Les investisseurs doivent ignorer les mouvements à court terme de l’or et de l’argent, et se concentrer sur les fondamentaux. Il est difficile de savoir par où commencer. Il y a des incendies partout dans le monde aujourd'hui, et ces feux ne peuvent être éteints.

Tout ce que les gouvernements et les banques centrales vont faire, c’est jeter encore plus d’huile sur ces feux, car ils ne disposent pas d’autres outils (autre que l’impression monétaire) pour régler ces problèmes énormes dans le monde.

Chacun de ces feux pourrait être le catalyseur de la prochaine crise majeure, et la prochaine crise mondiale sera beaucoup plus sévère que celle de 2008. J'ai déjà dit que le Japon est un cas désespéré qui ne pourra jamais être sauvé. Or le Japon est la troisième économie mondiale...

En Chine, il y a une bulle de l’économie et du système financier. L’éclatement de cette bulle aura certainement un effet désastreux sur l’économie mondiale et le commerce. Le Japon et la Chine devront continuer d’étendre le crédit et d’imprimer de la monnaie. C’est la seule chose qu’ils peuvent faire pour sauver leurs économies. Évidemment, les conséquences seront inflationnistes, voire hyperinflationnistes.

En Europe, deux banques centrales ont confirmé que leurs économies étaient en grande difficulté. La BCE, via son président Mario Draghi en conférence de presse, a déclaré que les taux d’intérêt demeureront bas pour une période prolongée. La BCE est sous une immense pression; son bilan est rempli de dettes toxiques de ses pays membres.

Ces dettes sont garanties par les pays membres ou par les banques de ces pays, et elles sont inscrites au bilan de la BCE à valeur faciale. Ces dettes ne valent pas leur valeur faciale/d'émission. Nombreuses d'entre elles valent moins que leur valeur d'émission. Donc cela pourrait entrainer des pertes, pour la BCE, de centaines de milliards de dollars, voire un trilliard. Et, même si les pays membres et quelques banques garantissaient l’argent, ils ne l’ont pas pour payer la BCE. Donc, elle devra imprimer encore beaucoup plus de monnaie.

C’est la raison pour laquelle la BCE garde les taux bas. Des taux élevés seraient un désastre pour la BCE et les pays membres. Le problème est que les taux ne peuvent demeurer bas pour toujours. Regardez les exemples de l’Espagne, de l’Italie, de la Grèce et du Portugal... le taux sur dix ans au Portugal est maintenant à 7,6%. C’est ce qui va arriver partout.

En Angleterre, le Gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, est un ancien de Goldman Sachs. Il a aussi confirmé que les taux d’intérêt resteraient bas au moins jusqu’en 2014. L’économie du Royaume-Uni est sous pression. Vous ne pouvez avoir à la fois des taux bas, des emprunts massifs et de l’impression monétaire. Les taux bondiront éventuellement, et les banques centrales perdront le contrôle.

Ne pensez pas une seconde que la Fed peut rester en dehors de cela. Elle a prêté plus d’un trilliard de dollars aux banques européennes. Elle ne récupèrera jamais cet argent. Il faut se rappeler que le système financier entier est inter-connecté. C’est pourquoi la Fed ne pourra jamais arrêter d’imprimer de la monnaie.

Donc, les banques centrales en Europe continueront d’imprimer de la monnaie, ce n’est qu’une continuation de la guerre des monnaies. Mais ne croyons pas une seconde que les États-Unis ne réagiront pas. Ils réagiront tout simplement en imprimant plus de monnaie pour dévaluer leur dollar.

Le déficit commercial des États-Unis augmente; il était de 45 milliards de dollars en mai. Cela aura bientôt un effet sur le dollar et leur PIB, à la baisse évidemment. L’indice ISM Manifacturing est à son plus bas depuis 2010. 195,000 emplois non agricoles ont été créés. Mais je ne crois pas ces chiffres, car ils sont toujours ajustés de façon saisonnière et sont manipulés tous les mois.

Mais, même avec ces chiffres, 77,000 de ces emplois sont à faible revenu. Si vous regardez l’étude sur les ménages, il y a en fait une addition de 360,000 emplois à temps partiel et un déclin de 240,000 emplois à temps plein. Le fait que les emplois à temps plein déclinent n'est pas le signe d’une économie forte.

Si on regarde l’or et l’argent, on voit que la demande physique est encore très forte. Les ventes de pièces d’argent aux États-Unis sont en hausse de 56%. Certains raffineurs Suisse ont encore des retards de quatre semaines. Des retards de quatre semaines, et l’or encore sous pression à la baisse sur le marché papier !

Mais nous voyons que l’or et l’argent sont en train d'établir un point bas, et nous verrons un fort marché haussier cet l’automne. Le marché papier est encore le marché dominant aujourd’hui, et ce marché ignore ce qui se passe sur le vrai marché (physique). Nous savons que cela ne peut continuer longtemps.

Nous savons que le marché physique l'emportera sur le marché papier, et ceux qui ont des positions vendeuses devront les couvrir. En conséquence, les investisseurs devraient ignorer ce qui se passe sur le marché papier et continuer d'accumuler de l’or et de l’argent physique parce que, à la fin, le marché physique sortira vainqueur.