Le simple fait d’observer le comportement des cours de l’or et de l’argent après l’annonce du QE4 devrait permettre de convaincre les plus sceptiques que les marchés de l’or et de l’argent ne sont pas libres et qu’une manipulation des cours a bien lieu.

(Le récent scandale du Libor, dernier exemple en date, révèle la taille impensable des manipulations que le secteur bancaire est capable de réaliser. UBS, comme de nombreuses autres banques reconnues coupables, va devoir payer 1,5 Milliards de dollars de pénalité pour manipulation.)

Les cours ont en effet chuté les jours suivant l'annonce du QE4 alors qu'il n'y a pas d'évènement plus positif pour les métaux précieux que l'annonce d'une nouvelle phase d'impression monétaire massive.

L’or agissant comme un baromètre révélant la « santé » réelle du système financier mondial, casser le baromètre permet de masquer la fragilité du système et le niveau d’inflation réel, mais surtout d’empêcher toute compréhension, tout lien logique entre destruction du pouvoir d’achat des monnaies et augmentation du cours de l’or.

Je ne rentrerai pas une nouvelle fois ici dans une explication de la manipulation des cours que j’ai abordé à plusieurs reprises (lire ici et ici), puisque malgré son existence, les cours de l’or et de l’argent performent significativement depuis maintenant 12 ans et sont même les 2 actifs ayant le mieux performé durant le dernier mandat du Président Obama.

Rappelons simplement que les fondamentaux expliquant cette progression de 12 ans sont toujours en place (taux d’intérêts proches de zéro, taux d’intérêt réel négatifs, perte de confiance dans les monnaies papiers et demande massive venant des pays émergents) et qu’investir dans l’or et l’argent sans en être conscients de l’existence d’une manipulation des cours, ne permettra pas aux investisseurs de supporter une volatilité artificielle générée pour retarder un mouvement de masse vers les métaux précieux.

Abordons plutôt aujourd’hui le comportement des métaux précieux dans les mois suivant chaque annonce de nouveau QE, et observons au préalable la situation sur les marchés physiques de l’or et de l’argent.

 

Quelles indications nous donnent les marchés de l’or et de l’argent physique ?

Les investisseurs doivent prendre en compte les faits observés sur les marchés de l’or et de l’argent « physique » et non simplement le cours spot, pour comprendre ou se dirigent les cours :

- Les banques centrales continuent d’acheter de l’or physique, et ce malgré la volatilité des cours depuis plusieurs mois. L’Iraq vient de tripler ses réserves d’or en deux mois en achetant 25 tonnes supplémentaires. La Corée a augmenté ses réserves d’or physique de 20% en Novembre. Le Brésil a doublé ses réserves d’or depuis le mois d’Août 2012 en achetant 15 tonnes. La Russie a acheté près de 3 Tonnes d’or en Novembre.

- La dichotomie entre les marchés de l’or/argent papier et physique s’accentue devant une demande massive d’or et d’argent physique venant majoritairement d’Asie. L'acquisition d’or et d'argent physique se fait de plus en plus a un prix bien supérieur au cours spot. On apprend ainsi qu’en Chine il faut payer 2,89 dollars de plus par once au dessus du cours spot pour obtenir de l'argent physique, soit environ 9,60% de prime au dessus du cours spot. Les brokers Asiatiques savent que la manipulation créé un cours artificiellement bas et refusent de vendre de l'argent physique en se basant sur le cours spot "papier".

- Des diplomates Chinois confirment que la Chine accumule de l’or physique pour assurer la convertibilité future du yuan en or physique.

- Les fonds d’investissement Japonais ont commencé à investir dans l’or.

- La US Mint suspend la vente de pièces d’argent « Silver Eagle » pour 3 semaines afin, selon moi, d'éviter de vendre à un prix artificiellement bas ne permettant pas de couvrir les frais de productions. 

Comportement de l’or et de l’argent post QE

Les plans d’assouplissement monétaire (Quantitative Easing ou QE) signifient monétisation des dettes. Cette monétisation est réalisée à partir d’une création de nouvelle monnaie fraichement imprimée. Nouvelle monnaie qui n’existait pas au préalable d’où le caractère inflationniste de ces « plans » qui contribuent à l'augmentation de la masse monétaire.

Dans le cadre de ces plans, un gouvernement émet de nouvelles dettes (sous la forme de bons du trésor) qui sont ensuite achetées par une banque centrale qui créée, à partir de rien, la monnaie nécessaire à l’achat de ces bons.

Ces plans d’assouplissement Monétaire sont fortement inflationnistes quand les banques centrales achètent directement les bons du Trésor aux gouvernements car les gouvernements dépensent ensuite directement cet argent qui se répand dans l'économie.

L’argent circule donc ensuite dans l’économie et quand la masse monétaire augmente plus vite que l’économie réelle, l’inflation se déclenche.

Quand les banques centrales rachètent des titres de dettes (comme les MBS) émis par des banques, celles-ci ne dépensent pas forcément l’argent reçu tout de suite, elles peuvent garder l’argent, en profiter pour se recapitaliser, ou spéculer avec.

La nuance est importante car elle détermine le caractère plus ou moins inflationniste de chaque plan d’assouplissement monétaire. Les métaux précieux réagissent plus ou moins violemment et rapidement en fonction du type de plan d’assouplissement monétaire.

Si on s’intéresse à la performance du cours de l’argent depuis le QE1 nous observons :

Comme l'explique parfaitement Adam Hamilton dans un récent article voici la performance de l'argent suite à l'annonce de chaque QE :

QE1 : 1750 Milliards de dollars ont été créé pour acheter des bons et titres de dette mais « seulement » 300 milliards ont été consacrés à l’achat de bons du Trésor US. Le cours de l’argent a progressé de 80% au cours de la période post QE1.

QE2 : 900 Milliards de dollars ont été créés et toute la somme a été consacrée à la forme la plus inflationniste, l’achat direct de bons du Trésor émis par le gouvernement US. Le cours de l’argent a progressé de +89% sur la période, atteignant +177% neuf mois après l’annonce du plan mais subissant ensuite une correction.

QE3 : En Septembre 2012, première partie du QE3 avec 40 Milliards imprimés par mois, mais cette fois ci, dédiés au rachat de MBS aux banques (Mortgage-backed-securities) donc pas de rachat direct de bons du Trésor émis par le gouvernement US. Les banques, pour rappel ne dépensent pas directement dans l’économie l’argent recu suite à la vente de ces titres de dettes aux banques centrales.

QE4 : La Fed vient d’annoncer 45 Milliards de dollars d’achat direct de bons du Trésor US, en plus des 40 Milliards de rachat de MBS aux banques. Différence de taille cette fois-ci, il n’y a pas de limite de temps, cela peut certainement durer des années, le seul objectif chiffré que s’est donné la FED est de continuer ce plan tant que le taux de chômage est au dessus de 6,5%. Or la dernière fois que le taux de chômage a atteint ce niveau était en 2008, il y a 4 ans. Cela donne une idée du nombre d’années que peut durer ce plan hautement inflationniste et la quantité astronomique de monnaie qui risque d'être imprimée.

Le QE4 va certainement représenter plus de création monétaire que QE1 et QE2 réunis.

QE4 doit officiellement commencer en Janvier 2013.

Conclusion :

La correction des cours post annonce du QE4 est temporaire et n’est pas liée à une évolution négative des fondamentaux qui soutiennent les cours depuis 12 ans. Au contraire les fondamentaux n'ont jamais été aussi favorables aux métaux précieux.

Cette correction tient plus à des techniques de manipulation visant à empêcher les investisseurs de faire le lien entre politiques monétaires et performance de l’or qu'à toute explication logique.

A chaque annonce d'un nouveau plan de monétisation de dette gouvernementale ou bancaire, QE1, QE2, QE3 et donc QE4, les cours de l'or et de l'argent ont corrigé sans aucune raison fondamentale permettant de l'expliquer.

L’annonce du plan d’assouplissement quantitatif le plus inflationniste de tous les temps (rachat direct de bons du Trésor gouvernementaux) garantit une reprise de la performance des cours dans les mois qui viennent.