Économie

Risque d’inflation : la prise de conscience s’étend
Publié par Philippe Herlin | 16 sept. 2020 | Articles 3443

La BCE se substitue au marché. C’est plus simple ainsi, nul besoin de convaincre les investisseurs, on imprime de l’argent et c’est terminé. Dans ce schéma, on assiste de facto à la fusion du Trésor et de la banque centrale : le financement du déficit de l’État est directement branché sur la planche à billets, la création monétaire est en roue libre.

Lire cet article





La bonne plaisanterie des banques centrales : si l’inflation revient, on augmente les taux d’intérêt
Publié par Philippe Herlin | 2 sept. 2020 | Articles 11485

Même les banques centrales envisagent le retour de l’inflation, voilà qui devrait alerter tous les épargnants et tous les investisseurs de la planète. On le rappelle, les banques centrales ont été créées au XIXe et au début du XXe siècle (pour la Fed) afin de garantir la valeur de la monnaie, c’est-à-dire de lutter contre le dérapage des prix.

Lire cet article


Le pétrole en négatif : un scénario possible pour l'or ?
Publié par Franck Pengam | 31 août 2020 | Articles 3580

Avec les forts investissements dans les ETC/ETF depuis la crise du Covid-19, des déséquilibres importants sur le marché de l’or pourront se faire sentir lors d’un prochain choc mondial. Il est donc essentiel de privilégier l’or physique en nom propre en guise de protection : avec l’augmentation de la demande d'or en tant que valeur refuge, la suite des événements s’annonce épique.

Lire cet article

Étrangeté de l'espace et monnaie hélicoptère
Publié par Egon Von Greyerz | 26 août 2020 | Articles 6924

Les grandes banques centrales ont totalement perdu le contrôle et l'économie mondiale flotte, désemparée et sans aucune direction. Depuis fin 2006, les principales banques centrales (Fed, BCE, BOJ et PBOC) ont augmenté leurs bilans de 5 000 milliards $ à 25 500 milliards $ aujourd'hui. La majorité des 20 000 milliards $ créés depuis 2006 ont servi à soutenir le système financier.

Lire cet article

Et si la dette n’avait aucune importance ? Est-ce réaliste ?
Publié par Philippe Herlin | 24 août 2020 | Articles 30073

Finalement, et si la dette ce n’était pas grave ? Et si l’explosion de son montant partout dans le monde depuis la crise du coronavirus n’avait aucune conséquence néfaste ? Et si on pouvait même en faire disparaître une partie sans encourir aucun dommage ? Voici la petite musique que l’on entend de ceux qui veulent toujours plus de dépense publique, qui considèrent qu’elle seule peut nous sortir de l’ornière, qu’il faut continuer à imprimer de l’argent. Les keynésiens contre-attaquent

Lire cet article