Les facteurs fondamentaux et techniques pour l’or sont maintenant en harmonie totale, et l’or entre dans un cercle vertueux qui fera grimper le prix à la cadence la plus rapide depuis le début du marché haussier en 1999.

- Fait : l’or, en dollars US (et en plusieurs autres monnaies) a grimpé de 400% en onze ans, soit 16% par année, annualisé.

- Fait : le dollar US a perdu plus de 80% de sa valeur vis-à-vis l’or depuis 1999.

- Fait : le dollar et la plupart des autres monnaies ont perdu 98-99% de leur valeur vis-à-vis l’or depuis 1913, quand la Federal Bank of New York fut créée.

- Aussi, c’est un fait que le Dow Jones (et plusieurs autres marchés mondiaux) a décliné de 80% vis-à-vis l’or depuis 1999.

• C’est aussi un fait que l’or a atteint un nouveau pic mensuel, en dollars, en août 2010.

Tendance pour l’or

Nous nous attendons à ce que l’or entreprenne une hausse majeure qui continuera pendant cinq à dix mois avant que ne survienne une correction majeure. Le tableau technique de l’or est extrêmement fort, avec une tendance continuelle de pics et de bas de plus en plus hauts, et une courbe qui s’accentue. À partir de niveaux beaucoup plus élevés, nous assisterons probablement à une correction qui pourrait durer jusqu’à un an avant la prochaine remontée qui, elle, durera plusieurs années avant d’atteindre un pic significatif. Une fois que l’or aura atteint son pic, nous nous attendons à ce qu’il n’y ait pas le même genre de déclin que celui que nous avons vu après le pic de 1980, car l’or a des chances de faire partie des réserves monétaires futures. À ce point, l’or constituera toujours un investissement solide, quoique moins intéressant, avec moins de possibilités à la hausse. Mais cela ne devrait pas arriver avant plusieurs années.

Malgré une quintuple augmentation de la valeur de l’or, ou un déclin de 80% vis-à-vis plusieurs monnaies et marchés ces dernières onze années, la plupart des investisseurs ne possèdent pas d’or et ne comprennent toujours pas l’importance et la valeur de l’or. Dans un monde d’impression monétaire constante et de création de dettes menant à la dévaluation des monnaies et des actifs, l’or reflète la stabilité, et il constitue virtuellement la seule richesse qui ne puisse être détruite par les gouvernements.

La plupart des gestionnaires de fonds et d’actifs, les fonds de retraite et les individus ne possèdent pas d’or physique et, au mieux, ont de faibles investissements dans des stocks miniers. Et, en dépit de cela, l’or a augmenté de plus de 400% en onze ans. Comment est-ce possible ? Pour la simple raison que, même avec cette demande relativement modeste des dernières années, il n’y a pas assez d’or physique, même à ces niveaux. Cette augmentation de la demande a probablement été satisfaite par les banques centrales qui « louent » leur or aux bullion banks. Supposément, les banques centrales possèdent 30,000 tonnes d’or, mais on estime, de façon non officielle, qu’elles n’en possèdent que 15,000 tonnes ou moins.

Alors, quels sont les facteurs qui devraient causer une augmentation majeure du prix de l’or ?

Cela fait quelques années que nous soulignons, dans nos newsletters, les problèmes mondiaux qui mèneront inévitablement à de l’impression monétaire massive et à une dépression hyperinflationniste (voir par exemple « Ales Iacta Est » et « There Will Be No Double Dip... »).

Il y a trois problèmes insurmontables :

- Le vértable taux de chômage aux États-Unis, 22%, continuera de grimper.

- Le déficit budgétaire augmentera de façon dramatique à cause des problèmes de l’économie et, dans quelques années, l’intérêt sur la dette fédérale risque d’être plus élevé que les revenus fiscaux.

- Aucuns des problèmes de l’industrie bancaire n’ont été réglés. Ils ont plutôt été balayés sous le tapis, par des évaluations douteuses de dettes toxiques, avec la bénédiction des gouvernements. Les +/- $20 trilliards injectés dans l’économie mondiale pour sauver le système financier en 2008-2009 ont eu un effet bénfique à très court terme, mais n’ont pas réglé les problèmes.

Les effets de cette infusion massive de $20 trilliards furent éphémères, car nous arrivons à l’automne 2010, et presque tous les indicateurs et statistiques économiques aux États-Unis se détériorent rapidement. Avec les taux d’intérêts déjà à zéro, il ne reste qu’une arme dans l’arsenal. Et c’est cette arme spécifique qui sera utilisée à l’infini dans les quelques années à venir et qui commencera bientôt, et j’ai nommé L’IMPRESSION MONÉTAIRE ILLIMITÉE. Absolument tous les secteurs de l’économie américaine auront besoin d’aide ou de monnaie imprimée, qu’il s’agisse du gouvernement fédéral, des États, des municipalités, des banques, des fonds de pension, des compagnies d’assurance, des corporations, de la santé, du marché immobilier, des individus, etc, etc, etc. La liste est sans fin et plusieurs autres pays suivront.

Avant de parler de l’or en termes d’hyperinflation, regardons où l’or s’en va en monnaie d’aujourd’hui.

Trois cibles réalistes pour l’or : $6,000, $7,000 et $10,000 :

- L’or, pendant le cycle 1971-1980, est parti de $35 l’once et a atteint $850, 24 fois son prix. Si on assistait à la même augmentation maintenant, l’or atteindrait plus de $6,000.

- Le pic de l’or à $850 en 1980 correspond à plus de $7,000 aujourd’hui, ajusté à l’inflation réelle basée sur le taux d’inflation calculé par John William, de Government Shadow Statistics (shadowstats.com).

- Entre 1921 et 1981, l’or et les stocks miniers constituaient en moyenne 25% des actifs financiers mondiaux. Aujourd’hui, ils n’en constituent que 0,9%. Si l’or et les stocks miniers revenaient à constituer 25% des actifs financiers, l’or dépasserait les $31,000. Mais, même en présumant que les actifs financiers mondiaux descendaient des 2/3, cela mènerait quand même l’or au-dessus des $10,000.

Ces trois comparaisons historiques ci-dessus (et voir le graphique ci-dessous) placeraient l’or quelque part entre $6,000 et $10,000 et cela, sans inflation ou, probablement, hyperinflation. Dans un environnement d’hyperinflation, le prix de l’or n’a pas d’importance réelle, puisqu’il dépend de la quantité de monnaie imprimée. Par exemple, pendant la République de Weimar, l’or grimpa à l’équivalent de 100 trilliards de marks. Ce qui est plus important à savoir est que l’or est destiné à quintupler à partir d’aujourd’hui, sans l’inflation. Et, avec l’hyperinflation, l’or protégera les investisseurs de la destruction totale des monnaies de papier et autres actifs.

Protection de la richesse

L’or doit être détenu sous sa forme physique et le détenteur doit avoir un accès direct à son or. Nous considérons que les ETFs, de l’or dans une banque (alloué ou non), la propriété fractionnelle d’or physique, les futures et toutes les autres formes d’or-papier, sont très risqués et ne constituent pas des façons satisfaisantes de posséder de l’or. Votre or physique devrait préférablement être entreposé hors de votre pays de résidence et en-dehors du système bancaire. Le détenteur doit avoir un accès direct aux voûtes où l’or est entreposé.

L’argent

L’argent a tiré la patte vis-à-vis l’or depuis son pic de $21 en 2008. Ces derniers mois, le ratio or/argent s’est consolidé entre 58 et 71. Ce ratio est aujourd'hui aux alentours de 64, et il devrait se diriger vers 44, sous le bas de 2006. Ce sont de bonnes nouvelles pour l’argent qui risque ainsi de surpasser l’or dans les quelques années à venir. L’argent est sans doute le métal précieux le plus sous-évalué aujourd’hui, et son potentiel est grand.

Mais il y a plusieurs choses dont il faut tenir compte avec l’argent :

- Il s’agit d’un métal extrêmement volatile, cela ne convient pas aux coeurs sensibles.

- Nous ne recommandons que de l’argent physique détenu directement par l’investisseur.

- L’argent physique est 64 fois plus lourd que l’or, avec le même montant investi, et prend environ 120 fois plus d’espace (à cause de sa densité plus faible).

- L’argent est donc moins pratique que l’or en tant que moyen de paiement.

- Aussi, l’argent est sujet à la TVA (ou VAT, value-added tax) dans tous les pays européens. Donc, l’argent ne peut voyager librement à travers les douanes.

- L’argent physique en tant que véhicule d’investissement peut être acheté/vendu sans taxes en Suisse mais, si l’investisseur en prend possession, il doit payer la TVA.

À cause de ces facteurs, les investisseurs devraient considérer avec soin la répartition entre l’or et l’argent.

Marchés de la Bourse

Au début de juillet de cette année, nous avons envoyé un message aux investisseurs qui disait que, basé sur nos propres indicateurs, les marchés arriveraient à la fin de la correction à la fin de juillet et qu’ils reprendraient leur tendance majeure à la baisse en août. Nous disions aussi que l’or entreprendrait une montée majeure en août. Et c’est exactement ce qui est arrivé.

Nous nous attendons maintenant à des baisses majeures de toutes les Bourses pour une période soutenue. Nous ne serions pas surpris de voir le Dow Jones redescendre vers les 1,000 points (en termes d’aujourd’hui) avant que ne se termine ce marché baissier. Mais cela ne se fera pas en ligne droite et il y aura de la volatilité extrême. Quand l’hyperinflation s’installera, les Bourses grimperont de façon majeure, mais de façon temporaire.

Les seules actions que les investisseurs devraient posséder sont celles des minières et possiblement quelques actions dans les ressources et l'alimentaire Mais il faut se souvenir que les actions n’offrent pas le même degré de préservation de richesse que les métaux précieux détenus directement par l’investisseur.

Les monnaies

Les monnaies, dans les années à venir, seront considérées comme un mal nécessaire plutôt que comme une façon de préserver la richesse. Toutes les monnaies vont continuer de décliner vis-à-vis l’or, comme elles l’ont fait ces derniers onze années et ces dernières cent années. À cause de l’impression monétaire par la plupart des gouvernements, nous aurons un grand jeu de dévaluations compétitives par presque toutes les banques centrales. Nous avons vu l’euro et la livre faiblir, et la prochaine monnaie sur laquelle les spéculateurs vont se tourner est le dollar US. Le dollar est très sur-évalué, dû en partie au faible euro, et il devrait faiblir de façon significative à cause des problèmes de l’économie américaine.

Les monnaies ne font que refléter la valeur relative, et non la valeur absolue, puisqu’elles peuvent être créées jusqu’à atteindre leur valeur intrinsèque de zéro. Il ne fait aucun sens de mesurer la valeur d’une monnaie en relation avec une autre, puisqu’elles perdent toutes de la valeur. Les monnaies ne devraient être mesurées qu’en relation avec de la monnaie véritable, c'est à dire l’or. C’est la seule façon de mesurer révèlant les actions déléthères des gouvernements qui détruisent la valeur de la monnaie de papier. C’est donc un jeu de dupes que de spéculer ou d’investir dans les monnaies, puisqu’elles déclinent toutes dans un marché imprévisible et extrêmement volatile.

Y a-t-il des monnaies appelées à mieux performer, sur une base relative, pour des fonds qui doivent être détenus en monnaie papier ? Nous croyons que le kroner norvégien, le franc suisse, le dollar canadien, le dollar de Singapour, le dollar australien et le renminbi feront mieux que beaucoup d’autres monnaies.

Les marchés des obligations gouvernementales

Selon notre opinion, le marché des obligations constitue la plus grosse bulle des marchés financiers à travers le monde. Les investisseurs de partout au monde sont inquiets de l’état des marchés financiers et croient, donc, que les obligations gouvernementales représentent de la sécurité. Ces investisseurs vont recevoir un choc des plus énormes venant de deux états de chose : premièrement, aucun gouvernement ne pourra payer ses dettes, alors il y aura soit des faillites de gouvernements, des moratoires, ou de l’impression monétaire qui détruira entièrement la valeur de ces obligations; et, deuxièmement, les taux d’intérêts devraient grimper de façon significative jusqu’à au moins 10-15%, aussi détruisant totalement la valeur des obligations.

En conclusion

Nous entrons maintenant dans une période où la plupart des classes d’actifs et, en particulier, les actions, les obligations et les monnaies, entreprennent un déclin majeur. Vu que la plupart des actifs financiers dans le monde sont investis dans ces trois catégories et aussi dans l’immobilier, qui déclinera aussi, nous devrions expérimenter des crises et des chocs majeurs dans le système financier et dans l’économie mondiale. La protection de la richesse est sans doute plus importante maintenant qu’à toute autre époque de l’Histoire. L’or physique et, possiblement, d’autres métaux précieux en possession directe de l’investisseur, devraient constituer une part vitale d’un portefeuille visant à protéger la richesse.