La demande d'argent atteindra un niveau record cette année, grâce notamment à l'utilisation croissante des panneaux solaires, alors que les gouvernements misent sur les énergies renouvelables pour atteindre les objectifs climatiques, ouvrant ainsi la voie à des années de déficit d'offre, selon un rapport de Metal Focus pour le Silver Institute publié mercredi. 

La demande mondiale d'argent devrait atteindre 1,1 milliard d'onces cette année, soit une hausse de 5% par rapport à 2021. C'est le chiffre le plus élevé depuis la création du rapport en 2010.

Cette forte demande poussera le marché de l'argent vers un déficit de 71,5 millions d'onces cette année, après un déficit de 51,8 millions d'onces en 2021, selon Metals Focus.

"Nous pensons que c'est le début d'un changement structurel sur le marché, où l'on observe des déficits qui se poursuivront pendant un certain temps." a déclaré Philip Newman, le directeur de Metals Focus.

L’incertitude entourant la guerre en Ukraine et la possibilité d’une récession mondiale présentent un risque pour la demande industrielle, qui représente environ la moitié de la consommation d'argent, a-t-il ajouté.

L'augmentation de la consommation d’argent s’appuie sur un rebond par rapport à la baisse observée au début de la pandémie de COVID-19. L'année dernière, chaque élément clé de la demande a augmenté pour la première fois depuis 1997, selon le rapport.

Les achats de pièces et de lingots d'argent ont bondi de 36% l'an dernier pour atteindre 278,7 millions d'onces, un record depuis 2015, après une frénésie d'achat déclenchée par des messages postés sur le forum r/WallStreetBets de Reddit. 

Le rallye du prix de l'argent provoqué par ces achats a été de courte durée, mais le marché de détail demeure tendu. Les acheteurs font le plein de ce métal précieux qu'ils considèrent comme une valeur refuge et une protection contre l'inflation et les incertitudes géopolitiques.

En 2021, la demande d'argent pour la bijouterie a augmenté de 21% pour atteindre 181,4 millions d'onces, mais elle est restée en deçà des niveaux pré-pandémiques, les prix élevés ayant découragé certains achats physiques en Inde, l'un des plus grands marchés, selon le rapport.

 


Source originale: Nasdaq