L’Autriche aux prises avec la crise de ses banques

Publié par Philippe Herlin | 19 juin 2014 | Articles

On parle souvent ici de la situation difficile que connaissent les pays du sud de l’Europe, mais les effets de la crise financière touchent aussi des pays considérés comme sains et bénéficiant d’une bonne image. C’est le cas de l’Autriche qui fait face aux difficultés de son secteur bancaire.

Une banque mobilise l’attention du gouvernement, la Hypo Alpe Adria (HAA). Dans les années 2000, la banque s'est lancée dans une politique d’acquisition et d’expansion, notamment à destination des Balkans, son bilan a alors été multiplié par huit en moins d'une décennie, pour atteindre 40 milliards d'euros en 2009. HAA bénéficiait de la garantie à la fois du Land de Carinthie et de la banque régionale allemande BayernLB, propriété du Land de Bavière, et manifestement cela a fait tourner la tête aux dirigeants qui ont oublié tout bon sens en matière de gestion du risque. Encore un exemple de capitalisme dévoyé par l’intervention publique, ou de "capitalisme de connivence" (crony capitalism).

Comme on pouvait s’y attendre, avec la crise de 2008, la banque se retrouve en faillite. La facture est lourde puisque pour le moment Vienne a dépensé 5,5 milliards d'euros pour empêcher la faillite de HAA et doit rajouter 4 milliards d'euros pour éponger ses pertes et ses besoins de refinancement cette année. Et ce n’est pas terminé. Ces sommes commencent à sérieusement entamer les capacités budgétaires de l’Etat fédéral, qui cherche des solutions pour limiter les dégâts (il a déjà du réduire le budget de l’éducation, ce qui a bien sûr été très mal perçu par la population).

Dans le cadre de la restructuration, et afin d’en limiter le coût, le gouvernement a décidé de prendre une mesure inédite et très risquée, qui n’est autre qu’un défaut pur et simple, comme un vulgaire pays d’Amérique latine ! En effet les détenteurs de titres subordonnés de HAA, autrement dit ceux qui ont acheté de la dette non prioritaire, vont voir leurs créances purement et simplement annulées. Le problème est que ces créances étaient garanties par le land de Carinthie, mais pour contourner le problème l’Etat fédéral va faire passer une loi qui annulera cette garantie… On se croirait en Argentine. Comme dans ce pays, les créanciers risquent de porter plainte, considérant que l’Autriche a enfreint ses engagements.

Avec cette affaire, c’est la réputation de la place bancaire viennoise qui est en jeu. Déjà l’agence Standard & Poor’s a placé sous surveillance négative les notes des établissements financiers suite à cette décision. Le pouvoir ne cesse de rappeler qu’il ne s’agit là que d’un cas "exceptionnel", mais en réalité c’est l’ensemble du secteur bancaire autrichien qui se porte mal. Les actifs des banques autrichiennes totalisent 1.090 milliards d'euros, soit près de trois fois le PIB du pays (335 milliards d'euros), et celles-ci sont très engagées dans les Balkans, la Russie et l’Ukraine, ce dernier étant virtuellement en faillite...

Quoi qu’il en soit, on constate une nouvelle fois que les règles peuvent changer du tout au tout en cas de crise. Ce qui se passe en Autriche n’est pas aussi grave que Chypre, certes, les épargnants ne sont pas touchés cette fois, mais le fait qu’un Etat puisse décider de s’affranchir de ses engagements ne manque pas d’inquiéter.


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Philippe Herlin  Chercheur en finance / Docteur en économie

   

Mes articles Site web Mon livre


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits