Les Vénézuéliens viennent tout juste de faire l'expérience d'un des risques liés à la détention de monnaie papier.

En l'occurence, ils viennent de perdre 46% de leur pouvoir d'achat en une simple journée suite à la décision du gouvernement Vénézuélien de dévaluer le bolivar de 46% passant de 4,30 à 6,30 bolivars (vis-à-vis du dollar).

La guerre de dévaluation monétaire bat son plein sur la scène internationale, mais à la différence des autres pays (Europe, USA, Japon) qui utilisent des termes obscurs et incompréhensibles (quantitative easing > assouplissement monétaire) pour masquer la réalité d'une dévaluation constante aux populations, le Vénézuela vient de lâcher une bombe d'une toute autre puissance en annonçant cette dévaluation radicale.

La dévaluation monétaire permet principalement d'alléger le poids de la dette et de relancer les exportations donc la croissance interne. Dans ce contexte, certaines monnaies chutent moins vite que d'autres mais elles chutent toutes, ce qui explique la performance de l'or dans toutes les monnaies depuis plusieurs années.

Pour être parfaitement clair :

1) Les Vénézuéliens détenant leur capital en bolivars ont instantanément perdu 46% de leur pouvoir d'achat.

2) Ceux détenant leur capital en or physique ont désormais un pouvoir d'achat plus élevé de 46% comparé aux Vénézuéliens détenant des Bolivars. Ils ont préservé leur pouvoir d'achat lors de cette dévaluation radicale.

3) Comme nous le dit Zerohedge, ce phénomène est déjà en cours mais de manière plus sournoise et progressive dans tous les pays "développés" adoptant des politiques monétaires d'impression monétaire exponentielle. Mais il peut parfaitement se produire de manière plus radicale et inattendue, comme au Vénézuela, dans les mois et années qui viennent dans n'importe quel pays ou zone monétaire.

Le Vénézuéla n'est pas un cas isolé. La détention d'or physique permet concrètement de se protéger de l'irresponsabilité des gouvernements en matière de politique monétaire. 

Pour les investisseurs ayant encore des interrogations sur l'intérêt de détenir de l'or physique, et ce même dans un contexte de consolidation des cours depuis plusieurs mois, le cas très concret du Vénézuela ne devrait plus laisser de place au doute et apporte une réponse très claire sur le role de protection de richesse que remplit l'or.

Rappelons, pour conclure, qu'il est impossible qu'un pays ou une zone monétaire décide d'une dévaluation radicale de l'or physique, alors que c'est potentiellement le cas avec toutes les monnaies fiduciaires.