Les exportations d'or de la Suisse vers les États-Unis ont grimpé en flèche au mois de mars, alors que les investisseurs américains se sont rués vers les lingots en pleine crise du coronavirus.

Selon le site Internet de l'Administration fédérale des douanes, les expéditions vers les États-Unis en provenance du plus grand centre de raffinage de métaux précieux d'Europe ont atteint 43,2 tonnes. Cela représente près de la moitié des exportations suisses d'or du mois dernier, alors que les livraisons vers les destinations classiques comme l'Inde et le Royaume-Uni ont chuté. Aucune exportation n'a été signalée vers la Chine continentale.

 

 

Le mois dernier, les investisseurs américains se sont empressés d'importer de l'or, par crainte qu'il n'y ait pas assez de lingots à New York pour livrer les contrats à terme négociés sur le Comex. La baisse de la production de certaines grandes raffineries, notamment en Suisse, et les perturbations historiques dans les transports internationaux ont alimenté la volatilité, les prix dans les principaux centres de trading s'éloignant les uns des autres.

Les stocks d'or du Comex ont plus que doublé pour atteindre un niveau record depuis fin mars. Alors que les producteurs redémarrent lentement après les fermetures dues au coronavirus et que les fournisseurs d'or se tournent vers les vols charters, les écarts entre les prix de l'or à Londres et à New York se sont réduits au cours de la semaine dernière à environ 19 $ l'once. Bien que cela représente moins d'un tiers de l'écart constaté au début du mois, en temps normal, il n'est que de quelques dollars.