et trompeuses sur le marché à terme.

Ils ont utilisé la technique de manipulation traditionelle du spoofing - en plaçant des faux ordres sur des contrats à terme sur métaux précieux qu'ils avaient l'intention, au moment où ils ont passé les ordres, d'annuler avant leur exécution. Les traders MLCI voulaient ainsi manipuler le marché en créant une fausse impression d'augmentation de l'offre ou de la demande afin d'inciter frauduleusement les autres participants à acheter et à vendre des contrats à terme à des quantités, prix et moments qu'ils n'auraient probablement pas envisagé dans d'autres circonstances. Au cours de la période concernée, les traders ont passé des milliers d'ordres frauduleux.

Bien sûr, puisqu'il s'agit d'une banque, personne n'ira en prison. MLCI a conclu un accord de non-poursuite et a accepté de payer un montant combiné de 25 millions $ en amendes pénales, restitution et confiscation des profits générés par les activités de négoce.