Deux nouveaux pays, la Serbie et les Philippines, ont annoncé leur intention d'augmenter leurs réserves nationales d'or. Ils suivent ainsi l'exemple d'autres banques centrales qui accumulent des lingots dans le but de réduire leur dépendance au dollar américain.

D'après le média serbe Vecernje Novosti, Belgrade augmentera ses réserves d'or de 20 à 30 tonnes d'ici la fin de l'année. Par mesure de sécurité, le pays prévoit de porter ses réserves à 50 tonnes d'ici la fin 2020. Les statistiques de la Banque nationale de Serbie montrent que les réserves de change s'élèvent actuellement à 11 milliards €.

La décision de renforcer les réserves d'or aurait été prise à la suite d'une réunion entre le FMI et le président serbe Aleksandar Vučić au début du mois. Les représentants du FMI ont indiqué qu'ils approuveraient l'achat d'or de Belgrade s'il s'inscrit dans la stratégie d'accroissement des réserves de change du pays.

Mercredi dernier, la Banque centrale des Philippines (BSP) a annoncé l'adoption d'une loi exonérant les petits exploitants miniers de droits et taxes d'accise en cas de vente à l’institution financière. Cette mesure a été justifiée comme un moyen d'accroître les réserves de change et de lutter contre la contrebande.

Selon Reuters, les petits mineurs ont trouvé un moyen de contourner les taxes introduites en 2011 en vendant l'or au marché noir. La loi leur permet désormais de vendre tout l’or produit à la BSP, au cours du marché international. Les réserves d'or des Philippines sont demeurées inchangées, aux alentours de 198 tonnes, au premier trimestre 2019 et au quatrième trimestre 2018. L'or représente environ 10% des réserves de change brutes du pays, qui s'élevaient à 83,96 milliards $ à la fin avril.

De nombreux pays accumulent des lingots d'or afin de diversifier leurs réserves de change et s'éloigner du dollar américain.

Selon les données du World Gold Council (WGC), les achats nets totaux des banques centrales au premier trimestre 2019 ont atteint leur plus haut niveau depuis 2013. Les achats ont bondi de 68% par rapport à l'année dernière, à 145,5 tonnes.

Cette tendance mondiale a été menée par la Russie et la Chine. Les achats nets d’or de la Banque centrale russe ont été les plus élevés au premier trimestre 2019. Le pays a ajouté 55,3 tonnes, portant ses réserves d'or à 2 168,3 tonnes et devenant ainsi le plus gros acheteur mondial de ce métal précieux.

Dans le même temps, Moscou a réduit considérablement ses avoirs en bons du Trésor américain, dans le cadre de son plan de dédollarisation. Le sixième détenteur d'or au monde, la Chine, a acquis 33 tonnes au cours du premier trimestre 2019.

L'Inde a suivi l'exemple en achetant 8,2 tonnes d'or depuis le début de l'année. En 2018, la Banque de réserve de l'Inde a acheté 42,3 tonnes. L'institution détient actuellement 608,7 tonnes d'or, ce qui représente environ 7% de ses réserves de change.