Par Étienne Goetz

Après avoir accusé six opérateurs de marché de JPMorgan pour manipulation des cours de l'argent et de l'or, les autorités américaines s'intéressent désormais à la banque elle-même, rapporte l'agence Bloomberg qui ne cite pas ses sources. Cette enquête s'inscrit dans le cadre d'investigations plus larges sur les marchés des métaux.

L'établissement doit désormais compter avec la perspective d'une amende significative, même si l'institution n'a pas encore été formellement inculpée, précise l'agence. JPMorgan a d'ailleurs déjà indiqué dans des documents remis aux régulateurs que le Département de la justice (DoJ) enquêtait sur ses « pratiques de trading sur les marchés de métaux ». JPMorgan est une des banques les plus actives avec HSBC sur les marchés à terme de l'or et de l'argent.

Les équipes du DoJ et du régulateur des marchés de matières premières se sont penchées au moins depuis deux ans sur les pratiques du desk des métaux chez JPMorgan. Le parquet américain a décrit cette équipe comme une association d'individus criminelle active au sein d'une grande banque depuis une décennie.

Les investigations des autorités portent sur la technique dite de « spoofing ». Celle-ci consiste à envoyer une multitude d'ordres et de les annuler au dernier moment afin de tromper les autres participants du marché et ainsi de faire artificiellement décaler les cours. Le desk de JPMorgan aurait utilisé cette technique afin d'enregistrer des millions de dollars de profits indus pour ses clients ou pour son propre compte.

Bien que les soupçons portent sur du « spoofing » et de la manipulation de cours, le département de la Justice a inculpé les traders de la plus grande banque américaine à l'aide d'une loi sur le racket et le crime organisé « RICO », d'ordinaire utilisée contre la mafia. Cette loi permet de poursuivre un groupe d'individus pour plusieurs actes criminels tant qu'ils font partie de la même entreprise

Selon le DoJ, les faits reprochés ont eu lieu entre mars 2008 et août 2016. Deux anciens traders de la banque ont plaidé coupable pour fraude et coopèrent désormais avec la justice.

Ce n'est pas la première fois que la banque est impliquée en raison de ses pratiques douteuses dans le trading. En 2015, JPMorgan avait plaidé coupable aux côtés d'autres établissements pour avoir entente sur le marché des changes. Pour mettre fin aux poursuites, l'institution américaine a accepté de payer 550 millions de dollars.