La demande d'or a continué de progresser au troisième trimestre de cette année, avec des achats nets en hausse de 12% sur un an, selon les données du World Gold Council (WGC).

Les banques centrales ont accumulé 547,5 tonnes d'or depuis début 2019, dont 156,2 tonnes entre juillet et septembre. Toutefois, la frénésie d'achat au troisième trimestre de cette année est inférieure de 38% à ce qu'elle était en 2018, lorsque les achats nets trimestriels atteignaient leur plus haut niveau depuis huit ans.

Les réserves d'or de la Russie, de la Chine et de la Turquie ont connu la plus forte augmentation au cours de la période concernée, selon la WGC. Les avoirs turcs ont crû de 71,4 tonnes, à plus de 380 tonnes. La Banque centrale de la République de Turquie a notamment effectué le plus gros achat mensuel d'or de son histoire (41,8 tonnes) en août.

La Russie, plus gros acheteur l'an dernier, a continué d'accroître ses réserves d'or tout en diversifiant davantage son exposition au dollar américain. Après avoir accumulé 94 tonnes au premier semestre 2019, la Banque centrale de Russie a acheté environ 35 tonnes de juillet à septembre. Son stock d'or s'élève dorénavant à près de 2 242 tonnes, pour une valeur supérieure à 100 milliards $.

Dans le même temps, la Chine, qui a repris ses achats d'or à la fin de l'année dernière, a ajouté 21,8 tonnes de métal précieux à ses réserves. En septembre, la Banque populaire de Chine détenait 1 957 tonnes d'or, ce qui porte à plus de 100 tonnes la quantité d'or accumulée cette année dans un contexte de guerre commerciale avec les États-Unis.

La demande en ETF adossés à l'or a atteint 258,2 tonnes au troisième trimestre, un niveau plus vu depuis le premier trimestre 2016. Au total, l'ensemble des ETF représente 2855,3 tonnes d'or, un record depuis le précédent pic de décembre 2012.

Au final, la demande totale en or a crû de 3% entre juillet et septembre par rapport à la même période l'an dernier pour atteindre 1 107,9 tonnes. L'offre a quant à elle progressé de 4% au troisième trimestre 2019 pour atteindre 1 222,3 tonnes, soutenue par une hausse de 10% de la part de métal jaune recyclé.

"Les investisseurs ont augmenté leur exposition au métal jaune en réponse aux taux d'intérêts bas, aux rendements négatifs et à l'incertitude géopolitique et économique", explique Alistair Hewitt, un responsable du WGC. "Ces principales tendances devraient se maintenir d'ici la fin de l'année, la politique monétaire devrait être encore plus accommodante aux États-Unis et les dissensions mondiales continueront de peser."