Après un procès de trois semaines et plus de huit jours de délibérations, un jury fédéral de Chicago a estimé que deux anciens traders de JPMorgan avaient manipulé les cours des principaux métaux précieux (or, argent, platine, palladium) entre mai 2008 et août 2016.

Michael Nowak, 47 ans, ancien directeur du trading métaux précieux chez JPMorgan, a été reconnu coupable de 13 chefs d'inculpation (fraude, manipulation…) et Gregg Smith, son principal trader, de 11 délits. Les deux traders avaient plaidé non-coupable, une stratégie qui a échoué face aux témoignages accablants d'anciens opérateurs de la banque.

Le troisième accusé, Jeffrey Ruffo, un vendeur de fonds spéculatifs, a été acquitté des accusations de participation au complot.

"C'est quelque chose qui préoccupait de nombreuses personnes impliquées dans le marché des métaux précieux à l'époque, et je dirais que ce verdict clôt un chapitre", a déclaré Phil Streible, chef de la stratégie de marché chez Blue Line Futures.

"Ce genre de manigances durait depuis au moins 15 ans, voire plus. Des gens attendaient que justice soit faite, et je ne pensais pas que le dossier serait clos un jour".

Après avoir déjà payé plus d'un milliard de dollars d'amendes en 2020 pour spoofing sur les marchés des métaux précieux, JPMorgan fait encore les gros titres, alors que de nouveaux détails sur les manipulations de la banque ont été révélés durant le procès.

"C'était une stratégie ouverte du bureau de négoce", a révelé Christian Trunz, un ancien trader métaux précieux chez JPMorgan qui a plaidé coupable aux accusations de spoofing et coopère avec les procureurs. Il a raconté en détail combien la manipulation était courante et encouragée.

"Ce n'était pas caché".

Gregg Smith réalisait des opérations de spoofing presque tous les jours, Michael Nowak environ une fois par semaine. Jeffrey Ruffo, bien que n'étant pas un trader, s'asseyait à côté de Smith pour le pousser à usurper le marché afin d'exécuter les ordres des clients aux meilleurs prix possibles.

Il n'était pas rare d'entendre Ruffo exhorter Smith à "continuer à cliquer, continuer à avancer" avec une transaction fictive.

Comme le souligne Bloomberg, Nowak était la personne la plus puissante sur le marché de l'or. Il dirigeait le bureau de négoce d'une banque qui compte les plus gros clients de fonds spéculatifs et domine souvent le flux d'ordres de contrats à terme sur métaux précieux.

Comme l'indique Bloomberg, cette affaire est la plus importante de la campagne de répression menée par le ministère américain de la Justice.

"Ils avaient le pouvoir de faire bouger le marché, le pouvoir de manipuler le prix de l'or dans le monde entier", a déclaré le procureur Avi Perry au cours des plaidoiries.

Le jury n’a toutefois pas suivi le réquisitoire du procureur, qui a affirmé que le bureau de négoce de JPMorgan était géré comme une entreprise criminelle, reprochant aux deux responsables des faits de racket et de corruption.

Le juge Edmond Chang du tribunal de district des États-Unis a déclaré que Nowak et Smith seront condamnés l'année prochaine.

Chacun d'entre eux risque des dizaines d'années de prison, bien que cela puisse être beaucoup moins. Deux traders de Deutsche Bank condamnés pour les mêmes faits en 2020 avaient été condamnés à un an d’emprisonnement.

"Avec ce verdict, le ministère de la Justice a obtenu la condamnation de dix anciens commerçants des institutions financières de Wall Street, dont JPMorgan, Bank of America / Merrill Lynch, Deutsche Bank, The Bank of Nova Scotia et Morgan Stanley. Ces condamnations soulignent l’engagement du Département à poursuivre ceux qui sapent la confiance du public investisseur dans l’intégrité de nos marchés des matières premières" , a déclaré le procureur général adjoint Kenneth A. Polite Jr. dans un communiqué.

"Pendant des années, les accusés auraient passé des milliers de fausses commandes de métaux précieux, créant une ruse qui a incité les autres à faire des transactions désavantageuses. La condamnation d'aujourd'hui démontre que, quelle que soit la complexité ou l'ancienneté d'un système, le FBI s'engage à traduire en justice les personnes impliquées dans des crimes comme celui-ci", a ajouté Luis Quesada, le directeur adjoint de la division des enquêtes criminelles du FBI.

En revanche, Blythe Masters, la dirigeante qui supervisait la division matières premières de JPM lorsque certains de ces actes répréhensibles ont eu lieu, n'a pas été mentionnée une seule fois au cours de la procédure.


Source originale: ZeroHedge