L'or est un actif de plus en plus important pour les fonds de pension européens. Selon une nouvelle étude, de nombreux fonds ont l'intention d'augmenter leurs avoirs en métal jaune dans les mois à venir.

Une enquête menée auprès de 150 fonds de pension européens, dont les actifs sous gestion s’élèvent à plus de 200 milliards $, a révélé que les trois quarts d'entre eux prévoient d'augmenter leur allocation à l'or au cours des 12 prochains mois.

En revanche, 5% des fonds interrogés envisagent de réduire leur exposition au métal précieux.

Parmi ceux qui souhaitent augmenter leurs avoirs en or, 75% ont déclaré qu'il est devenu plus facile et moins coûteux d'investir dans le métal grâce à la multiplication des produits négociés en bourse (ETP) sur le marché, et 73% que l'or offre des avantages de diversification de plus en plus intéressants pour les investisseurs.

La plupart des fonds (71%) considèrent également l'or comme une bonne couverture contre la dépréciation du dollar américain et une protection contre l'inflation (67%). 13% des fonds ont mentionné le prix de l'or, tiré à la hausse par l'amélioration des fondamentaux, comme raison d'investir. 

L'étude a été commandée par Global Palladium Fund (GPF), un fonds lancé par Nornickel, le plus gros producteur de palladium au monde. Les six matières premières négociées en bourse (ETC) du GPF (cuivre, nickel, argent, or, platine et palladium) sont cotés à la LSE, à la Deutsche Börse, à la Borsa Italiana et au SIX Swiss Exchange.