Ou plutôt, on pourrait dire « Adieu aux monnaies de papier – bonjour à la vraie monnaie ».

Cela fait déjà un bout de temps que nous disons aux investisseurs que l’époque du dollar en tant que monnaie de réserve tire bientôt à sa fin  et que l’or constitue la monnaie la plus forte et la plus sécuritaire qui soit. Toutes les monnaies déprécient inexorablement vis-à-vis l’or, et cette tendance va s’accélérer dans les mois et les années à venir, commençant dès maintenant.

Ce que Voltaire a dit en 1729, « Toutes les monnaies de papier retournent à leur valeur intrinsèque – zéro », est tout à fait d’actualité. Le graphique ci-dessous nous montre le déclin des monnaies principales vis-à-vis l’or depuis 1900. Le dollar US, l’euro (DM), la livre sterling et le yen ont décliné entre 93% et 99% versus l’or lors des 109 dernières années. Avec l’impression d’argent qui se dirige vers des proportions « Zimbabwéennes », cela ne prendra pas beaucoup de temps avant que plusieurs monnaies de papier atteignent leur valeur intrinsèque ou, en d’autres mots, ne valent plus rien.

 

 

Alors, à qui ou à quoi devrions-nous faire confiance ? À la stabilité naturelle de l’or, ou à des gouvernements stupides qui détruisent la valeur de notre argent ?

À court terme, l’impression d’argent est gratifiante pour les gens et les électeurs, en donnant l’illusion que les choses vont mieux, quand en fait ce qu’ils obtiennent, c’est plus de dette et une monnaie qui se déprécie. Ceux qui en bénéficient vraiment sont les financiers et les spéculateurs. L’impression d’argent, combinée avec une croissance massive du crédit, permet à ceux-là de créer d’énormes fortunes. Ce qui leur donne un accès privilégié au gouvernement, qui a besoin de cette richesse pour garder le pouvoir. Tout cela devient un processus d’échange de faveurs entre des politiciens qui ont soif de pouvoir et des financiers qui ont soif d’argent.

La proportion d’actifs convertis en or va croître rapidement

Présentement, environ 0,6% des actifs mondiaux, ou $785 milliards, sont investis dans l’or. Aux prix d’aujourd’hui, $785 milliards équivalent à dix années de production d’or. Il ne serait pas surprenant de voir la proportion d’actifs convertie en or passer de 0,6% à 2-3% dans les années à venir. En ce moment, il n’y a pratiquement aucun gestionnaire de fonds, de fonds de pension ou de fonds d’investissement qui achète de l’or. Cela va changer.

La plupart des banques centrales ont maintenant cessé de vendre de l’or et quelques-unes, comme celles de Chine et de Russie, achètent maintenant de façon active. Le FMI pourrait vendre de l’or en 2009-2010, mais cet or serait acheté pas la Chine. La production d’or est à la baisse, et il y a plus de cinq fois plus d’or produit dans le monde que d’or nouvellement découvert, donc les réserves s’amenuisent. La seule augmentation de l’offre proviendra de l’or recyclé des bijouteries, mais cela ne suffira pas.
 

Une augmentation de la proportion d’actifs allouée à l’or passant de 0,6% à 2% impliquerait des investissements dans l’or approchant les $2 trilliards. Au prix d’aujourd’hui, cela signifierait plus de 60,000 tonnes d’or – une production de 24 ans !

Donc, il est tout à fait clair qu’une augmentation majeure de la demande d’investissement, qui est à venir, ne pourra être satisfaite avec le prix actuel de l’or. Elle ne peut être satisfaite qu’avec un prix substantiellement plus haut. Alors l’or devrait augmenter exponentiellement en termes réels, et encore plus en termes d’inflation ou d’hyperinflation.