Après avoir testé 1 300 $ à maintes reprises ces dernières années, le prix de l'or a connu une hausse spectaculaire au cours du dernier mois. Il a atteint son plus haut depuis 6 ans alors que le président Trump, un peu partout dans le monde, exacerbe les tensions et les risques d'une troisième guerre mondiale.

 

 

L'envolée du métal précieux s'est accompagnée d'un effondrement des rendements obligataires et d'un niveau record de dette à rendement négatif....

 

Or vs Valeur de marché de la dette globale à rendement négatif

 

Et tandis que la volatilité de l'or monte en flèche...

 

 

La demande reste abondante, comme le précise Goldman dans sa dernière note, améliorant ses perspectives pour l'or. Les pays ayant des "tensions géopolitiques avec les États-Unis" achètent en grande quantité :​

 

Le rythme des achats d'or par les banques centrales a augmenté

 

La demande des banques centrales s'accélère et les achats en 2019 devraient atteindre 750 tonnes, contre 650 tonnes l'an dernier. Les achats d'or visibles, cumulés depuis le début de l'année, se situent à 211 tonnes à la fin avril, contre 117 tonnes à la même période l'an dernier (voir graphique 11).

Fait important, la Chine vient tout juste de faire passer son rythme d'achat d'or de 10 tonnes par mois à 15 tonnes pour avril et mai, alors qu'elle cherche à diversifier ses réserves.

La Fed et la BCE étant désormais toutes deux susceptibles d'assouplir leur politique monétaire, un plus grand nombre de banques centrales pourraient décider d'ajouter de l'or à leur portefeuille, comme elles l'ont fait entre 2008 et 2012 (voir graphique 12).

 

L'assouplissement de la politique monétaire américaine et l'aggravation des tensions géopolitiques pourraient accroître le nombre de banques centrales qui achètent de l'or.

 

De plus, les tensions commerciales entre l'Inde et les États-Unis ont récemment commencé à s'intensifier. L'Inde a riposté aux taxes américaines sur l'acier en imposant des droits de douane sur une trentaine de produits américains. Une montée des tensions avec les États-Unis créent souvent une hausse des achats d'or du pays concerné.

Goldman ajoute que la demande devrait encore augmenter car les achats russes ont tendance à s'accélérer au troisième trimestre...

 

Achats moyen par la banque centrale russe 2014-2018

 

Enfin, Goldman indique qu'à la fois les bonnes et les mauvaises nouvelles économiques pourraient toutes deux être positives pour le métal précieux à ce stade du cycle.

Si la croissance des marchés développés (MD) ne s'accélère pas au second semestre, l'or a un potentiel de hausse important.

"Si la croissance des MD continue de ralentir, l'investissement dans les ETF pourrait augmenter considérablement. La dernière fois que nous nous sommes retrouvés dans un environnement similaire, c'était en 2016. La croissance des MD à l'époque était aussi faible qu'aujourd'hui et autant la Fed que la BCE sont devenues plus 'dovish'."

 

La dernière fois que la  croissance des MD était aussi faible les FNB ont grimpé de 800 tonnes

 

"Mais à l'époque, la poussée vers les ETF était beaucoup plus forte qu'elle ne l'est aujourd'hui... nous pensons que la faible croissance actuelle rend la détention d'or intéressante dans une optique de diversification."

Goldman note qu'une amélioration de la croissance économique mondiale n'est pas nécessairement baissière pour l'or.

"Nos économistes s'attendent à ce que l'essentiel de l'accélération de la croissance du PIB vienne des pays hors États-Unis et des pays émergents en particulier. Cela devrait soutenir l'or par le biais de la "richesse". Il est important de noter qu'un ralentissement de la croissance américaine pointe vers un affaiblissement du dollar, ce qui devrait booster le pouvoir d'achat en dollars des pays hors États-Unis (voir graphique 7). En outre, l'or commence à prendre de la vigueur dans les monnaies locales de ses deux plus gros consommateurs, l'Inde et la Chine."

Le dynamisme des prix de l'or construit dans la première moitié de 2019 pourrait entraîner à une augmentation de la demande d'or au détail dans les pays émergents au deuxième semestre.

Goldman conclut : "nous croyons que l'or continue d'offrir une importante valeur de diversification avec un potentiel de hausse substantiel si la croissance des MD continue de ralentir.. ou, comme nous l'avons mentionné plus haut, si les tensions mondiales continuent à s'accroître."

Comme nous l'avons mentionné précédemment, les titres du Trésor combinés de la Russie et de la Chine sont à leur plus bas niveau depuis juin 2010, alors que les avoirs en or de ces deux pays ont grimpé en flèche....

 

Réserves d’or et Avoirs du Trésor de la Chine et la Russie

 

Dé-dollarisation ?