Alors que les mesures du "quoi qu'il en coûte" ont touché à leur fin, on pouvait craindre une énorme crise avec des vagues de faillite, de licenciement et un chômage qui explose et évidemment une politique de rigueur sèche pour rembourser les milliards utilisés pour sauver l'économie. Pourtant, du côté du gouvernement, c'est plutôt l'optimisme qui prime. L'apocalypse économique que certains prédisaient a l'air d'être un lointain souvenir... à moins que l'effet de la cessation des aides soit à retardement et que les problèmes liés au prix de l'énergie ou à la pénurie de matières premières ne viennent s'immiscer dans toutes ces bonnes nouvelles, impactant ainsi l'optimisme du gouvernement.