Fabrice Drouin Ristori, fondateur de Goldbroker.com, s’est entretenu avec Peter Cooper.

Peter Cooper, éditeur de arabianmoney.net, réside à Media City, Dubai, il est journaliste depuis 1996, date à laquelle il fut l’éditeur-fondateur de The Gulf Business, le tout premier magazine d’affaires publié à Dubai. En 2000, il fut un des fondateurs du site d’informations financières ameinfo.com.

Son livre au sujet de ameinfo.com, « Opportunity in Dubai : Making a Fortune in the Middle East » a été no.1 du Daily Telegraph Book Club pendant six mois. Diplomé d’Oxford en politique et en économie, Peter Cooper a passé une dizaine d’années à Londres comme journaliste financier spécialisé dans l’immobilier et la construction. Il est aussi l’auteur de « Dubai Sabbatical : The Road to $5,000 Gold ».

Vous pouvez lire les analyses de Peter Cooper sur Arabianmoney.net.

Peter Cooper

Fabrice Drouin Ristori: M. Cooper, quand on visite votre site régulièrement, on voit que vous y faites la promotion de l’argent et de l’or comme étant probablement les meilleurs investissements des années à venir.

Vous êtes basés à Dubaï, pouvez-vous nous dire comment les investisseurs considèrent l’or et l’argent dans cette partie du monde, et y voyez-vous beaucoup dinvestissements dans les métaux précieux ?

Peter Cooper: Il y a une raison pour laquelle on appelle Dubaï « la ville de l’or ». La dernière fois que j’ai vérifié, environ 25% du commerce physique mondial de l’or transitait par Dubaï, et cet or constitue la marchandise la plus importée et exportée dans la ville, ce qui est quelque chose, si on considère que Dubaï est une plaque tournante pour le Moyen-Orient comme l’est Singapour pour l’Asie.

L’argent y est moins important mais Dubaï a été un des premiers endroits à produire ses propres barres d’argent .999 d’un kilo pour satisfaire une demande montante des petits investisseurs locaux, et les vendeurs de lingots en offrent maintenant de toutes les tailles.

L’or et l’argent sont des types d’investissement extrêmement populaires à Dubaï. Plus de la moitié de la population vient de l’Inde, ce qui peut expliquer l’importance de l’or ici. Mais les Arabes ont toujours particulièrement affectionné l’or, en tant que richesse tangible qu’ils peuvent voir et toucher. Ils ont la même affection pour l’immobilier, d’ailleurs.

FDR: Observez-vous à Dubaï cette même tendance qui voit les investisseurs délaisser les investissements de type « or papier » au profit de la propriété directe d’or et d’argent  physique ?

PC: Les certificats d’or n’ont jamais été populaires ici. Un ETF d’or qui a été lancé à Dubaï il y a deux ou trois ans n’a pas eu le succès escompté, ce qui est quelque peu surprenant, au vu de son statut de plaque tournante de l’or et du fait que des ETFs « or » ont connu un succès en Inde.

Cependant, les transactions d’options sur l’or et l’argent ont presque doublé l’année passée sur le Dubaï Gold and Commodity Exchange. On peut dire que ces transactions « papier » d’options sur les métaux précieux jouent un rôle ici, rôle qui pourrait prendre de plus en plus d’ampleur à l’avenir.

«La manipulation du prix de l’argent va se retourner très bientôt contre les vendeurs à découvert

FDR: Nous sommes confiants sur lévolution à la hausse du cours de l’or, et encore plus de l’argent. Pourquoi pensez-vous que l’argent va réaliser une performance supérieure à celle de l’or dans les années à venir ?

PC: C’est une simple question d’offre et de demande. Le stock disponible d’argent ne constitue qu’une petite fraction de celui de l’or (la plus grande partie est consommée par les procédés industriels) et, pour augmenter cette offre, il faudra investir massivement dans de nouvelles mines qui prendront des années à produire, ou augmenter considérablement la production de cuivre et de zinc.

Cela peut sembler étrange, mais la plus grande partie de l’argent produit l’est en tant que sous-produit de l’exploitation du cuivre et du zinc. En conséquence, si nous faisons maintenant face à un ralentissement économique mondial, comme le prédit Arabianmoney, la production de cuivre et de zinc sera alors réduite, ce qui signifiera moins d’argent produit, pas plus, et cela poussera le prix à la hausse.

En même temps, la demande des investisseurs pour de l’argent physique augmente clairement - on le voit par les ventes de pièces ou en feuilletant les « articles les plus lus » sur ArabianMoney.net. Et, vu qu’il y a de plus en plus de demande sur ce marché de l’argent qui est très tendu, le prix ne peut bouger que dans une seule direction, à la hausse.

En comparaison, les réserves d’or sont bien plus grandes, ce qui fait que le prix fluctue moins que celui de l’argent quand la demande augmente, et toute augmentation du prix de l’or rend son cousin (l’argent) plus attrayant à l’achat car il est moins coûteux.

FDR: Chris Powell a expliqué la manipulation du marché de l’argent dans une récente interview publiée sur Goldbroker.com. Vous connaissez sans doute le sujet. Croyez-vous qu’il soit possible de vraiment comprendre le potentiel de l’argent sans être au courant de cette manipulation artificielle à la baisse qui offre aux investisseurs une opportunité d’acquérir à bas prix de l’argent physique ?

PC: La manipulation du prix de l’argent va se retourner très bientôt contre les vendeurs à découvert. Il est très difficile, avec de telles distorsions du marché, de spéculer parce que personne ne peut être certain de comment, quand et de quelle façon cette manipulation va se terminer.

D’un autre côté, cela va faire grandement augmenter les prix de l’argent, c’est certain. Vous ne pouvez pas maintenir une matière première au même prix qu’il y a 32 ans pour toujours, c’est tout simplement impossible. Quoi d’autre pouvez-vous vous procurer à ce prix ? L’argent devrait facilement être à $100 l’once, juste pour approcher son prix de 1980, voire même à $150.

FDR: Pensez-vous que nous allons prochainement voir une nouvelle forme de standard-or ? Êtes-vous en faveur d’un retour au standard-or, et pourquoi pensez-vous qu’il est important de changer le système monétaire actuel ?

PC: Il faut se demander ce qui arrivera après que les « imprimeurs de monnaie » aient fini d’imprimer... où les banques centrales nous emmènent-elles ? La vie ne sera pas très belle pour beaucoup de gens avec une haute inflation, une faible croissance économique et des retours sur investissements anémiques. Éventuellement, il faudrait procéder à une remise à zéro des compteurs, des défauts sur les dettes et à une sorte de nettoyage de tout ce système corrompu.

L’or et l’argent joueront certainement un rôle comme métaux monétaires. Il faut remonter à 1896 pour voir une élection présidentielle Américaine entièrement consacrée à la solution du bimétallisme, à savoir un système dans lequel l’or et l’argent, ou seulement l’or, serviraient de standard monétaire. Ce n’est pas un enjeu de la campagne électorale actuelle, mais je ne serais pas du tout surpris que ça en soit un enjeu majeur dans quatre ans.

FDR: Merci d’avoir accepté notre interview, M. Cooper.