Depuis plusieurs années, des économistes avertissent qu’une remise à zéro du système monétaire est inévitable et que, une fois la confiance dans le papier perdue, l'étalon-or sera la seule option valable (même Mark Carney y a fait récemment allusion). Un discours qui semble trouver écho parmi les banques centrales.

En effet, la Banque centrale néerlandaise (DNB) a surpris son monde en affirmant que "si le système s'effondre, le stock d'or pourra servir de base pour le reconstruire. L'or renforce la confiance dans la stabilité du bilan de la banque centrale et crée un sentiment de sécurité."

 

 

Si les sombres prédictions d'une remise à zéro monétaire ne datent pas d'hier, elles ont continuellement été reléguées en marge de la pensée financière dominante. Il est donc étonnant de voir une institution financière traditionnelle évoquer la valeur supérieure d’un actif monétaire sain, non fiduciaire, et à l'offre limitée. C'est assez hypocrite étant donné les pratiques keynésiennes diamétralement opposées auxquelles se livrent régulièrement les banques centrales et les institutions officielles du monde entier : il y a quelques mois à peine, le FMI a publié un document dénonçant l'adoption par l'Allemagne de l'étalon-or dans les années 1870 comme catalyseur de l'instabilité dans le système monétaire mondial.

Aujourd'hui, la Banque centrale des Pays-Bas admet non seulement que l'or n'a pas déstabilisé le système monétaire, mais qu'il en sera le seul sauveur lorsque tout s'effondrera.

L'article, intitulé "Stock d'or de la DNB" indique :

"Un lingot d'or conserve sa valeur, même en temps de crise. Cela l'oppose aux "actions, obligations et autres titres", qui comportent tous un risque inhérent et dont les prix peuvent baisser."

Selon les dernières données du FMI, la DNB détient 615 tonnes (15 000 lingots) d’or, stockées principalement à Amsterdam, mais aussi au Royaume-Uni et en Amérique du Nord; la valeur des réserves d'or du pays dépasse les 6 milliards € (6,62 milliards $). Qualifiant l’or "d'ancre de confiance", l'article explique brièvement pourquoi l'actif réel est si important pour créer de la richesse et l'économie mondial : "L’or est l’ancre de confiance du système financier. Si tout le système s’effondre, le stock d'or offre une garantie pour repartir de zéro. L'or renforce la confiance dans la solidité du bilan de la banque centrale."

Pourquoi cet aveu soudain ? Peut-être est-ce dû au fait que, le 7 octobre, la banque a annoncé qu'elle transférerait bientôt une grande partie de ses réserves d'or dans son "nouveau coffre situé dans les batîments militaires de Zeist."

Les Pays-Bas se préparent-ils à la grande remise à zéro en déplaçant leur bien le plus précieux dans des bâtiments militaires ?

Comme le souligne bitcoin.com, "la DNB n''est pas étrangère aux jeux keynésiens, inflationnistes, du système monétaire mondial. Un système qui, selon certains, est aujourd’hui une pyramide de Ponzi basée sur la force et la confiance aveugle plutôt que sur un principe économique sain. Les pouvoirs financiers centralisés connaissent la situation réelle, et c’est pourquoi les actifs réels comme l’or sont accumulés et vérouillés, tandis que les particuliers qui résident dans ces juridictions sont encouragés à dépenser et à s’endetter pour soutenir des économies nationales bancales."

Avant le déclenchement de la "grande remise à zéro monétaire", que d’autres banques centrales comme l'Autriche et l'Allemagne ont déjà discrètement anticipé via le rapatriement de leurs réserves d'or, espérons que les institutions aient l'amabilité de donner aux citoyens un préavis suffisant pour échanger leur actifs papiers en actifs réels. Ou, encore une fois, peut-être pas.